Discord icon

Love Will Find a Way

Discord était assis sur un tronc d'arbre à l'envers, la tête dans ses mains, l'air triste.

"D'abord ma femme", dit-il, "maintenant mes enfants, j’aurais dû m’en douter ! La seule créature en qui tu peux avoir confiance, c’est toi-même !"

Pendant qu’il parlait, Zany était apparu devant lui, ce qui mit un sourire sur le visage du draconequus.

"Ah, mon garçon !" hurla-t-il, en prenant le bébé dans ses bras. "Tu ne voulais pas quitter ton cher père, hein ? Tu ne m’abandonneras jamais, n’est-ce pas ?"

S’il n’avait pas été tellement pris dans sa joie, il aurait remarqué le sourire sournois sur le visage de l'enfant.

 

**************************************************

 

Mothball traversa la forêt, portant la jument inconsciente sur son dos. Ses oreilles se dressèrent quand il entendit un groupe de changelins à proximité. Il plongea rapidement dans les buissons. Screwball laissa échapper un gémissement. Il la fit taire avec son sabot.

"Elle doit être quelque part par ici !" cria l’un des soldats. "Je sens le chocolat au lait !"

Le prince déglutit, mais il eut une idée. Il prit la forme d'un soldat changelin et bondit hors de sa cachette.

"Vous êtes stupides ou quoi ! ? Vous venez de la manquer !" hurla-t-il en pointant dans la direction où il venait d'arriver. "Elle est allée dans cette direction !"

Un des changelins renifla l'air. "Il a raison ! La piste est encore fraîche ! Nous pouvons encore la rattraper !"

Dès que les trois soldats furent partis, Mothball ramassa Screwball et se déplaça aussi vite que ses jambes pouvaient le porter. Après un certain temps, il tomba sur une cabane étrangement décorée dans un grand arbre. La lumière était allumée, donc celui qui y vivait était certainement à l’intérieur.

Peut-être qu'ils peuvent nous aider, pensa Mothball.

Il était sur le point de frapper à la porte quand il réalisa qu'il était encore sous son apparence de changelin. Aucun poney ne l'aiderait sous cette forme. Il utilisa le déguisement qu'il avait utilisé plus tôt dans la journée avec Screwball. Il tapota son sabot maintenant gris sur la porte.

"Qui frappe si tard ?" demanda une voix féminine et profonde venant de l'intérieur de la cabane. "Je viens, s'il vous plaît attendez !"

Un poney rayé noir et blanc ouvrit la porte.

"Qui es-tu, étranger ? Ne sais-tu pas que le danger rode la nuit dans cette sombre et profonde forêt ?"

"S'il vous plaît !" supplia Mothball. "Vous devez m’aider ! C’est mon amie, elle est ..."

Les yeux du poney s'écarquillèrent à la vue de la jument inconsciente. "Screwball ! Fais-la entrer, place la sur le lit, et dis-moi ce qu’il lui est arrivé !"

Elle guida le prince déguisé sur le lit et l'aida à mettre Screwball dessus.

"Vous pouvez l'aider ?" pria Mothball .

"Oui, je peux aider ton amie, mais pour ça je dois savoir ce qui a causé cette maladie ?"

Il se mordit la lèvre. Si cette jument savait qu'il était un changelin, elle le chasserait et l’éloignerait de Screwball.

"Elle, euh... eh bien ..."

"Ne dis rien !" ordonna le poney quand elle examina son patient. "Elle est très faible. Je peux à peine sentir les battements de son cœur. Je vais lui préparer un breuvage qui pourra l'aider à récupérer. Quand elle guérira ? Seul le temps nous le dira."

Mothball regarda curieusement la jument rayée qui cherchait dans ses étagères des bouteilles et des flacons.

"Je n'ai jamais vu un poney comme vous auparavant", observa-t-il.

"C'est parce que je ne suis pas un poney, mais un zèbre", dit-elle en se tournant vers lui. "Je suis Zecora, le seul et unique zèbre que tu verras en Equestria."

"Oh. Et comment connaissez-vous Screwball ?"

Le zèbre répondit à sa question quand elle prit une bouteille sur l'étagère. "Il y a dix-sept ans, sa mère était venue auprès de moi chercher du réconfort à propos d’une décision sur laquelle elle s’était mise d'accord. Elle avait choisi de devenir l’épouse d'un draconequus qui avait causé beaucoup de malheur, mais je lui ai dit que si elle allait auprès de lui, elle y trouverait un grand bonheur."

Mothball cligna des yeux. "C’est grâce à vous si ses parents sont ensemble ?"

Zecora se mit à rire quand elle versa le contenu de la bouteille dans une marmite d'eau bouillante.

"On peut dire ça comme ça. Oh, jamais je n'oublierai ce jour-là." Elle était sur le point de prendre un autre ingrédient quand elle vit que Mothball se tenait là debout sans rien faire. "Comme c’est impoli de ma part. Veux-tu un peu de thé pour te désaltéré ?"

Il n'avait jamais aimé le thé, mais il ne voulait pas rejeter l'hospitalité du zèbre. Il hocha la tête.

Après avoir mélangé plusieurs autres herbes et épices dans le chaudron, Zecora marmonna quelque chose dans une langue que le prince ne comprenait pas. Il sirotait son thé avec dégoût, mais ça n'avait aucune importance pour lui. La seule chose à laquelle il pouvait penser était la santé de son amie qui gisait immobile sur le lit à côté de lui. Alors qu'il tenait sa tasse avec un sabot, il occupa celui de Screwball avec l'autre.

En quelques minutes, le breuvage était prêt. Zecora le versa dans un bol et s’approcha de la jument malade.

"Mets sa tête en arrière", dit-elle à Mothball.

Le prince posa sa tasse et obéit au zèbre. Quand il pencha doucement la tête de Screwball, sa bouche s’ouvrit. Le zèbre mit le bol sur les lèvres de la jeune jument et versa lentement la soupe dans sa bouche. Quand elle eut fini, Mothball déposa soigneusement la tête de Screwball et sa bouche se referma.

"Est-ce qu'elle va s’en sortir ?"

Zecora soupira en tirant la couverture en peau de léopard sur le corps de la jeune jument. "Je n’en sais rien, je le crains. Pour l'instant, elle doit se reposer ici pour la nuit."

Les yeux de Mothball étaient remplis de larmes, il posa son sabot sur le front de son ami. "S'il te plaît, remets toi vite, Screwy."

Le zèbre ramassa la tasse de Mothball et examina les feuilles de thé. Ses yeux s’élargirent de fascination et ses lèvres formèrent un sourire.

"Comme c’est intéressant”, murmura-t-elle.

"Quoi ?" demanda le changeling, en face du zèbre.

Zecora lui sourit. "C’était très noble de ta part d’avoir aidé Screwball, c’est quelque chose que je n’attendais pas venant d'un changelin, Prince Mothball."

Sa mâchoire chuta de surprise.

"Je ... Je ne sais pas de quoi vous parlez !"

Le zèbre secoua la tête avec un rire. "Inutile de me mentir. Je te promets que je ne te ferai pas partir."

Il la regarda pendant un long moment, puis, à contrecœur, il se changea de nouveau en lui-même.

"Comment vous le saviez ? Est-ce que ce sont mes yeux qui m’ont trahi ?"

"Non”, répondit Zecora en tenant la tasse de thé. "Les feuilles de thé m’ont tout raconté. Et elles ne se trompent jamais, Prince Mothball."

Il soupira et s’affala sur le sol. "S'il vous plaît, appelez moi juste Mothball. Je ne suis pas un prince. Je suis un traître à mon espèce."

"Oui." Zecora hocha la tête. "Tu l'es parce que tu es tombé amoureux de la jument que tu était censé manipuler."

Il leva un sourcil. "Vous lisez dans les pensées ou quelque chose comme ça ?"

Au lieu de répondre, le zèbre lui fit signe de s'asseoir à la table. Il hésita à l'idée de se séparer de Screwball, mais il obéit. Après quelques secondes, Zecora l'y rejoignit avec une pile de cartes dans ses sabots.

"Eh bien, votre supposition est à moitié vraie", dit Mothball. "Les changelins ne peuvent pas aimer car ils n’ont pas de cœur."

"En es-tu sûr ?" demanda Zecora en inclinant la tête. "Même après avoir risqué ta vie pour emmener Screwball jusqu’ici ?"

"Elle est la seule amie que j’ai jamais eue. Que devais-je faire ?"

Elle secoua la tête. "Tu es tellement aveugle, c’est ça qui a fini par te trahir. Voyons voir ce que les cartes ont à nous dire."

Elle glissa les cartes de ses sabots et les étala sur la table.

"Prends en trois, et elles nous dirons le passé, le présent et le futur."

Mothball haussa les épaules et décida de se prendre aux jeux du zèbre. Il en prit trois sur la table et les tendit à Zecora. Elle les mis en face, cachées au milieu et en retourna une sur la gauche.

La carte montra une image sur laquelle se trouvait une figure sombre avec des yeux rouges et brûlant qui firent grincer les dents de Mothball.

"Le Diable", expliqua Zecora.

"On dirait le père de Screwball."

Le zèbre jeta sa tête en arrière avec un rire. "Cela représente l'enfer de ton passé. Tu as été grondé et harcelé. Un démon a pris le contrôle de ton esprit et il t’a appris à être aveugle et à ignorer ton cœur, tout à fait intelligemment. En conséquence, tu as été traité injustement."

"Ma mère."

"Toi aussi tu te vois comme un démon, comme ta mère, un monstre qui appartient aux enfers. Tu penses que tu es sans cœur, sans émotion et mauvais. Et ce sont ces mêmes pensées qui te donnent tant de malheur."

Mothball ne dit rien. Zecora tourna la carte du milieu, révélant un pégase blanc avec des ailes rouges verser de l'eau dans le gobelet d’un autre.

"Ton présent montre de la Tempérance", déclara le zèbre, "un symbole d'équilibre."

"Qu'est-ce que ça veut dire ?" demanda le prince.

"Tu as renoncé à tes habitudes de changelin et tu as laissé tes vraies émotions prendre leur chemin. Toute ta vie, tu as suivi ta maman. Mais tu as quitté cette jument. Les pégases aux ailes rouges représentent le « désir », et celui avec la colombe sur la tête représente la « pureté ». Ce qui veux dire que tu as beaucoup gagné en maturité. Tu es une créature qui se nourrit de l'amour, mais tu la partages avec cette colombe désormais ".

Elle montra Screwball du sabot.

"D'accord, j'ai changé", admit Mothball, "mais je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas fait pour aimer !"

Zecora soupira. "Si tu en es si sûr. Maintenant, nous allons voir ton futur."

La dernière carte représentait deux licornes, une jument et un étalon, se regardant intensément l'un l'autre, leurs sabots étaient enlacés et leurs cornes se touchaient. Au-dessus de leurs cornes se trouvait un cœur rose et étincelant. Zecora sourit à celui-ci.

"Les amoureux."

Mothball grogna. "Laissez-moi deviner."

"Quand vient l'amour, votre avenir est prometteur. Vous croyez vraiment que je vais avaler ça !?"

"Ce sont des cartes. Elles ne veulent rien dire."

Le zèbre secoua de nouveau la tête. "Cette reine a vraiment réussi à égarer tes pensées, mon pauvre garçon. Peut-être que je peux te convaincre d’une autre façon."

Elle fit le tour de la table et, sans avertissement, elle plaça le sabot de Mothball sur sa poitrine.

"Hé, qu'est-ce que vous... ?"

"Que ressens-tu ?" demanda Zecora.

Il fit une pause. "Votre cœur ?"

"En effet. Maintenant, viens."

Quand il suivit le zèbre, Mothball réalisa quelque chose.

"Hé, vous ne venez pas d’arrêter de parler en rimes ?"

Zecora ne répondit pas et tira les couvertures de Screwball. Elle prit le sabot de Mothball à nouveau et la posa sur la poitrine de Screwball.

"Que ressens tu maintenant ?"

"Son cœur. Mais qu'est-ce que cela ... ?"

Il en fut soufflé quand le zèbre déplaça son sabot sur sa propre poitrine.

"Et maintenant ?"

Quelque chose battait sauvagement contre son sabot d'une manière similaire à celui de Screwball et Zecora. Il avait senti cela plusieurs fois avant, mais lui-même s’était dit que ce n’était rien d’autre que l'amour qu'il consommait et qui pulsait à travers lui. Alors pourquoi était-il exactement au même endroit de sa poitrine, comme pour de Screwball et Zecora ?

Était-ce à cet endroit que son cœur était censé ce trouver ?

Mothball leva les yeux vers le zèbre. "Il doit y avoir une autre explication. Je ne suis pas censé avoir un cœur."

"Cela ne signifie pas que tu n’en a pas", déclara Zecora. "Quoi d'autre pourrait se trouver à cet endroit ? Si tu n’as pas de cœur, Mothball, comment explique-tu tes sentiments envers Screwball ?"

Le prince regarda la jeune jument allongée dans le lit. Ses joues avaient repris des couleurs, donnant à son visage une douce lueur. Il sourit en voyant cela, mais il était aussi triste qu'elle ne soit toujours pas réveillée.

"Je ne peux pas l'expliquer", admit-il. "Dès le moment où je l'ai vue pour la première fois, j'ai été envoûté. Parfois, je me demandais si elle m’avait jeté un sort, mais plus je passais du temps avec elle, plus je me sentais obligé de rester avec elle. J'essayais de ne pas le faire, parce que je ne voulais pas lui faire du mal, mais à chaque fois je revenais."

"Je sais qu'elle m’aime. Je l'ai toujours su. Je me nourrissais de son amour, mais vous voulez savoir quelque chose ? Peu importe combien de temps je passais avec elle, elle n'a jamais semblé s’affaiblir, pas du tout. J'ai senti son amour se transférer en moi, mais son énergie n'a jamais diminué. Je commençais à croire qu'elle était en sécurité.”

Il baissa la tête. "Ce n’était clairement pas le cas, après ce que ma mère lui a fait subir."

Mothball remarqua que Screwball tremblait, alors il tira les couvertures sur son corps.

"Je n’arrête pas de penser à elle", poursuivit-il. "Tout en elle me fascine : son rire, son sourire, son sens de l'humour, ses cheveux, ses yeux …" Il soupira. "Oh, ses yeux, je donnerais n'importe quoi pour les revoir. Vous pensez qu'elle ira bientôt mieux ?"

Comme il ne reçut aucune réponse, Mothball tourna la tête. Le zèbre n’était plus derrière lui.

"Zecora ?"

"Ne crains rien, je suis là."

Il regarda autour de la chambre et la retrouva en train de remuer dans son chaudron. Quand il l'approcha, Zecora prit la tasse de thé qu'il avait bue et jeta les feuilles dans l'eau bouillante.

"Que faites-vous ?" demanda Mothball en regardant à l'intérieur.

Zecora prit un peu de poudre verte dans un pot et souffla dans le breuvage. Des images vertes commencèrent à se former, ce qui provoqua un halètement de la part du changelin. Bientôt, il regarda deux silhouettes, l'une qui ressemblait à Screwball et l'autre à lui-même. Les deux s’ embrassèrent et courbèrent leur corps de sorte à ce qu'ils forment un cœur. Soudain, l'image s’évapora et tout ce qui resta dans le chaudron était le liquide vert.

"C'était quoi ça ?" questionna le prince avec crainte.

"Ça", répondit Zecora, "c’est ce qui arrive quand deux êtres ne deviennent plus qu'un , quand ils possèdent une magie plus puissante que celle du soleil. Toute ta vie, on t’a dit que c'était une faiblesse, mais c’est faux. Au contraire, c’est de là que vient la véritable force."

"Ça vous arrive de donner une réponse directe ?"

"Non."

Il la regarda, puis il tourna le regard vers Screwball.

"Si rien ne change, je vais faire en autre mélange", dit le zèbre, "mais je vais avoir besoin d'herbes , pourrais-tu me venir en aide ?"

Mothball se retourna vers Zecora. "Comment puis-je vous aider ?"

 

**************************************************

 

Lorsque Screwball reprit connaissance, tout lui revint à l’esprit : l'effondrement mental de son père, sa rencontre désagréable avec Dinky, la supposée trahison de sa mère, son frère qui s’était révél être Chrysalis ...

Son frère.

"Zany", elle murmura.

Elle sentit quelque chose de froid sur son front, lui faisant ouvrir lentement les yeux.

"Zany", dit-elle encore.

"Chut", murmura une voix chaleureuse. "Doucement, ma petite pouliche."

Lorsque la vision de Screwball s’améliora, elle vit le zèbre lui donnant un sourire en appuyant un chiffon humide sur son front.

"Zecora ?"

"C’est bon de te voir éveillée. Dis-moi, ne souffres-tu pas ?"

La jeune jument grogna. "Ma tête."

Zecora partit pour un moment et revint avec une tasse de thé. "Bois, mais pas trop vite. Tu n’es pas en bonne santé, mais le pire est passé."

Screwball lutta pour s’asseoir. "Comment ai-je atterri ici ? Combien de temps ai-je été inconsciente ?"

"Pendant une heure, tu as été ainsi. C’est l’un de tes amis qui ta amenée ici, ma chérie."

"Vraiment ?" demanda-t-il, en sirotant le thé. "Qui ? Dinky ? Un des jumeaux ?"

Le zèbre était sur le point de lui répondre quand une voix l'interrompit:

"Hé, Zecora ! Je pense que j’ai trouvé les herbes que vous m’avez demandées !"

Un étalon gris portant un sac de selle se tenait devant la porte. Ne sachant pas que Screwball était éveillée, il se transforma en Mothball. La jeune jument haleta.

"TOI !"

Le changeling cria, puis sourit. "Tu es réveillée ! Dieu merci !"

Screwball regarda Zecora d’un regard accusateur. "Comment osez-vous le laisser venir ici ? ! Avez-vous la moindre idée de qui il s'agit ?!"

"Il est celui qui t’a sauvé la vie”, répondit le zèbre. "Je ne sais pas pourquoi cela causerait un conflit."

"Hm !" la jument souffla. "Lui, me sauver la vie ? Mes sabots ! Que se passe-t-il, votre altesse ? Vous ne vouliez pas perdre votre précieuse source de nourriture ?!"

Le sourire de Mothball avait disparu. "Qu'est-ce que tu racontes ?"

"Ne joue pas aux innocents ! Tu m’as utilisée durant tout ce temps ! Tu as dit à ta mère tous mes secrets ! Tu m’as trahie ! Je pensais que tu étais mon ami !"

Le prince était confus. "Screwy, laisse-moi t’expliquer ..."

"Je te faisais confiance !"

"Screwball, s'il te plaît reste couchée ..." commença à lui dire Zecora.

"Non !" cria-t-elle. "Je ne veux pas être dans la même pièce que lui !"

Tout à coup, les oreillers volèrent en direction de Mothball. Il avait réussi à les éviter de justesse.

"Screwy, s'il te plaît !" supplia-t-elle.

Mais la jument était déjà en marche vers la porte.

"Tu ne dois pas la laisser partir !" cria Zecora.

Mothball se déplaça devant la jument. "Les changelins sont à ta recherche ! Tu n’es pas en sécurité là-bas !"

Screwball grogna. "Je m’en fiche, tant que je suis loin de toi !"

Elle le repoussa et se mit à courir dehors. Elle ne savait pas où elle allait. Elle voulait juste aller aussi loin de lui que possible. Et pourtant, son cœur lui disait d'y retourner, mais elle ne voulait rien entendre. Elle n'avait plus confiance en son cœur.

Il ne fallut pas longtemps pour qu'elle soit à bout de souffle. Elle avait retrouvé une certaine force pendant son repos, mais pas assez pour se téléporter. Elle haleta de soif, puis repéra une rivière à proximité.

Quand elle se mit à genoux pour boire, elle regarda son reflet, lui faisant faire une pause. La jument dans l'eau lui ressemblait, mais elle était beaucoup plus pâle et beaucoup plus … fanée.

Elle sanglotait. "Tout est de ma faute. Si je n'avais pas été aussi folle et si j'avais écouté papa, rien de tout ça ne serait arrivé. Je serais encore à la maison avec ma famille, mes amis... Zany."

Son petit frère était son plus profond regret. Le pauvre enfant n’avait rien fait de mal, et pourtant il avait payé le prix de ses actions.

Screwball secoua la tête. "Non, c’est... c’est la faute de Mothball ! Il... il m'a trompée !"

Si s’était le cas, alors pourquoi ne pouvait-elle pas arrêter de penser à la façon dont il l’avait regardée quand elle s’était mise à courir ? Plusieurs questions se formèrent dans sa tête, pourquoi l'avait-il amenée à Zecora en premier lieu ? Pourquoi ne l’avait-il pas livrée à Chrysalis ?

Pourquoi elle ressentait encore des sentiments pour lui ?

Elle regarda encore son reflet et éclaboussa l'eau furieusement.

"Je ne sais pas quoi penser !" hurla-t-elle.

Elle enfouit son visage dans ses sabots, elle n’avait pas entendu Mothball qui était sorti des buissons.

Il la regarda avec des yeux tristes, il voulait enrouler ses pattes autour d'elle et lui assurer que tout allait bien. Elle avait le droit d'être en colère contre lui et il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir coupable.

Il voulait lui dire ce qu’il ressentait pour elle, mais il ne savait pas comment s’y prendre. Il n'était pas déguisé en poney et il n’avait rien à perdre. Il était dans son véritable corps de changelin. Après ce qu'il avait fait, pouvait-elle encore le croire ?

Il repensa à la nuit du Grand Gala Équestre, quand ils avaient dansé ensemble. Elle avait l'air si belle. Il avait ensuite réalisé qu’à ce moment précis de la soirée, il était tombé totalement et complètement amoureux d’elle.

Puis il se rappela de cette chanson et comme les paroles correspondaient étrangement à leur relation. Cela lui donna une idée. C’était ringard, mais s’était le seul moyen qu'il avait de s'exprimer.

Il commença à chanter: "In a very unusual way ..."

La tête de Screwball se redressa au son de sa voix.

"One time I needed you."

Elle se tourna vers lui, quand il s’approcha prudemment. Ses instincts lui disaient de courir, mais son cœur l'avait figée sur place.

Mothball déglutit quand il continua: "In a very unusual way, You were my friend."

Screwball leva un sourcil, légèrement confus au sujet de la raison pour laquelle il chantait. Ce n’était pas la plus douce des voix, et il y avait de la nervosité, mais elle n'était pas horrible non plus.

"Maybe it lasted a day,

Maybe it lasted an hour,

But somehow it will never end. "

Il tendit son sabot, mais elle se détourna. Mothball était blessé, mais il ne voulait pas abandonner.

"In a very unusual way,

I think I am ... "

Il étouffa sur ce mot.

"I think I am ..."

Screwball lui fit face à nouveau, les yeux écarquillés. Elle se souvenait de cette chanson au Gala, ainsi que le prochain couplet.

Est-ce que ça voudrait dire que... ?

Mothball hésita longtemps, puis il sauta le verset suivant, et celui d'après.

"In a very unusual way ..."

Il tendit son sabot à nouveau. Cette fois, elle se laissa toucher.

"I owe what I am to you."

Screwball tourna le reste de son corps quand il posa ses deux sabots sur ses épaules.

"Though at times it appears I won't stay, I'll never go."

Elle voulait rester à l'écouter, mais son esprit avait repris le contrôle et elle se dégagea de son emprise. Elle commença à partir la tête baissée, mais Mothball avait décidé de ne pas la perdre à nouveau. Il chanta plus fort et avec plus de passion:

"Special to me in my life ..."

Screwball s’arrêta dans son élan.

"Since the first day that I met you."

Elle tourna lentement la tête vers lui.

"How could I ever forget you

Once you had touched my soul ? "

Maintenant elle regarda directement dans ses yeux émeraude.

"In a very unusual way ..."

Ils étaient si sincères, si tristes, si désespérés, d'une manière qu'aucune créature ne pourrait l’être.

"You made me ...whole."

Elle n'avait pas besoin de son pouvoir pour voir qu’ils disaient la vérité.

Screwball se tourna complètement vers lui. Il lui tendit sa patte.

"Je t'aime, Screwy."

La jeune jument ne pouvait plus contenir ses émotions et n'hésita pas à se précipiter dans ses pattes.

                                                 

À suivre.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.