Discord icon

Partie 3

– Assis !

La voix du centaure roulait comme le tonnerre. Ses sabots claquaient sur les dalles tandis qu’il faisait danser son fouet. Le bruit de la lanière de cuir qui déchirait l’air rebondissait en écho dans toute la pièce. Dans les recoins les plus éloignés du château, les poneys qui n’avaient pas osé fuir se terraient contre les murs, en priant pour que la colère du démon cesse. L’armée de dragons était perchée sur les toits, telle une centaine de gargouilles.

Dans la salle du trône, les trois énormes monstres grondaient face à leur maître, montraient les dents, dressaient leurs défenses. Le fouet dut encore claquer plusieurs fois avant qu’ils ne retournent se tapir sur les marches. Tirek s’avança pour les dominer du regard, le poing serré.

Contrôler de telles créatures était plus difficile qu’il ne l’avait pensé. Il fallait qu’il se dépêche. Derrière, au centre de la pièce, le char trônait, immobile. La lumière du jour désormais sans fin qui s’engouffrait par les fenêtres brisées ne parvenait pas à dissiper les ombres qui entouraient le funeste objet.

Après s’être assuré que ses bêtes de somme ne lui montreraient plus les dents, le centaure à la peau de brique s’approcha de la sculpture en tête du char et la caressa distraitement. Il était temps de partir à la recherche de la quatrième. Si ce que Discord lui avait dit était vrai, il savait déjà où la trouver.

 

***

 

Mégane regarda tristement le médaillon à son cou.

– Faut-il vraiment le faire ? demanda-t-elle une nouvelle fois.

Starswirl soupira.

– Je crains que oui. Même si sa magie nous a aidés, il ne serait pas prudent de conserver un objet d’une telle puissance hors de son monde. Il doit retourner à sa place, là d’où il vient.

À côté du licorne, Scorpan approuva de la tête. Célestia et Luna se tenaient en retrait, sans rien dire. La jeune humaine contempla le bijou pendant encore quelques secondes, puis releva la tête. Elle fit un pas vers Scorpan et lui tendit la main.

– J’imagine qu’on ne se reverra plus, fit-elle, la gorge serrée.

Le bipède aux ailes de cuir lui serra la main en retour.

– Il y a peu de chances, je le crains. Mais il ne faut jamais dire jamais.

Mégane se força à sourire, puis se tourna vers les deux alicornes, qui s’avancèrent pour l’enlacer.

– Fais bon voyage, Mégane, murmura Célestia. Et prends soin de toi, surtout.

– Vous aussi, princesses, répondit l’humaine.

Une fois les adieux terminés, Mégane s’approcha de Firefly, qui se baissa pour la laisser l’enfourcher. Dès qu’elle fut sur le dos de la pégase, un sourire de gaité se dessina sur le visage de l’humaine. S’il y avait bien une chose qui pouvait chasser le chagrin d’un départ, c’était la joie d’un dernier vol endiablé dans le ciel d’Equestria.

Firefly gratta le sol et souffla par les naseaux. Elle s’élança ensuite au trot, puis au galop, étendit ses ailes et, d’un battement puissant, se propulsa dans les airs. Mégane, accrochée à sa crinière, jeta un dernier coup d’œil au sol, où les silhouettes de ses amis rétrécissaient déjà. Elle serra la main sur le médaillon, toujours accroché à son cou.

– Tu sais où aller, Firefly, lança-t-elle par-dessus les bourrasques.

La pégase souffla à nouveau et accéléra ses battements d’aile. Dans un sifflement d’air, elles disparurent dans les nuages.

 

***

 

Twilight, allongée dans son lit, se força à ouvrir les yeux. Malgré sa fatigue, elle avait passé une nuit épouvantable, alternant sans cesse veille angoissante et songes cauchemardesques. Elle voulut regarder par la fenêtre pour voir où en était le soleil, avant de se rappeler que c’était inutile. L’astre de feu, toujours immobile dans le ciel, brillait sans discontinuer depuis plus de vingt-quatre heures. Quelques degrés sur sa gauche, la lune elle non plus n’avait pas bougé d’un pouce.

Alors qu’elle se levait, elle entendit des bruits de pas dans l’escalier qui menait à la chambre.

– Ça va mieux, Twilight ? fit Spike en ouvrant la porte.

– Pas vraiment, répondit tristement la jeune princesse.

Après être restée au chevet de Discord pendant tout le reste de la soirée, elle s’était faite ramenée de force jusque chez elle par Spike et Applejack, qui l’avaient mise au lit avec l’ordre de prendre un peu de repos. Mais comment dormir en sachant la menace qui pesait sur le pays ?

Sans perdre plus de temps, la jeune alicorne se dressa sur ses pattes, passa à son flanc la sacoche qui contenait le livre de Célestia et quitta la chambre au trot.

– Attends, tu n’as même pas déjeuné ! lança Spike derrière son dos.

– Pas le temps. Je dois parler à Discord. Va chercher les autres et rejoignez-moi chez Fluttershy.

Quelques minutes plus tard, elle se présenta, essoufflée, sur le seuil du cottage. Fluttershy lui ouvrit aussitôt, un faible sourire aux lèvres. Elle aussi semblait n’avoir pris que le minimum vital de sommeil.

– Il n’est pas encore réveillé, murmura-t-elle en accompagnant Twilight vers son petit salon. Il vaut mieux le laisser récupérer.

– Fluttershy, il sait des choses cruciales ! Il faut qu’il nous les dise immédiatement !

– Non, Twilight, il est bien trop mal en point !

Devant l’inquiétude de la pégase, la ponette mauve décida qu’elles pouvaient bien attendre encore un petit peu. Fluttershy, rassurée, se tourna vers la porte encore ouverte et leva les yeux au ciel.

Elles avaient déjà longuement évoqué le sort de Célestia et de Luna, la veille. De l’avis de Twilight, Tirek avait dû les faire prisonnières, et il était probable que Cadence avait subi le même sort. Que leur ennemi soit suffisamment puissant pour priver les princesses de leur pouvoir sur le mouvement des astres leur faisait froid dans le dos. Pour Twilight, il n’y avait qu’une seule chose à faire : trouver ce fameux Arc-en-Ciel de Lumière et l’utiliser pour vaincre Tirek, comme Mégane l’avait fait autrefois.

– Mais Discord a dit qu’il n’était plus à Equestria, avait répondu Fluttershy. Il a dit que Mégane l’avait ramené avec elle dans son monde.

– C’est ce qu’il a dit, mais regarde !

La jeune alicorne avait alors brandi le livre de Célestia pour le montrer à ses amies.

– Célestia parle du départ de Mégane dans ce chapitre, mais elle continue à mentionner l’Arc-en-Ciel de Lumière dans plusieurs des chapitres qui suivent. Tiens, écoute : Nous continuions nos recherches malgré tout, même si Scorpan et Starswirl nous répétaient qu’elle l’avait pris avec elle en partant. Mais, où que nous menassent les pistes, il restait introuvable. Elle en parle comme si elle soupçonnait que Mégane l’avait laissé à Equestria !

– Mais alors où chercher, si Célestia elle-même ne l’a pas trouvé ?

La jeune princesse n’avait pu répondre, et la nuit ne lui avait pas porté conseil. Elle et Fluttershy contemplèrent avec tristesse les astres immobiles pendant encore un moment, puis s'en retournèrent sans rien dire vers le séjour. Cependant, alors que Twilight fermait la porte, elle aperçut Spike, qui courait sur le chemin pour les rejoindre.

– Twilight, il faut que tu viennes voir, vite ! Quelque chose arrive !

Les deux ponettes se redressèrent aussitôt. Sans attendre, Twilight bondit dehors.

Dans le ciel, en direction de Canterlot, une nuée de formes ailées approchait. Les plus proches n’étaient déjà plus qu’à quelques centaines de mètres de la ville, poussant leurs rugissements. Fluttershy se tapit au sol.

– Twilight, qu’est-ce qui se passe ?

La jeune princesse fixait toujours l’essaim de créatures qui se rapprochait. Elles étaient suffisamment proches pour qu’on puisse en distinguer les formes. Elles ressemblaient à des dragons grossiers et trapus, d’une terne couleur verte. Dans la ville, les cris des habitants commençaient à s’élever.

– C’est Tirek, répondit finalement Twilight. Il passe à l’attaque.

Du coin de l’œil, elle repéra Rainbow Dash, déjà occupée à rassembler les pégases. La jeune princesse se tourna vers Fluttershy, tapie sur le pas de sa porte, puis vers Spike, cramponné à sa patte.

– Retrouvez les autres et mettez-vous en lieu sûr. Nous allons les repousser.

– Mais Discord a dit qu’il fallait s’enfuir !

– Pas tant que je n’aurai pas dit mon dernier mot !

Elle se campa sur ses sabots, ailes déployées, puis fila dans les airs pour rejoindre les pégases.

 

***

 

Le rugissement des bêtes résonnait au-dessus de la ville tandis que les colonnes de pégases filaient ici et là pour les charger. Les monstres avaient beau être moins nombreux et moins rapides qu’eux, ils étaient beaucoup plus forts et résistants. Les escouades de l’équipe météo, renforcées par les autres pégases de la ville, avaient toutes les peines du monde à les maintenir à distance. Déjà, les premiers assaillants fondaient sur les rues des faubourgs.

– Twilight, repousse-les ! lança Rainbow Dash par-dessus le tumulte.

La jeune princesse se détacha aussitôt de son groupe et fila vers les quelques bêtes qui piquaient vers le sol. Dès qu’elle fut à portée, elle concentra sa magie. Ses sorts avaient perdu en puissance depuis son affrontement avec Discord, mais elle devrait quand même au moins pouvoir les faire déguerpir. Sans ralentir, elle chargea sa corne et tira. Le rayon n’assomma pas les bêtes, mais la détonation suffit à leur faire rebrousser chemin. Twilight redressa son vol et prit une seconde pour essuyer la sueur qui perlait sur son front. Heureusement, Tirek ne s’était pas encore montré.

Un nouveau rugissement retentit soudain, bien plus puissant que les autres. Quand Twilight se tourna dans la direction d’où était venu le bruit, elle aperçut trois grandes silhouettes ailées, bien plus imposantes que les dragons qui attaquaient la ville. Elle voulut crier pour prévenir Rainbow Dash, mais cette dernière les avait déjà aperçues.

– Ceux-là sont trop gros pour nous ! Tour le monde à terre, vite !

Face aux trois nouveaux monstres qui arrivaient, les pégases n’eurent d’autre choix que d’obéir. À terre, des dizaines de poneys quittaient la ville au galop pour rejoindre la forêt, hors de portée des créatures. Twilight piqua vers le sol et atterrit sur la place devant la bibliothèque.

– C’est trop tard, il faut évacuer la ville ! lança-t-elle à Rainbow Dash.

– Pas question ! rétorqua la voltigeuse, la crinière en bataille. Je leur botterai le train si…

Avant qu’elle ne puisse finir, le premier des nouveaux assaillants se laissa tomber en face d’elles, faisant trembler le sol. Comme un prédateur flairant sa proie, il tourna son horrible tête droit vers Twilight. Cependant, avant qu’il ne puisse attaquer, un météore bleu le heurta de plein fouet.

– Ne reste pas plantée là, Twilight ! hurla Rainbow Dash, qui pirouettait déjà pour faire demi-tour et frapper à nouveau. Fais quelque chose !

Le monstre, désarçonné par le premier coup de la pégase, se retourna pour lui faire face, mais ne put éviter une nouvelle frappe. Twilight en profita pour se mettre en position de tir, se concentra pour canaliser le flux de puissance vers sa corne, et lâcha le tout. Dans un flash violacé, le rayon éclata contre sa cible, qui grogna de douleur. La jeune princesse partit aussitôt au galop, mais un coup de patte de la créature lui barra la route. Le monstre avait réussi à éviter le dernier piqué de la pégase et, avec une souplesse inattendue, s’était à nouveau tourné vers la ponette mauve, grondant comme jamais. Son horrible tête n’était qu’à quelque mètres d’elle. Twilight se prépara à tirer à nouveau, mais, au moment ld lâcher le sort, un frisson la parcourut.

Quelque part au fond de son esprit, une voix familière lui parlait. En face d’elle, son adversaire n’avait pas bougé, ses yeux jaunes toujours braqués sur elle, hypnotisants. Le regard de Twilight était aspiré. Derrière ces fentes maléfiques, quelque chose bougeait, criait, luttait pour revenir à la surface. Twilight reconnut enfin la voix qui chuchotait au fond de sa tête. Par-delà les fentes maléfiques, elle plongea son regard dans les iris roses de la princesse. Sans s’en rendre compte, elle passa la patte sur la sacoche à son flanc.

À travers la fenêtre aux tentures brodées, le soleil inondait la chambre. D’innombrables photos étaient suspendues aux murs, signes d’une vie bien remplie. Une pégase âgée était étendue dans un lit. Sa crinière, autrefois bleue, n’avait maintenant plus que le gris lavande de la vieillesse, mais son pelage avait gardé sa couleur rose d’antan et son regard était toujours aussi alerte. À son chevet se tenaient Célestia et Luna.

– Je suis heureuse de vous voir, Princesses, dit la pégase, un faible sourire sur les lèvres. C’est un honneur.

– Cet honneur, tu le mérites, Firefly, répondit Célestia avec douceur.

La veille jument sourit de plus belle.

– Je sais pourquoi vous êtes venues. Vous voulez le retrouver. Vous savez qu’elle l’a laissé ici, mais vous ignorez où, et vous pensez que je le sais. C’est ça, n’est-ce pas ?

Célestia soupira. Luna s’avança à son tour.

– Mégane ne pouvait pas se résoudre à reprendre l’Arc-en-Ciel de Lumière avec elle, malgré les mises en garde de Starswirl. Elle ne voulait pas laisser Equestria sans protection. Nous non plus, nous ne le souhaitons pas, et c’est pour cela que nous devons le retrouver.

Firefly laissa échapper un petit rire.

– Elle savait qu’il viendrait un jour où les poneys en auraient à nouveau besoin, mais, pour cela, il fallait qu’il reste en sécurité, loin des regards. Je sais que vous ne pensez qu’au bien d’Equestria, mais le monde est encore en paix ; le moment de le sortir de sa cachette n’est pas encore venu.

Célestia s’avança à nouveau.

– Nous respectons les secrets de chacun ; nous ne t’ordonnerons pas de révéler le tien. Nous ne pouvons que t’encourager à réfléchir à ce qui est le mieux pour Equestria.

Firefly sourit à nouveau.

– Quand le moment sera venu, vous n’aurez pas besoin de mon aide pour le retrouver. Il a pris racine dans le sol d’Equestria, il respire son air et il boit son eau. Quand il le faudra, il saura se faire retrouver. Faites-lui confiance.

Comme si parler autant l’avait fatiguée, la vieille pégase reposa la tête sur ses coussins et ferma les yeux. Les deux alicornes se regardèrent, puis Célestia s’inclina.

– Merci de nous avoir reçues, Firefly.

Luna baissa la tête à son tour, puis toutes deux quittèrent la chambre en silence. Dans leur dos, la pégase rouvrit un œil, puis sourit une dernière fois avant de s’endormir.

 

Un nouveau choc fit trembler le sol, arrachant Twilight à son hypnotique contemplation. Le deuxième dragon s’était laissé tomber derrière elle. Aussitôt, ce qui restait de Célestia dans le regard du premier s’éteignit, et ce fut à nouveau le jaune nauséeux de la malice qui brilla dans le regard de la bête. Twilight secoua la tête. Elle était prise au piège entre les deux monstres, sans possibilité de s’échapper. Les pointes acérées de leurs défenses n’étaient plus qu’à un mètre d’elle. Par-dessus leurs grognements, un puissant éclat de rire se fit entendre, accompagné du claquement sec de quatre sabots sur le sol. La ponette mauve se retourna, l’échine dressée.

Tirek lui faisait face, ses cornes dressées au ciel, énorme et terrifiant. Sa voix roulait comme le tonnerre.

– Ainsi, voilà donc la quatrième. L’attelage sera bientôt complet.

Alors qu’il parlait, une vibration se mit à remplir l’air. Le ciel, malgré l’éclat du soleil, semblait s’assombrir. Derrière le centaure, un dôme de ténèbres se formait au-dessus de la bibliothèque. Alors que le tremblement se renforçait, une série de craquements se firent entendre. Dans une explosion de nuées noires, l’arbre s’ouvrit en deux. Le bois éclaté se consumait en une seconde, sans même s’enflammer. En un instant, il ne resta plus rien d’autre que des cendres et quelques restes de branches noircis. Au centre, entourées de ténèbres, deux fentes jaunes brillaient, hypnotisantes. Twilight ne pouvait en détacher le regard. Le rire démoniaque de Tirek continuait à retentir au milieu du chaos.

– Prépare-toi à rencontrer Minuit, fit-il en s’avançant vers elle.

Twilight était toujours immobile. Le centaure approchait et ses énormes monstres lui barraient la route. Elle ne pouvait détacher le regard de l’amas de cendres qui avait été sa maison et des deux fentes jaunes qui brillaient dans les ombres. Soudain, quelque chose la heurta avec force. Avant qu’elle ne comprenne ce qui lui arrivait, elle se sentit arrachée au sol et soulevée dans les airs dans une bourrasque de plumes.

– On vous tient, Princesse ! fit la voix d’un étalon.

Quand Twilight tourna la tête, elle reconnut Thunderlane et Rainbow Dash, qui la tenaient par les aisselles et battaient des ailes pour l’emmener au loin.

– Vers la forêt, vite ! ordonna la jument bleue.

Les monstres de Tirek, aussitôt lancés à leur poursuite, n’étaient déjà plus qu’à quelques dizaines de mètres. Fendant les airs aussi vite que leur permettait leur fardeau, les deux pégases parvinrent cependant à rejoindre la lisière des arbres et à s’engouffrer sous les branches.

 Devant les restes de la bibliothèque dévastée, Tirek regarda au loin les petites silhouettes des deux pégases qui emmenaient la jeune alicorne vers la forêt, ses monstres à leurs trousses. Un rugissement de colère s’éleva quand les trois poneys disparurent sous les arbres, mais le centaure se contenta d’un froncement de sourcils. Dans son dos, les horribles yeux jaunes du char flamboyaient. Il se retourna, un rictus aux lèvres.

– Perdrais-tu patience, mon ami ? Nous avons pourtant attendu bien des siècles dans les ombres, qu’est-ce qu’une heure ou un jour de plus ?

Le char tout entier semblait frémir. Le rictus du centaure se renforça.

– Rassure-toi, il n’y en a plus pour longtemps. Si nous ne pouvons pas la prendre, alors nous la forcerons à venir à nous. Nous avons déjà l’appât qu’il faut.

Dans un battement d’ailes, trois de ses grotesques dragons piquèrent du ciel et atterrirent devant lui pour déposer leurs prisonniers inconscients à ses pieds : une terrestre rose à la crinière bouclée, une licorne blanche au crin mauve et un tout jeune dragon aux écailles vertes. Tirek sourit à nouveau devant les trois formes assommées, puis tourna le regard vers l’est. Une dizaine de dragons se dirigeaient vers la lisière de la forêt.

 

***

 

Fluttershy referma le rideau, tremblante. Sa maison résonnait des cris apeurés de ses innombrables amis animaux. Discord était toujours étendu sur le divan, pâle comme un linge.

– Discord, ils arrivent ! fit-elle, la voix cassée par la terreur. Il faut partir, vite !

Le draconequus leva péniblement la main et la posa sur l’épaule de son amie.

– Je ne le pourrai pas, Fluttershy. Laisse-moi ici. Si tu pars maintenant, tu as encore une chance de lui échapper.

Avant que la pégase n’ait pu répondre, un bruit assourdissant fit trembler la maison tout entière. Les animaux, paniqués, se tapirent sous les meubles. Fluttershy se plaqua au sol, pétrifiée. Les dragons venaient d’atterrir devant chez elle. Comme si un orage était soudainement tombé, la lumière du jour déclina. Des nuées de ténèbres suintaient des interstices des fenêtres et des portes et rampaient à l’intérieur. La pégase bondit pour leur échapper et vint se presser contre Discord, les yeux fermés, les dents serrées pour retenir ses cris. Le bruit de quatre lourds sabots claquait derrière elle. Tirek, dressé dans le noir, la toisait de toute sa hauteur.

– Écarte-toi, petite pégase.

– Non !

La voix de la ponette, d’habitude frêle et fragile, avait retenti avec force et fermeté, cependant elle ne pouvait cacher la terreur qui tremblait dans son regard.

Sur un imperceptible signe du centaure, un des dragons surgit en grondant et s’empara de la ponette. Sans un mot, Tirek s’approcha du draconequus, désormais seul et sans défenses.

– Quelle merveilleuse coïncidence. Je te crois mort, et voilà que, au moment-même où tu pourrais me servir à nouveau, tu réapparais. À croire que tu ne survis que pour m’être utile.

Sous le regard terrifié de Fluttershy, Tirek saisit Discord à la gorge et le souleva de terre, un sourire carnassier aux lèvres.

 

***

 

– Mais qu’est-ce qui t’a pris ?!

Rainbow Dash tonnait, furieuse. En face d’elle, Twilight, appuyée contre un arbre, tentait de reprendre haleine. Thunderlane, lui aussi essoufflé, s’était laissé tomber au sol.

Une fois sous les arbres, les deux pégases avaient déposé l’alicorne au sol et tous trois avaient galopé pendant de longues minutes à travers la forêt. Ils y avaient croisé de nombreux autres poneys qui avaient fui la ville pour le couvert des arbres et qui couraient se réfugier au cœur des bois, là où la horde de dragon ne pouvait pas les atteindre. La peur de tels monstres surpassait de loin la crainte que leur inspirait la forêt. Twilight et ses deux sauveurs s’étaient finalement arrêtés dans une minuscule clairière, qui servait déjà de refuge à une vingtaine d’autres fuyards. Rainbow Dash n’avait pas attendu que la princesse reprenne son souffle pour laisser éclater sa colère.

– Qu’est-ce qui t’es passé par la tête, bon sang ! reprit-elle, sans se soucier des poneys autour d’elle. Tu es restée plantée devant ce monstre comme une statue ! Tu attendais quoi, qu’il t’écrase ?

Twilight, épuisée par la course, tentait encore de rassembler ses esprits. Que s’était-il passé ? Combien de temps était-elle restée hypnotisée face à ce monstre ? Une seconde ? Une minute ? Les images de la vision qu’elle avait eue quelques minutes plus tôt dansaient toujours en désordre devant ses yeux. Elle avait l’impression d’encore entendre la voix de Célestia dans sa tête. D’un bond, elle se remit debout, tous ses poils dressés.

– C’était Célestia ! Cette chose, c’était elle !

– Quoi ?! Mais qu’est-ce que tu racontes ?

Twilight se pressa la tête entre les pattes. Elle n’avait pas le temps de lui expliquer. Célestia était parvenue, l’espace d’une seconde, à se libérer de la force maléfique de Minuit pour lui transmettre cette vision. Qu’y avait-elle vu ? Qui était cette vieille pégase à qui Célestia et Luna avaient rendu visite ? Quand le moment sera venu, vous n’aurez pas besoin de mon aide pour le retrouver. Il a pris racine dans le sol d’Equestria. Quand il le faudra, il sera retrouvé. Se pourrait-il qu’il s’agisse…

– Twilight !

D’autres poneys galopaient vers eux depuis le centre de la forêt. Aussitôt qu’elle la vit, Applejack se jeta sur elle.

– Grâce à Célestia, tu es là ! fit la terrestre orange.

Derrière elle, d’autres poneys continuaient d’arriver. Du coin de l’œil, Twilight reconnut Big Macintosh, Granny Smith ainsi que le trio des chercheuses de talents. Par contre, toujours aucune trace de ses autres amies.

– Applejack, as-tu vu les autres ? fit-elle en se libérant de l’étreinte de la fermière. Fluttershy, Rarity, Pinkie ? Est-ce qu’elles sont avec vous ? Et Spike, où est-il ?

Comme en réponse à sa question, le rugissement des monstres retentit à nouveau. Tous frémirent et fléchirent les pattes. Un bruit semblable à un roulement de tonnerre pénétra la forêt et déferla comme une marée entre les troncs. Twilight plaqua ses pattes sur ses oreilles. Une voix grave et forte résonna dans sa tête.

« Tes amis sont en ma possession, jeune princesse. Rends-toi à moi, et je les libérerai. Sinon, Minuit leur fera subir le même sort qu’à tous les autres. Je te laisse une heure. »

La voix roula encore quelques secondes avant de lentement s’éteindre. Quand Twilight rouvrit les paupières, Rainbow Dash et Applejack la fixaient, inquiètes.

– Twilight, qu’est-ce qui se passe ?

Un immense frisson parcourut le dos de la ponette mauve.

– C’est Tirek. Il les a capturés.

Rainbow Dash et Applejack la fixèrent avec gravité, sans rien dire. La jeune princesse, debout au milieu de la petite clairière, n’osait croiser leur regard. Le terrible ultimatum de Tirek tournait en boucle dans son esprit. Pinkie, Rarity, Spike, Fluttershy, Discord, et peut-être beaucoup d’autres ; leur sort dépendait de sa décision. À condition que le centaure tienne parole…La jeune alicorne leva enfin la tête, le regard fuyant.

– J’ai… J’ai besoin d’être seule quelques minutes…

Rainbow Dash et Applejack ne répondirent pas. Twilight se retourna, la tête basse, et s’éloigna entre les arbres.

Réfléchir… mais elle savait pertinemment que sa décision était déjà prise. Errer dans la forêt n’était qu’un prétexte pour retarder l’inéluctable, cependant, elle en ressentait le besoin. Autour d’elle, les mille et un bruits de la forêt emplissaient l’air. Avait-elle jamais réellement prêté attention à cette mélodie de la nature ? Les ombres mêmes des sinistres bois semblaient s’être dissipées, comme si ce jour incessant rendait à la Forêt Désenchantée sa clarté et sa vie. La jeune princesse ne put retenir un faible sourire. Oui, encore quelques minutes, puis elle ferait ce qu’elle avait à faire.

Une trouée entre les arbres attira soudain son attention. Ce qui restait d’un sentier serpentait entre les troncs ; un sentier qu’elle connaissait. Devant elle, derrière les derniers arbres, les ruines d’un château dressaient ce qui restait de leurs murs et de leurs tours. Le hasard de son errance semblait avoir guidé Twilight jusqu’à l’ancien château des deux sœurs. Cependant, ce n’étaient pas tant les ruines qui avaient capté son regard qu’un mouvement furtif au pied des murs. Était-ce un pégase qu’elle avait aperçu ? Des poneys avaient-ils fui la ville pour trouver refuge dans la vielle bâtisse ?

Poussée par la curiosité, la jeune princesse remonta le sentier jusqu’à la lisière des arbres. Tout comme la forêt, la lumière du jour faisait paraître l’ancien château moins sombre et menaçant qu’à l’ordinaire. Alors qu’elle observait les lieux, le même mouvement furtif attira le regard de Twilight. Quelque chose bougeait an fond du ravin, près de l’entrée de la caverne de l’Arbre. La jeune princesse tourna la tête juste à temps pour apercevoir une forme colorée disparaître entre les rochers et s’engouffrer dans la grotte. Elle fronça les sourcils, intriguée. Même pourchassés par les monstres de Tirek, elle doutait que les habitants de Poneyville, superstitieux comme ils l’étaient, osent chercher refuge dans un endroit comme celui-là. D’ailleurs, elle et ses amies n’étaient-elles pas les seules à connaître l’existence de cette grotte ? Déjà, la jeune princesse avait presque atteint le fond du ravin. Un instant plus tard, elle atteignait la grotte. La douce lumière de l’Arbre illuminait les parois de pierre. Le tintement éthéré qui emplissait la caverne résonnait dans sa tête. Sans s’en rendre compte, elle passa la patte sur la sacoche à son flanc. L’Arbre et ses joyaux attiraient son regard. Sans même s’en rendre compte, elle s’approcha, la patte levée. Pris racine. Était-il possible que…

Au moment où son sabot effleura la surface cristalline, un bruit de pas la tira soudain de sa rêverie. Par réflexe, elle bondit pour se cacher derrière un rocher. Quelqu’un entrait dans la grotte. Prudemment, la jeune princesse dressa le cou pour pouvoir jeter un œil. Une pégase rose à la crinière bleue venait d’atterrir devant l’entrée. À côté d’elle se dressait une étrange créature bipède à la chevelure blonde. Toutes deux restèrent un instant immobiles, puis entrèrent dans la caverne.

 

Mégane tâta prudemment le sol du pied. Après la frénésie du vol, il lui fallait quelques secondes pour chasser les fourmis dans ses jambes. Firefly, le souffle court mais encore vaillante, secoua la tête.

Elles se trouvaient à l’entrée d’une vaste caverne, au fond d’un ravin, en pleine forêt. Mégane ne voyait rien d’autre autour d’elles que les parois de roches et les pierres éboulées. Aucune trace de poney, ni de qui que ce soit d’autre. La pégase ne s’était pas trompée : c’était l’endroit idéal.

Avec prudence, la jeune humaine s’engagea dans la grotte, Firefly sur ses talons. Une faible lumière blanche baignait l’endroit, émise par de grosses pierres plates qui saillaient de la paroi et du plafond. Les deux amies arrivèrent rapidement au fond de la caverne, qui se terminait par une vaste salle au sol quasiment plat. Les parois des murs se rejoignaient pour former une grande voûte de pierre, quinze mètres au-dessus d’elles.

Avec un sourire confiant, Mégane détacha la chaînette dorée qui maintenait le médaillon à son cou. Firefly frappait déjà le sol du sabot pour y creuser un trou. La jeune humaine attrapa une pierre et se joignit à la tâche. Lorsque le trou eut atteint une profondeur acceptable, elle déposa délicatement le médaillon au fond.

– Il faut qu’il reste à Equestria. Les ténèbres n’ont pas complètement disparu. Si elles s’éveillent à nouveau, l’Arc-en-Ciel de Lumière sera là pour vous aider.

Firefly pressa son museau contre la joue de l’humaine, qui en retour lui prit la tête entre les mains. Elles rebouchèrent le trou, puis Firefly quitta la grotte. La jeune humaine resta un moment seule, les yeux levés vers la voûte de pierre. Elle tourna ensuite la tête vers un des rochers qui jonchaient le fond de la grotte, un sourire bienveillant aux lèvres. La ponette mauve tapie derrière frissonna.

– N’aie pas peur, chuchota Mégane en s’avançant lentement. Il ne t’arrivera rien.

Twilight, cachée derrière son rocher, ne pouvait s’empêcher de trembler. Mégane se tenait à présent en face d’elle, toujours souriante. La jeune humaine était telle que représentée sur la fresque de Célestia. La ponette eut un mouvement de recul, mais l’adolescente avança doucement la main, comme pour la caresser.

– N’aie pas peur, répéta-t-elle.

Twilight déglutit et se força à rester immobile. Mégane s’arrêta à un pas d’elle, s’agenouilla pour se mettre à sa hauteur et avança la main pour lui effleurer la joue. Immédiatement, l’angoisse de la ponette disparut complètement. Elle ferma les paupières et laissa l’humaine la caresser, savourant la chaleur qui diffusait à nouveau dans son corps. Quand le contact cessa, elle rouvrit les yeux. Mégane se tenait toujours face à elle, son regard plongé dans le sien.

– Où sommes-nous ? demanda enfin la jeune princesse. Est-ce un rêve, ou un souvenir ?

– Un peu des deux, répondit sereinement l’humaine.

Twilight ne savait pas quoi dire. Son regard alternait entre la jeune fille qui lui faisait face et l’Arbre qui se dressait derrière. Mégane sourit à nouveau.

– Sa place n’était plus dans mon monde. C’est ici qu’il a pris racine. Les fruits qu’il a donnés vous ont déjà permis de vaincre bien des ennemis ; le moment est maintenant venu d’en affronter un autre.

– Mais comment ? Nous lui avons rendu les Éléments, on ne peut plus les lui reprendre !

Mégane lui caressa la crinière.

– Il vous donnera ce dont vous avez besoin. Faites-lui confiance.

À l’entrée de la caverne, Firefly frappa le sol du sabot. Il était temps de partir. Mégane se redressa, caressa une dernière fois la crinière de l’alicorne, puis rejoignit la pégase. Après un dernier regard vers les ombres de la grotte, elle monta à nouveau sur le dos de son amie, et, pour la dernière fois, elles filèrent ensemble dans les cieux.

Alors que Twilight les regardait disparaître, une vive lumière blanche la força à tourner la tête. Quelque chose bougeait entre les racines de l’Arbre. La lumière était si forte que la ponette fut forcée de fermer les yeux.

 

Twilight rouvrit les paupières. Mégane et Firefly avait disparu. L’Arbre d’Harmonie se dressait toujours au centre de la grotte, majestueux. Cependant, quelque chose avait poussé entre ses racines, comme un rejet sur une souche. Une étrange fleur avait développé son bouton et s’était ouverte devant elle. À l’intérieur, au centre des pétales, un objet était posé : un médaillon rouge en forme de cœur, accroché à une chaînette dorée. Twilight, tremblante, avança lentement la patte. Quand elle effleura l’objet, un nouveau flash de lumière éclata. L’instant d’après, le médaillon était suspendu à son cou. La ponette sentait la froideur du métal contre elle, mais également la chaleur à l’intérieur. Comme un phare dans la nuit, elle la guidait, la poussait à quitter cette grotte, à sortir au grand jour et à affronter les ténèbres. Suivant son instinct, la jeune princesse déploya ses ailes et s’envola hors de la caverne.

  

Applejack et Rainbow Dash sentirent plus qu’elles ne virent la déferlante de lumière qui souffla sur la forêt. Inquiètes de ne pas voir Twilight revenir, elles étaient parties sur ses traces mais, avant même d’avoir atteint la lisière, la vague colorée les avaient happées toutes les deux. Emportées par cette étrange tempête, elles s’étaient retrouvées projetées en plein ciel, à côté de…

– Twilight ?!

Leur amie volait à leurs côtés, ailes déployées, la crinière et la queue parcourues de vagues colorées. L’objet qu’elle portait autour du cou brillait comme un soleil. Sans même avoir besoin de battre des ailes, Rainbow Dash se sentait portée par les airs. Elle se risqua à une pirouette, puis, toute son assurance retrouvée, fila rejoindre Twilight au-dessus des cimes. Applejack sentait elle aussi son corps flotter, mais la chaude lumière qui l’enveloppait chassait le moindre élan de panique qui aurait pu l’assaillir. Une sensation de puissance bienveillante s’emparait d’elle, comme autrefois face à Nightmare Moon et Discord. La puissance des Eléments.

– Twilight, où est-ce que tu étais partie ? Qu’est-ce qui se passe ?

La jeune princesse sourit.

– L’Harmonie n’est pas morte. Il est temps de rendre à Tirek la monnaie de sa pièce.

La vague colorée qui entourait les trois ponettes ne faisait que grandir. Applejack et Rainbow sentaient les vagues de couleurs s’emparer de leurs corps et faire danser leur crinière et leur queue, comme le faisaient celles de Twilight. S’élevant toujours plus haut au-dessus de la forêt, le trio étincelant fila vers la ville.

 

***

 

Tirek contemplait sans ciller le soleil qui étincelait toujours, immobile, dans le ciel. L’heure était presque écoulée, et la jeune princesse ne s’était toujours pas manifestée. Pourtant, d’après ce qu’il avait pu tirer des souvenirs de Discord, elle aurait tout fait pour venir au secours de ses amis menacés. Se pourrait-il qu’il se soit trompé ?

Dans la cage où il les avait enfermés, Pinkie, Fluttershy, Rarity et Spike, à présent réveillés, se gardaient de faire le moindre bruit. La pégase à la crinière rose ne pouvait qu’étouffer ses sanglots face au triste spectacle qui s’étendait devant elle. Face à la bibliothèque réduite en cendres, Discord gisait, inconscient, à même le sol. Les grotesques dragons de Tirek patrouillaient le ciel de la ville. Les trois plus grands se tenaient perchés sur les toits des bâtiments, comme d’horribles gargouilles géantes. Mais le plus terrifiant était les deux yeux jaunes du funeste chariot, qui dressait ses ombres au milieu des débris fumants du grand chêne. Aucun n’osait regarder dans cette direction.

– Twilight va venir nous secourir, répétait à voix basse Rarity. Elle trouvera quelque chose.

– Mais si elle vient, elle se fera attraper aussi, marmonna Spike.

– Elle trouvera un moyen, chuchota Rarity, même si son regard semblait persuadé du contraire.

Pinkie, affalée au sol, semblait avoir perdu pour toujours l’envie de parler, la tête tournée dans la direction de la forêt. Soudain, ses oreilles se dressèrent et elle releva la tête, frémissante.

– Les filles, vous avez senti ça ?

Ses deux compagnes la regardèrent sans comprendre, puis leurs oreilles se dressèrent à leur tour. Une brise se levait sur la ville, venue de la forêt. Le sol se mit à vibrer. Tous tournèrent la tête en direction des bois.

Une forme brillante s’élevait au-dessus des arbres, lançant dans toutes les directions des rayons aux couleurs de l’arc-en-ciel. Derrière elles, au milieu des ténèbres fumantes qui les entouraient, les yeux du char se mirent à luire de plus belle. Un sourire malsain se dessina sur le visage de Tirek. Sans qu’il ait besoin d’en donner l’ordre, les trois monstres perchés sur les toits décollèrent et filèrent vers l’orée.

 

Twilight, Rainbow et Applejack, perchées dans les airs à la lisière de la forêt, fixaient les trois formes qui se rapprochaient d’elles. La lumière de l’Arc-en-Ciel éclairait leurs faces reptiliennes et soulignait le fil acéré de leurs cornes et de leurs défenses. La jeune princesse se retint de trembler. Alors que les terribles dragons n’étaient plus qu’à une centaine de mètres, le médaillon à son cou se mit à chauffer. Dans un flash blanc, un immense ruban coloré en jaillit et chargea les assaillants de plein fouet. Les bêtes, frappées par la lumière, rugirent et se débattirent pour se défaire de la masse multicolore qui tentait de les enserrer. Alors que la lumière semblait sur le point de l’emporter, une vibration sinistre s’éleva. La lueur jaune maléfique dans le regard des bêtes se raviva. Dans un rugissement de rage, elles se libérèrent de l’emprise de l’Arc-en-Ciel et s’en retournèrent à tire-d’aile vers leur maître.

Rainbow Dash jubila, mais Applejack et Twilight contemplaient encore la ville avec inquiétude.

– Il n’est pas encore assez fort pour pouvoir l’emporter. Il faut que nous soyons réunies. Toutes les six.

Elles échangèrent un regard puis, sans même bouger, filèrent comme une comète colorée vers la ville.

 

La furieuse vibration qui animait le char se faisait ressentir sur toute la place, à présent. Minuit n’en pouvait plus d’attendre. Tirek, quant à lui, ne pouvait détacher le regard de cette lumière qui était parvenue, par son seul éclat, à chasser ses monstres. Un arc-en-ciel de couleurs. L’espace d’une fraction de seconde, la peur se lut sur son visage.

Alors que ses trois bêtes atterrissaient sur la place, le centaure sa pencha pour saisir Discord à la gorge.

– Savais-tu, Scorpan, que tu étais quelqu’un de très chanceux ? Tu vas avoir l’honneur de servir de remplaçant au dernier esclave de l’attelage de Minuit. Y a-t-il plus belle manière de terminer ton existence ?

Discord ouvrit péniblement les yeux. La seconde d’après, Tirek le jetait aux pieds du char. Aussitôt, comme si elles avaient été contenues trop longtemps, les ténèbres jaillirent et l’entourèrent complètement. Dans la cage, Fluttershy hurlait.

– Il faut l’aider, vite !

– Mais on ne peut pas sortir !

L’espoir qui les avait envahis une minute plus tôt s’était déjà éteint. Les captifs ne pouvaient que contempler, interdits, la masse noire et grouillante qui entourait le draconequus. Quand la noirceur se retira enfin, un nouveau monstre reptilien se dressait à sa place. Sans attendre, Tirek leva les bras. Un éclair claqua, aveuglant. Quand il se dissipa, les quatre monstres étaient attelés au char, enchaînés par des brancards d’acier. Un autre éclair claqua, et le char s’éleva, le centaure aux rênes, fouet dressé. Un vent froid et sifflant se leva, chassant la brise qu’avait apportée la lumière.

Quand le souffle sombre les atteignit, Twilight, Applejack et Rainbow sentirent la chaude énergie de l’Arc-en-Ciel faiblir. Le terrible attelage fonçait sur elles, pressé par les coups de fouet de son conducteur. Une vague de ténèbres se répandait sur son sillage.

– En avant ! brailla Rainbow, prête à foncer.

– Non ! l’arrêta Twilight. Il faut que nous soyons toutes les six !

Comme si l’Arc-en-Ciel suivait sa pensée, il esquiva la charge du char. Dans un plongeon, il emmena les trois juments à hauteur du sol, où il slaloma entre les premières maisons en direction du centre-ville. Derrière elles, le char continuait à répandre ses ténèbres. Les nuages qui s’amoncelaient au-dessus du bourg masquaient le soleil, plongeant la ville dans le noir pour la première fois depuis deux jours. La brise noire s’était muée en un vent de tempête, violent et glacé.

Le trio porté par l'Arc-en-Ciel atteignit enfin la place face aux restes de la bibliothèque. À l’approche de la lumière, la cage où étaient enfermés les autres se mit à trembler. Dans un jaillissement d’étincelles, elle se disloqua complètement, libérant les captifs. L’Arc-en-Ciel souleva aussitôt les trois juments dans les airs. Les six, crinières et queues scintillantes, se tournèrent alors vers les ténèbres qui leurs faisaient face. Malgré la présence de ses amies réunies autour d’elles et la chaleur du médaillon à son cou, Twilight ne put retenir un frisson.

La tornade de ténèbres se déchaînait en hurlant, balayant les murs en ruine de la forteresse. Une grande forme sombre traversait les airs, entourée de nuées. Un rire démoniaque s’élevait et se mêlait au souffle de la tempête, jusqu’à le dominer.

Les yeux couleur de soufre du char flamboyaient, seule tache de lumière dans le dôme de ténèbres qui recouvrait le ciel jusqu’à l’horizon. Le regard de Minuit se braqua sur les six ponettes en dessous de lui. Dans le chaos rugissant, la tornade de noirceur lançait l’assaut. Le médaillon brillait toujours au cou de Twilight.

Le faisceau d’ombre fila vers elle, mais la lumière du médaillon le repoussa. Le maître du chariot lança d’autres flèches de ténèbres, mais elles furent à leur tour dévorées par la lumière. L’éclat grandissait à chaque instant, se nourrissant de la noirceur qu’il absorbait. Des éclairs colorés se mêlaient à la lueur. Un arc aux multiples couleurs commençait à se former.

Comme jadis grâce aux Éléments, les six amies réunies sentaient la force de la lumière se répandre en elles et jaillir pour les défendre. Lumière, Harmonie, Équilibre… Tout ne faisait désormais plus qu’un. Les ténèbres qui chargeaient ne projetaient plus aucune ombre sur elles.

Quand l’arc-en-ciel fut complet, il fila à travers les airs, dissipant la noirceur sur son passage. Le chariot fit une embardée pour l’éviter et vira de bord pour le charger de front. Toutes les ténèbres qui restaient s’unirent et filèrent en avant, mais la lumière fila elle aussi à sa rencontre.

Aux commandes, Tirek faisait claquer son fouet, lacérant le dos des quatre dragons de son attelage. Cela ne se reproduirait pas. Minuit ne pouvait pas être vaincu à nouveau. Ce n’étaient plus de simples poneys qui le portaient, mais un attelage d’alicornes, dont la force, révélée par les ténèbres, dépassait de loin celle de toute autre créature. Rapide et tranchant, le char évita l’assaut, puis plongea vers les six ponettes. L’Arc-en-Ciel avait continué sa trajectoire ascendante, laissant les porteuses des Éléments sans défense. Une des ponettes hurla.

Il fallut une longue seconde pour que le cri poussé par Fluttershy parvienne à ce qui restait de l'esprit de Discord, enfermé dans le corps monstrueux dans lequel l'avait emprisonné Minuit. Dès qu'il le reconnut, un sursaut le parcourut, et il n’était pas seul ; il sentait près de lui les esprits enchaînés des trois alicornes se battre pour échapper à l’emprise des ténèbres. Les cris de terreur des autres ponettes furent l’étincelle qui déclencha tout. Il ne sentait plus l’étouffante emprise de Minuit, ni la douleur du fouet de Tirek dans son dos ; seule demeurait la volonté grandissante de se battre pour aider ses amies. La bête secoua la tête. La lueur maléfique dans son regard avait disparu. Échappant au contrôle de son maitre, l’attelage vira de bord. Il ne filait plus vers les six amies, mais vers l’Arc-en-Ciel, qui avait fléchi sa course pour se retourner.

Le maître du chariot n’eut pas le temps de crier. Dans un éclair aveuglant, il fut tout entier submergé. La dernière image que les poneys eurent de lui fut deux bras levés au ciel, puis il s’évapora dans le néant.

 

***

 

La tornade de noirceur avait disparu. Le soleil brillait à nouveau dans le ciel. Enfin libres de leur mouvement, les astres du jour et de la nuit avaient repris leur course sur la voûte azurée. À l’ouest, le ciel se parait déjà des premières teintes orangées du crépuscule. Les habitants réfugiés dans la forêt osaient enfin quitter le couvert des arbres et s’aventuraient, curieux mais prudents, entre les bâtiments. Plusieurs poneys déboussolés erraient dans les rues du centre, comme s’ils ne se rappelaient comment ils s’étaient retrouvés là. Certains portaient encore leur armure de la garde. Glavius ôta son casque et se passa la patte dans la crinière.

– Euh, Whisper, on a fêté quelque chose, hier soir, à la caserne ? Parce que j’ai comme un trou noir, là…

Le licorne se contenta de hausser les épaules. Était-ce un reste de rêve ou se sentait-il légèrement… écailleux ?

Sur la petite place, Twilight et ses cinq amies, la larme à l’œil pour certaines, échangeaient accolades et retrouvailles émues avec les trois princesses et le draconequus. Célestia, les traits tirés par la fatigue, considérait avec fierté son ancienne élève.

– Une fois de plus, tu as été héroïque, princesse Twilight.

La jeune alicorne ne put que rougir. Non, décidément, ce n’était pas de sitôt qu’elle s’habituerait à ce qu’on l’appelle comme ça.

Elle portait toujours le médaillon à son cou. L’Arc-en-Ciel avait réintégré le bijou, mais elle sentait toujours à travers son pelage la douce tiédeur qui en émanait. Célestia tendit le sabot pour effleurer l’objet.

– Je savais que tu le trouverais, murmura-t-elle.

– Je n’ai pas eu à le trouver. C’est lui qui est venu à moi.

Célestia sourit à nouveau.

De l’autre côté de la place, Luna et Discord contemplaient en silence la forme noire du char qui gisait, renversée, en face d’eux. La lueur jaune dans les yeux de la sculpture avait disparu. Le bois et le métal reflétaient enfin la lumière du jour.

– Est-il vraiment parti, cette fois ? demanda l’alicorne marine.

– Peut-être, répondit le draconequus. Pour autant que le mal puisse réellement disparaître pour de bon. Quoi qu’il en soit, le coup qu’il vient de prendre l’a mis hors d’état de nuire pour un bon moment. Un peu comme ce qui est arrivé à une certaine jument de la nuit de ma connaissance, pas vrai ?

Il compléta sa remarque par un coup de coude, un sourire appuyé sur le visage. Luna répondit par une moue de lassitude.

– Et être changé en pierre, c’est comment ?

– Mouais, touché.

Le silence retomba tandis qu’ils fixaient à nouveau le char.

– Que devons-nous en faire, maintenant ? finit par demander l’alicorne. Le cacher à nouveau, et prendre le risque que d’autres le réveillent à leur tour, tôt ou tard ?

Sans daigner répondre, la draconequus tendit le bras et, après une seconde d’hésitation, posa prudemment une griffe sur le bord cerclé de fer d’une des énormes roues. Luna observa, tendue, mais rien ne se produisit. Discord sourit. Dans un claquement de doigt, il fit apparaître dans sa main une énorme clé à molette. En quelques secondes, sans que Luna ait le temps de réagir, il démonta et retira la roue.

– Quel mal pourrait bien faire un char auquel il manque une roue, après tout ?

Sous le regard ébahi de l’alicorne, il s’en alla en sifflotant, la roue sous le bras.

De l’autre côté de la place, Twilight fixait toujours le médaillon à son cou, sous le regard fatigué mais bienveillant de Célestia.

– Que dois-je en faire, à présent, Princesse ? Suis-je digne de le garder ?

– Mégane nous l’a laissé car elle savait qu’Equestria en aurait à nouveau besoin, tôt ou tard. Je pense que son destin est de rester ici, et je pense que c’est à toi d’en être la gardienne. Il est la graine qui a donné naissance à l’Harmonie, et j’ai le sentiment qu’il peut encore donner naissance à d’autres arbres au moins aussi magiques.

Twilight resta un instant pensive, le médaillon dans le creux de son sabot. Elle et son mentor tournèrent ensuite le regard vers le couchant, où la lumière du soleil laissait à présent place à la lueur argentée de la lune.

 

Plus tard ce soir-là, alors que tous étaient couchés, Twilight revint sur la place, le médaillon à son cou. Elle contempla avec tristesse les ruines noircies de ce qui avait été sa maison, mais un sourire finit par se dessiner sur son visage. L’Arc-en-Ciel de Lumière devait à nouveau prendre racine à Equestria. Au milieu des débris carbonisés, elle creusa un trou, au fond duquel elle enterra le bijou. Le lendemain, Poneyville tout entier découvrait, fasciné, le nouveau château de cristal qui se dressait sur la place.

Le char, quant à lui, fut immergé dans l’océan, dans l’espoir que nulle créature ne le fasse jamais remonter des abysses. Certains s’étonnèrent bien de l’absence d’une des roues, mais personne ne semblait savoir où elle était passée. Par la suite, les quelques rares personnes qui purent visiter la maison de Discord et qui l’interrogèrent sur la présence au mur de son salon d’une énorme roue de char se virent répondre qu’il s’agissait simplement d’un souvenir d’un vieil ami.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.