Discord icon

Prologue : Chapitre 1 - Visite inattendue

Bonjour, ou bonsoir, selon l'heure où vous lisez cela... Par où commencer... Par le commencement, je suppose. Mon père aimait cette phrase : "Commence par le commencement, et termine ce que tu as à terminer"...

Un petit village de France, une maison assez ancienne, surtout usée par le manque d'entretien. Assez grande, deux étages. Voilà où je vivais, dans cette grande maison qui m'avait été léguée à la mort de mon père. J'étais seul, vivant d'allocations, n'ayant jamais réussi à décrocher le job de professeur que je voulais. Les grandes vacances, pas grand chose à faire... Oh, et j'oubliais le principal de cette histoire : je suis un brony.

Vous savez le pire dans le fait d'être brony ? Être tout seul chez vous, et avoir une imagination débordante. Depuis ma lecture de My Little Dashie, il y avait une semaine, j'étais bouleversé, il y avait trop de ressemblance avec ma vie dans cette histoire. Mon dégoût envers ce monde, mon ennui, l'espoir que m'apportait My Little Pony. Je regardais dans chaque carton que je croisais, espérant y trouver une petite Dashie. Je m'inventais même une Rainbow à qui parler. Bien que les conversations ne soient pas très passionnantes, comme j'imagine moi-même les dialogues, ça occupe l'esprit, même si ce n'est pas forcément sain pour ce dernier.

Cette nuit, je m'endormis une fois de plus sur une musique de Foozogz, Behold pour être précis. Je fus réveillé par un grand bruit venant du rez-de-chaussée, comme des chaises qui tombaient. J'ouvris les yeux, regardai mon réveil : 06h50... Avec les 25 minutes de décalage de mon réveil, cela faisait 6h25... Beaucoup trop tôt pour se lever. J'ai pensé que c'était mon chien.

J'ai cherché à tâtons mon MP4, qui se trouvait sous mon ventre, comme d'habitude. Une fois en main, j'ai relancé ma playlist de musiques Brony, et je me suis rendormi. Mais une chose me gênait et me tira de mon sommeil plus tard : mon chien était mort depuis six mois !

Je me suis relevé brutalement. Mauvaise idée, la tête me tourna un moment. Quand je repris mes esprits, je regardai mon réveil : 10h16.

Je me suis habillé, ai mis mes lunettes, et ai descendu quelques marches des escaliers. J'ai jeté un coup d'œil par-dessus la rambarde. Le salon avec ses canapés semblait normal, mais, plus loin, la salle à manger, directement reliée sans aucune réelle séparation autre que ce petit muret en pierre traversant la moitié de la pièce, semblait un peu en désordre. Une chaise était tombée derrière la grande table.

Je soupirai, la chaise était tombée sur le tapis près de la cheminée. Au-delà de ce placement que je trouvais complètement dangereux à cause des risques d'incendie, c'était aussi l'endroit le plus propice à la poussière de la maison. La chaise allait être salie. Mais qu'est-ce qui avait bien pu la faire tomber ? Un chat entré par une fenêtre que j'avais oublié de fermer ? Je me souvenais avoir ouvert les fenêtres le soir pour laisser entrer la fraîcheur des nuits d'été...

Je finis de descendre les escaliers, traversai le salon et arrivai dans la salle à manger pour relever la chaise lorsque je m'immobilisai.

Quelque chose de violet se trouvait sur la chaise renversée. Je me frottai les yeux, sûrement une hallucination due à mon réveil, même si cela ne m’était jamais arrivé. Mais cette chose était bien là, posée sur le flanc, les jambes, ou plutôt les sabots, disposées dans une étrange position, les ailes écartées, une grimace sur le visage, les yeux fermés.

Devant moi se trouvait Twilight Sparkle !

Je crus tout d'abord m'évanouir, mais on ignore trop à quel point le soutien d'une chaise peut aider en bien des circonstances. Je mis quelques dizaines de secondes à calmer mon cœur et ma respiration.

Ce n'était pas possible... Mais, et si... ? Mon esprit était embrouillé, d'un côté mon penchant terre-à-terre m'incitait à penser que cela n'était pas réel, de l'autre, mon fanatisme brony me poussait à y croire.

Twilight ne bougeait pas. Afin de me décider sur sa réalité, je m’approchai doucement, bras tendu, redoutant le moment où mon bras effleurerait ou non cette créature.

Mes espoirs furent comblés lorsque ma main put effectivement toucher la patte de Twilight. Mon cœur fondit pour ainsi dire, à défaut d'une petite Dashie, il semblait que j'avais trouvé une Twilight adulte et, dans ce genre d'évènements, croyez-moi que l'on ne fait pas la fine bouche et on jubile aussitôt.

Du moins, c'est ce que l'on ferait en temps normal. Cependant, quelque chose m'intrigua sous ce toucher doux et soyeux : elle était gelée. Je n'avais aucune idée de la température moyenne d'un poney, mais elle était encore plus froide que le carrelage.

 

Bien que je ne croie qu'à moitié à ce qui venait de se passer, mon esprit brony, encore frais de My Little Dashie, accepta très vite cette situation et je me mis plus à m'inquiéter pour Twilight que pour ma santé mentale. Après tout, si c'était un rêve, autant le vivre jusqu'au bout !

Néanmoins, je ne savais pas quoi faire. Elle était inconsciente, ne bougeait pas et était gelée. J'approchai mon oreille de sa bouche pour vérifier qu'elle respirait. Je sentis un souffle faible dans mon oreille, elle était vivante !

Il fallait la réchauffer... La pièce était froide, j'avais effectivement oublié de fermer les fenêtres la veille. La cheminée était éteinte et je n'avais jamais su correctement allumer un feu. La seule pièce vraiment chauffée était ma chambre dans laquelle je passais la plupart de mon temps, chauffée par ma présence et mon PC.

Je pris Twilight délicatement, tentant de la soulever. Elle était grande, dans les 1m50. Je faillis la faire tomber sous son poids, mais je parvins à la rattraper doucement et je commençai à l'emmener, essayant de ne pas la bouger trop brusquement, évitant les obstacles que je pourrais heurter.

Le plus dur fut pour monter dans l'escalier, il n'était pas large et je ne voyais pas où je marchais, mais je finis par arriver en haut sans problème. Après avoir traversé le palier, j'arrivai dans ma chambre. J'ai esquivé les affaires qui traînaient au sol et qui risquaient de me faire trébucher, puis déposé Twilight dans mon lit et remis la couverture encore chaude sur elle.

Je m'assis alors sur la chaise de bureau à côté de mon lit et soupirai. J'aurais préféré lui offrir des draps propres, pas ces vieux trucs usés.

Je pris ma tête entre mes mains.

"Mais à quoi tu penses, mon vieux ?" me fis-je.

Il y avait un poney issu d'un monde imaginaire dans ma maison et tout ce qui me préoccupait était la propreté des draps ! Quelque chose ne tournait pas rond chez moi. Je levai la tête et regardai Twilight, qui semblait tout ce qu'il y avait de réel.

Comment était-elle arrivée ici ? Pourquoi ici en particulier ? Étais-je en train de rêver ?

Je suis resté là, pendant un bon quart d'heure, à me demander si tout cela était vrai. Mon estomac gargouilla. Il est vrai que je n'avais toujours pas déjeuné.

J'ai hésité un instant, puis me suis levé pour aller chercher quelque chose à manger, mais, au moment de passer la porte de la chambre, j'entendis un bruit derrière moi. Je me retournai pour voir, Twilight venait de bouger dans son sommeil.

J'ai encore plus hésité. Et si elle se réveillait alors que j'étais en bas ? Finalement, la faim a décidé pour moi et je suis descendu chercher un petit truc à grignoter, le premier truc qui m'est tombé sous la main, à savoir un paquet d'Oréos. Qu'est-ce je faisais avec ça dans mes placards alors que je n'aime pas ça ? Je n'y accordai aucune attention et me dépêchai de remonter les marche quatre à quatre en silence. Arrivé dans la chambre, je poussai un soupir de soulagement : elle ne s'était pas réveillée.

 

Je me rassis sur la chaise, ouvrant le paquet, constatant alors que c'était des Oréos. Un peu dégoûté, j'en pris tout de même un, mais, au moment de le porter à ma bouche, j'entendis une voix familière, fatiguée :

"Qu'est-ce que... ?"

Je tournai les yeux, le gâteau toujours près de ma bouche grande ouverte. Twilight venait de se réveiller, elle se redressait en se frottant un œil avec son sabot. Son regard se posa directement sur moi. Elle s'arrêta dans son mouvement et écarquilla les yeux. J'étais paralysé. Elle eut un mouvement de recul et hurla :

"Mais qui... !?"

Puis elle tomba du lit, tête la première et tout ce qui resta d'elle dans mon champ de vision fut ses deux sabots.

Elle se releva en se tenant la tête, visiblement sonnée par le choc, et s'appuyant sur le lit, elle reprit ses esprits et me regarda, fronçant les sourcils, surprise et méfiante.

"Qui êtes-vous... ?" me demanda-t-elle.

La belle affaire, qui j'étais... Qu'est-ce que j'étais surtout pour elle ! J'ai pensé que c'était la première chose par laquelle je devais commencer. J'ai reposé le gâteau que je tenais toujours sur la table de chevet.

"Je suis un humain..."

"Ça, je m'en doutais déjà", me coupa Twilight en hochant la tête.

Je l'ai regardée, le regard intrigué, avant de voir ses ailes. Oui, elle venait d'après Equestria Girls, sans doute, par conséquent elle savait déjà ce qu'était un humain.

Elle sembla réfléchir, se grattant le menton en murmurant :

"Comment je suis arrivée ici, moi... ?"

"Tu..." hésitai-je. Mais c'était une princesse, la tutoyer serait sûrement... Trop... "Vous êtes apparue dans mon salon, il y a quelques heures déjà."

Twilight me regarda, mais elle semblait plus absorbée par ses pensées. Soudain, son regard s'éclaira :

"Mais oui ! Le sort de téléportation !" Elle reprit une tête pensive. "J'ai dû me tromper quelque part dans l'incantation..."

Je la regardai réfléchir, assise derrière le lit. En tout point elle était similaire au dessin animé, les traits, les mimiques, la voix...

 

J'ai repris l'Oréo sur la table et l'ai une fois de plus porté à ma bouche, et, une fois de plus, je n'eus pas le temps de le manger car Twilight s'était soudainement levée, avait contourné le lit et se dirigeait vers la porte. Je jetai le biscuit sur la table et me levai pour l'arrêter lorsqu'elle stoppa net son mouvement et commença à vaciller. Je me précipitai vers elle pour la soutenir. Elle respirait vite et je pouvais sentir son cœur battre à toute allure. Si c'était bien une erreur de téléportation qui l'avait amenée jusqu'ici, elle devait ne pas avoir récupéré du changement de dimension...

"Ça va... ?" demandai-je.

"Ça va aller..." me fit-elle, haletante. "Il faut juste que je récupère de la magie, et que je refasse le sort pour rentrer à Equestria..."

"Comment regagnez-vous de la magie ?"

"La magie des licornes vient d'une canalisation de la magie naturelle qui nous entoure."

"Ce monde contient de la magie... ?" interrogeai-je.

Elle redressa légèrement la tête et sembla perdue dans ses pensées. Au bout d'un moment, elle écarquilla les yeux :

"Non..." Elle commença à paniquer : "Rien ! Pas de magie ! Je ne pourrai jamais regagner celle qui me manque pour retourner à Equestria !"

Au fur et à mesure qu'elle réalisait ce que cela impliquait : ne jamais revoir ses amies, son mentor, sa ville, ses parents ; elle se mettait à désespérer de plus en plus, pour au final fondre en larmes devant moi.

 

Elle était bloquée dans ce monde. Twilight Sparkle, bloquée dans le monde des humains sous sa forme d'alicorne, condamnée à ne plus jamais revoir ceux qu'elle connaissait... Non, il ne fallait pas que cela reste ainsi ! Ce monde n'était pas fait pour elle, et ses amies allaient s'inquiéter ! Je réfléchis à toute allure sur tout ce que je pouvais connaître de ce monde, y compris en piochant dans ce qu'Equestria Girls avait avancé. Si Twilight était là, les principes de ce film devaient se vérifier aussi.

Le portail ? Non, il était fermé... Et qui sait sous quelle forme elle serait réapparue en passant sous une forme de poney depuis le côté des humains. De toute façon, je doutais qu'il existe quelque part la Canterlot High... Il fallait trouver autre chose.

Je me repassai le film en tête rapidement, la bibliothèque, le passage avec Rainbow, la cafétéria... Rien ne pouvait m'aider... Le vol de la couronne, la zombification, les éléments de l'har... J'ai stoppé ma réflexion ici et ai regardé Twilight :

"Les êtres vivants ne contiennent-ils pas de la magie ?"

Elle essuya ses larmes et me regarda, sanglotant toujours un peu :

"S..Si... Normalement, un peu, oui... Pourquoi ?"

Je m'en doutais. Sinon, comment l'élément de l'harmonie de Twilight aurait pu s'activer dans notre monde à la fin d'Equestria Girls ? Je veux bien croire en la magie de l'amitié, mais pour en générer autant...

J'ai lâché Twilight, qui s'assit, la tête vers le sol et les yeux fermés, pour me placer devant elle, posant un genou à terre pour être à sa taille. Je lui tendis alors ma main. Elle leva la tête et me regarda de ses yeux larmoyants. En souriant, je lui ai dit :

"Si tu veux, tu peux utiliser la magie en moi..."

Elle écarquilla les yeux et ouvrit la bouche, mais je ne pense pas que ce soit le tutoiement qui l'ait choquée.

"Mais... Vous vous rendez compte..."

"Tutoie-moi, s'il te plaît, Twilight."

Elle hésita, puis reprit :

"Ça pourrait te tuer... Vu la magie nécessaire au transfert et le peu qu'en contient ce monde..."

J'ai réfléchi sans pour autant reculer ma main.

"Je n'ai pas vraiment envie de mourir", répondis-je. "Bien que je n'aie pas grand chose à faire en ce monde... Mais si je peux te permettre de retourner dans ton monde, alors autant prendre le risque. Et je sais que je peux avoir confiance en toi."

Twilight sourit, encore les larmes aux yeux mais cette fois pour une autre raison : un parfait inconnu chez qui elle avait débarqué à l'improviste lui confiait sa vie juste pour lui permettre de revoir ses amies.

Elle posa son sabot dans ma main. À ce moment, une partie de moi pensa "Brohoof !", ce qui agrandit mon sourire. Le toucher d'un sabot était plus soyeux que je ne le pensais.

"Merci", murmura Twilight, avant de fermer les yeux et de se concentrer. Sa corne s'illumina.

Bien que je n'aie jamais vu de magie, je sentis bien que c'était ce que Twilight était en train d'extraire de moi. Pour décrire cette sensation, je pense qu'imaginer qu'une paille vous a transpercé et que quelqu'un est en train d'aspirer chacun de vos organes, à commencer par l'intestin, est probablement la meilleure image possible. Une sensation vraiment désagréable et douloureuse, une partie de soi qui s'en va.

J'ai alors pensé "Et si ma vie s'arrêtait ici ?", puis j'ai regardé Twilight. Si je devais mourir ainsi, aidant une amie qui m'avait toujours soutenue sans le savoir à travers un dessin animé, le sourire aux lèvres, en faisant une sorte de brohoof que tous les bronies du monde m'envieraient, je ne pense pas que je pourrais mourir d'une façon plus heureuse, même s’il me restait peut-être une ou deux choses à accomplir en ce monde, comme une lettre d'adieu...

J'ai fermé les yeux. Je me sentais de plus en plus vide, et une autre sensation vint s'ajouter, comme si mes mains, mes pieds, mes épaules, tout mon corps rentrait en lui-même, à son tour aspiré.

À travers mes paupières, je vis le flash de la téléportation, un flash mauve, accompagné du bruit que j'avais l'habitude d'entendre dans le dessin animé.

Puis rien. Plus rien. Aucune sensation. On dit parfois avoir un "blanc", ou alors un "trou noir"... Là, aucune couleur, aucune odeur, pas de toucher, juste le néant, dépourvu de tout... Je n'ai même pas pensé que j'étais mort, vu que je ne pouvais pas penser. Pas à cause d'un son perturbant, vu que je n'entendais rien. Non pas que tout était calme, je n'entendais pas, nuance, et la différence n'est faisable que si on l'a déjà expérimentée.

Non, c'était un vrai calme dans mon cerveau, aucune pensée, et pourtant, je garde un souvenir très net de cette sensation... De cette mort...

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.