Discord icon

III. Pas de Répit Pour la Méchante Étape 19 : Tour de Passe-Passe du Destin

III. Pas de Répit Pour la Méchante

Étape 19 : Tour de Passe-Passe du Destin

 

Sunset bailla bruyamment et se recroquevilla dans ses couvertures chaudes. Les murs épais de l'usine noyèrent tous les bruits du monde extérieur, la pièce était aussi silencieuse qu'un cimetière. Il n'y avait que le bruit occasionnel de la tuyauterie, et le ronflement de Sunset.

Doux sommeil. À quel point cela lui avait manqué : le simple fait de fermer les yeux et de tomber dans la douce étreinte du sommeil sans craindre les cauchemars. Elle dériva en bordure de la conscience, au Pays Imaginaire juste avant de se réveiller, en savourant la quantité de repos qu'elle avait obtenu hier. C'était tout ce qu'elle avait fait depuis qu'elle était revenue de la soirée pyjama. Elle avait dormi pendant tout le samedi, et ne s'était levée que pour prendre une collation avant de retourner au lit.

Son esprit se lassa finalement du sommeil et força Sunset à ouvrir les yeux. Comme d'habitude, sa chambre était sombre : le bout de carton qui bloquait toujours la fenêtre ne laissait uniquement les fenêtres du rez-de-chaussée pour éclairer l'usine. Elle s'assit et tendit ses bras, pendant qu'elle bâilla encore tandis que ses os craquèrent. Son rideau de cheveux pourpre et or chuta sur ses épaules, et elle n'avait pas besoin d'un miroir pour lui dire à quel point elle était décoiffée. Elle frotta la poussière de ses yeux, et se remémora les événements de la nuit d'Halloween.

Le moins que l'on puisse dire c'est que ça avait été mouvementé. Il s'était passé beaucoup de choses dans ce court laps de temps, Sunset ne pouvait pas croire que tout c'était passé en une nuit. Et à la fin de tout cela...

Sunset passa un doigt dans ses cheveux, avec un petit sourire. Ce mot... un simple mot qui avait tant de signification derrière. C'était juste devant elle depuis tout ce temps et elle ne l'avait jamais remarqué. Pas jusqu'à que ses propres cauchemars menacent de la briser, pas jusqu'à ce que quelqu'un arrive finalement et intervienne...

Amis.

Le sourire de Sunset s'élargit. Le mot la chatouilla pour diverses raisons. Il était encore étranger d'une certaine manière, et une partie d'elle ne pouvait pas le prendre au sérieux. Sunset Shimmer qui se faisait des amis ? Une ancienne version d'elle aurait hurlé de rire à l'idée. Mais une autre partie d'elle était presque étourdie par l'euphorie de pouvoir enfin appeler ce groupe hétéroclite de filles ses amies. C'était comme si une fraction inerte de son cœur s'était enfin réveillée d'un long sommeil.

"Écoutez-moi, à débiter des absurdités poétiques." Sunset secoua la tête, mais son sourire persista. Elle s'étendit sur son lit et attrapa à bout de bras son sac à dos plein de bonbons. Elle en choisit un et le laissa tomber dans sa bouche. Si je continue comme ça, je vais me retrouver à cuisiner en chantant avec Pinkie.

Elle se leva, s'étira une fois de plus avant d'aller retirer le carton de la fenêtre, pour permettre à un petit filet de lumière d'entrer à l'intérieur. Elle pouvait voir les particules de poussière danser et tourbillonner dans l'air, alors qu'elles dérivaient vers le sol. Elles disparurent en un instant quand l'ampoule s'alluma.

Sunset s'assit à la chaise de son bureau, et tira ses jambes contre sa poitrine. Elle savoura le dernier morceau de bonbon avant qu'il fond et laissa son doigt parcourir une vieille rainure de son bureau.

"Et maintenant ?" demanda la princesse Twilight Sparkle, ses yeux en bouton pointèrent directement en direction de Sunset.

"Bonne question." Sunset se pencha en arrière sur sa chaise et fixa le plafond. Où aller d'un endroit comme celui-là ? Oui, elle avait des amies – Sunset ricana à elle-même – mais qu'est-ce qu'elle devrait faire avec eux ? Elle supposa qu'elle pourrait appeler l'une d'elles et lui demander si elle voulait faire quelque chose. Mais que feraient-elles ensemble ?

Sunset enroula ses bras autour de ses jambes et posa son menton sur ses genoux. L'amitié était quelque chose de compliquée. Elle souffla par son nez. "Eh bien, Mlle Princesse de l'Amitié ? Que dois-je faire ?"

La peluche était silencieuse pendant un moment avant de dire : "Les amis n'ont pas toujours à savoir ce qu'ils vont faire avant de le faire. Quand tu étais avec Twilight, vous aviez juste erré au centre commercial avant de trouver des choses à faire, non ?"

"Ouais, c'est un peu vrai, j'imagine." Sunset ferma les yeux, une image de Twilight apparut dans son esprit. Sunset avait ouvertement braillé sur son épaule, avant de s'endormir dans ses bras. La simple pensée de cela fit rougir les joues de Sunset. "C'était gênant."

Pourtant, c'était grâce à Twilight que Sunset avait un grand poids en moins sur ses épaules. C'était grâce à elle que Sunset pouvait dormir à nouveau. C'était grâce à elle qu'un peu d'obscurité avaient commencé à se consumer loin du cœur de Sunset.

Sunset fixa le jouet en peluche. "C'est quelque chose que vous avez toutes deux en commun : vous ne pouvez pas garder votre nez en dehors des affaires des autres."

"Avoue-le," dit la princesse Twilight d'un ton moqueur, "tu en es reconnaissante."

Sunset détourna la tête. "Pas de toi. Jamais de la vie." Sunset avait déjà montré sa gratitude envers Twilight. Dans son cœur Sunset l'avait remerciée mille fois. Mais juste parce qu'elle était reconnaissante ne signifiait pas qu'elle devait être toute gentille et distribuer des louanges à chacune de leur rencontre. Non, une accolade et quelques mots étaient tout ce que Twilight avait reçu. Et le Tartare gèlera le jour où Sunset remercia la princesse Twilight pour quoi que ce soit.

Deux faces d'une même médaille. Sunset appréciait cette Twilight et aimait même sa compagnie. Son intelligence était presque égale avec la sienne, et ses manières maladroites étaient toujours amusantes à regarder. Et la façon dont elle jouait du violon... Peut-être que Sunset fantasmait trop dans son imagination, mais ça sonnait comme si c'était venu tout droit des cieux.

Et au revers de la médaille était la princesse qui arrivait, ruinant tout, avant de la condamner à souffrir.

"Oh, allez. Tu ne souffres pas réellement."

Sunset donna un pichenette dans la tête de la princesse Twilight. "Peut-être plus tellement maintenant. Mais tout allait très bien jusqu'à qu'elle y mette son nez." Elle reposa ses pieds sur le sol et s'affala dans sa chaise. "Et dire que je pourrais être assise sur un trône en ce moment."

"Mais cela t'aurais vraiment rendu heureuse ? Seule avec tout le monde en-dessous de toi au lieu d'avoir de vrais amis pour changer ?"

Sunset attrapa la peluche et la jeta négligemment à travers la pièce. "Je ne suis pas d'humeur à discuter de la définition du 'bonheur' avec toi."

Malheureusement, le doudou exaspérant avait un point. Sunset ne pouvait pas s'empêcher de s'interroger sur les résultats de son plan bâclé. Aurait-elle vraiment été heureuse coincé sous la forme d'une harpie démoniaque, alors qu'elle laverait le cerveau ou éliminerait toute personne qui contesterait son règne ? Si ses cauchemars passés étaient fiables, la réponse était non. Bien sûr, dans ce scénario, elle serait encore dans l'impulsion primitive qui l'avait contrôlée au lieu de la culpabilité qui l'avait rongée ce dernier mois. Alors, qui pouvait le dire avec certitude ?

"Tu ne veux juste pas admettre que tu es reconnaissante envers la princesse Twilight pour t'avoir arrêtée avant que tu ailles trop loin," dit une petite voix dans le coin.

Sunset ferma les yeux et massa son front. "C'est ça, continue juste de parler. Continue à m'agacer. Ça ne m'empêchera pas de te lancer dans le micro-onde et de regarder combien de temps il te faut avant de fondre." Elle gifla une main sur son visage. "Et je continue à parler à une peluche."

Elle tendit le bras et attrapa son téléphone, puis navigua à travers sa liste de contacts jusqu'à ce qu'elle trouve le numéro de Twilight. Elle appuya sur le bouton d'appel, et espéra que Twilight n'était pas occupé un dimanche.

À son grand désarroi, le téléphone sonna jusqu'à ce qu'elle arrive à la messagerie vocale. Sunset raccrocha et jeta son téléphone sur son lit. Elle voulait vraiment passer du temps avec Twilight en ce moment. Ça, et parmi ses amies, le seul autre numéro qu'elle avait enregistré était celui de Pinkie.

C'était un non catégorique pour le moment.

Sunset pivota sur sa chaise, alors qu'elle regarda tout le tour de sa chambre pour trouver quelque chose qui serait la divertir pendant un certain temps. Il n'y avait que son ordinateur portable, et elle ne pouvait pas penser à quoi que ce soit d'amusant ou de productif dessus autre que de jouer aux échecs contre une I.A.

Elle tourna en rond, la salle devint un flou de couleurs avant qu'elle ralentit et que ses yeux se posent sur sa veste en lambeaux située au-dessus de sa garde-robe. Elle se leva, la prit de son lieu de repos, et la tint en face d'elle pour l'examiner.

Des éraflures et des trous la décoraient à plusieurs endroits depuis qu'elle avait été frappé par les Éléments. Une grande partie manquait à l'arrière depuis que la chèvre l'avait mangé. Et elle était sûre que les poches étaient encore collantes depuis que son milk-shake avait été renversé dessus.

"Je ne peux plus porter ça désormais," dit Sunset avec une voix lourde. "Nous avons vécu beaucoup de choses ensemble, mais... bien, tu me donnes l'air encore plus pathétique que je le suis déjà. Et tu me rappelles une vie que je ne veux plus vivre." Sunset essuya hâtivement une larme. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle devenait sentimentale sur une veste.

Là encore, c'était une si belle veste.

Elle soupira et la replia avant de mettre ses pantoufles. Juste avant qu'elle sorte par la porte, elle se retourna vers son bureau et regarda les sept couronnes qui reposaient dessus. Elle y retourna et les ramassa. Elle se sentait écœurée simplement en les regardant. Plus de reliques d'une époque révolue.

Elle marcha en bas, sortit dans la ruelle et sentit le vent froid de Novembre sur ses bras nus. Elle regrettait qu'elle n'eut pas assez de bon sens pour sortir avec quelque chose de plus chaud qu'un débardeur et un pyjama. Peu importe, elle n'en avait pas pour longtemps.

Sunset plaça ses éléments recueillis en face de la benne et ouvrit le couvercle, avant de reculer à l'odeur de nourriture pourrie et d'autres produits rejetés. Elle ramassa la première couronne du sol, la toute première qu'elle avait gagnée au Lycée de Canterlot.

Sunset la leva au-dessus de sa tête, la serra et la plia avec toute ses forces jusqu'à ce qu'elle se casse en deux. Le son fit écho dans la ruelle, et effraya un corbeau solitaire. Elle laissa tomber les deux morceaux dans la benne, et procéda de même avec la seconde.

C'était un sentiment libérateur. À chaque casse, Sunset sentit le monde devenir un peu plus lumineux ; le poids sur ses épaules était de plus en plus léger. Chacune de ses amies passèrent dans sa tête alors qu'elle brisait chaque couronne : Pinkie Pie, Fluttershy, Applejack, Rarity, Rainbow Dash et Twilight Sparkle.

Sunset ramassa la dernière couronne – la dernière qu'elle avait gagnée avant que son petit monde ne soit brisé par la plus grande réalité. Un symbole de ses sales coups fourrés, de sa manipulation sur les être inférieure... ses pairs, et son chantage sur une fille qui avait beaucoup plus mérité de gagner qu'elle. Sunset la plia, et la regarda se rompre par le milieu avant de se diviser en deux moitiés, le rubis en plastique au centre tomba en morceaux. Elle prit les deux moitiés et les cassa à nouveau avant de les laisser tomber dans la poubelle en-dessous.

Enfin, Sunset prit sa veste en cuir, la contempla une dernière fois avant de la jeter dans les ordures et de refermer le couvercle. Elle se tenait là avec une sombre expression, malgré le petit soulagement qu'elle ressentait. Plus que tout, elle était encore confuse. Que faire maintenant ?

Son estomac rugit, et Sunset se rendit compte qu'elle n'avait pas bien mangé un vrai repas depuis vendredi. Elle se retourna et repartit à l'intérieur, il y avait encore l'espoir d'un peu de raviolis laissé de côté dans le garde-manger.

Pour le mécontentement de son estomac, tout ce qu'elle avait laissé de côté était une boîte de nouilles et une orange. Elle se tenait en face du micro-onde, alors qu'elle pelait l'orange en attendant que son repas chauffe et jeta la peau à la poubelle.

"J'imagine que je devrais aller à l'épicerie aujourd'hui. Comment j'ai pu me retrouver avec si peu de nourriture, de toute façon ?" Sunset fronça les sourcils, alors qu'elle se souvenait du peu d'argent qu'elle avait. Elle ne pouvait pas se permettre tant de nourriture que ça. "Super, maintenant je vais devoir trouver un emploi, aussi." Elle jeta sa tête en arrière et poussa un fort grognement quand le micro-onde sonna.

Après un déjeuner inhabituel et une douche froide, pour remplacer sa veste Sunset s'habilla, avec un pull-over qu'elle avait mis de côté. Sunset le détestait pour deux raisons. Un : Flash le lui avait offert pour la Saint Valentin. Deux : Il était rose.

Elle attrapa son portefeuille et était sur le point de prendre ses clés, avant de décider qu'elle avait vraiment besoin d'économiser l'essence jusqu'à ce qu'elle soit sûre de pouvoir remplir sa moto quand ça lui plairait. Elle grogna à nouveau alors qu'elle sortait par la porte. Le magasin d'alimentation le plus proche était à un peu moins d'un kilomètre.

 

******

 

Sunset ramassa un panier à l'entrée et se dirigea à l'intérieur. Elle fit mentalement une liste de tout ce dont elle avait besoin. Principalement toutes sortes de produits en conserve rassasiant, des céréales, quelques fruits et de l'eau. Elle marcha en direction du rayon petit-déjeuner, et prit le paquet de céréales le moins cher, mais qui avait l'air le plus savoureux qu'elle pouvait trouver avant de passer aux aliments en conserve.

Je me demande combien ça paye de travailler ici, pensa Sunset quand un employé du magasin passa à côté d'elle. Elle jeta un œil dans son portefeuille et était horrifiée de voir qu'elle avait encore moins d'argent que ce dont elle s'en souvenait. Elle avait besoin de trouver un travail rapidement si elle voulait manger durant les prochaines semaines.

Elle regarda la boîte de raviolis végétariens, alors que son esprit dérivait vers les différents endroits où elle pourrait travailler, lorsqu'un sifflement se fit entendre derrière elle et que quelqu'un cria : "Lulamoon !"

"Augh !" Sunset jeta la boîte en l'air, puis jongla avec elle jusqu'à ce qu'elle ait une bonne prise et la maintenue contre son cœur effrayé. Elle se retourna pour donner un regard noir à l'homme derrière elle.

Il n'avait absolument pas changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu. Ses cheveux argentés ondulés étaient brossés en arrière et sa barbiche avait une petite boucle. Il portait toujours son costume bleu qui avait l'air cher, ses chaussures argentées et sa cape pourpre. Avec un sourire béat, il dit avec sa voix de scène : "Comme on se retrouve, Mlle Sunset Shimmer !"

Sunset plissa les yeux. "Artémis Lulamoon."

Artémis tournoya sur place et posa avec ses bras tendus. "Le Suprême et Mystique Artémis Lulamoon !" Il s'inclina et pivota sa main, une rose apparut entre ses doigts. "À votre service."

Sunset mit la boîte dans son panier. De toutes les personnes qu'elle avait prévu de rencontrer à nouveau dans sa vie, il était dans les derniers. Si loin en fait, qu'elle n'avait pas repensé à lui depuis l'incident où elle avait joué son assistante et avait été sciée en deux. "Que faites-vous ici ?"

Artémis se redressa et blottit sa barbiche dans sa main libre. "Mes instincts magiques m'ont dit que quelqu'un avait besoin de mon aide. Et voilà que c'est mon ancienne assistante !"

"Uh-huh." Sunset hocha la tête et se retourna pour prendre plus de nourriture. "Dites-moi, qu'est-ce que vos 'instincts magiques' disent en ce moment ?" Elle leva les doigts en l'air aux guillemets.

"Que vous ne me croyez pas et que vous n'avez pas pris mes mots de sagesse à cœur." Artémis glissa dans sa vision périphérique. "Toujours aussi douce qu'un cactus et vous avez toujours du mal à voir ce qui est juste devant vous, hm ?"

"Oui pour le premier. Quant au second, je vois le dîner de ce soir en face de moi," dit Sunset avec dédain.

"Aussi brutale et impitoyable que je m'en souviens." Artémis laissa échapper un éclat de rire. "Je serai négligent si je disais que votre mauvaise langue n'avait pas été un changement de rythme rafraîchissant pour mon spectacle."

Sunset le regarda, et scruta son visage pour discerner ce qu'il voulait. Tout ce qu'elle pouvait voir, était ce sourire insupportable qui pouvait correspondre à celui de Pinkie. "Sérieusement, qu'est-ce que vous voulez ?"

Artémis tapota la rose contre son nez. "Je devrais être celui qui vous le demande. Je ne plaisantais pas sur mes instincts magiques. Ils sont aussi entraînés qu'un chat sauvage. Ils ne m'ont jamais induit en erreur."

Sunset leva les yeux au ciel. "Écoutez, M. Lulamoon–"

"S'il vous plaît, M. Lulamoon est mon père, et franchement, ça me fait vieux. Appelez-moi Artémis, ou si vous préférez, Le Suprême et Mystique Artémis Lulamoon."

"Bien, Artémis." Sunset s'arrêta et respira profondément. Cet homme était presque aussi irritant que Pinkie Pie, sauf qu'il ne rebondissait pas sur tous les murs. "Écoutez, à moins que vos 'instincts magiques' peuvent me dire où trouver un peu d'argent, je n'ai pas besoin, et je ne veux pas de votre aide."

Artémis frappa dans ses mains, des étincelles s'envolèrent d'eux. "Ahah ! Mesdames et Messieurs, nous avons trouvé le problème ! Et j'ai une solution !" Il leva la rose et dans un nuage de fumée, elle se transforma en une simple carte de visite. Il la tendit à Sunset. "Je crois que c'est votre jour de chance, Mlle Shimmer."

Sunset saisit la carte et examina sa surface holographique, elle regarda l'image du devant du magasin qui changea en ceux des rayons d'objets bizarres. On pouvait y lire : Le Magasin d'Article Magique de Lulamoon. Dessous était les horaires d'ouvertures et un numéro de téléphone.

"Attendez... est-que vous ?" Elle regarda Artémis avec espoir.

"Et oui ! Un fois de plus, mes instincts magiques viennent à la rescousse ! Vous voyez, entre ma carrière grandissante et l'enseignement de ma chère Trixie sur la véritable essence de la magie, je commence à être un peu en manque de personnels pour mon cher petit magasin. Autrefois, c'était ma fierté et ma joie et je détesterais le voir sombrer."

"Alors, vous voulez que j'y travaille pour vous ?"

Artémis claqua des doigts et des confettis tomba sur la tête de Sunset. "Et elle obtient un point ! Oui, mon assistante enflammée, je vous offre une place dans la boutique la plus merveilleuse du monde connu !" Il jeta ses bras en arrière et des projecteurs semblèrent l’illuminé d'une lumière dorée.

Sunset doutait de la partie 'la boutique la plus merveilleuse', mais quand même. Un travail était un travail, et il y avait des endroits bien pires où elle pourrait finir par travailler. "Très bien, alors M. Lu– Artémis. Marché conclu." Elle tendit la main, Artémis la saisit et la secoua vigoureusement.

"Excellent, ma chère, excellent !" Artémis remit son bras en arrière ; sa main, cependant resta dans la poignée de Sunset.

Sunset cria de panique et laissa tomber la main, avant de la regarder disparaître dans un nuage de fumée et réapparaître au bout de la manche d'Artémis. Elle le foudroya du regard. "Donc, quand dois-je commencer ?"

"Dès que vous le pouvez."

"Eh bien... j'ai encore des retenues cette semaine, donc..."

"Des retenues ?" demanda Artémis en haussant un sourcil. "Rebelle à l'intérieur et à l'extérieur, je vois. Peu importe. Nous allons simplement démarrer ce week-end. Je ne voudrais pas vous écraser avec la quantité de magie à laquelle vous allez être exposée."

Sunset leva à nouveau les yeux au ciel.

Artémis lui tapota la tête. "Oh, je peux dire que vous allez être quelque chose. Eh bien, même les artistes ont besoin de se divertir." Il prit un peu de recul. "Adieu, mon assistante ! Je vous verrai à huit heure samedi ! Lulamoon !" Il eut un grand panache de fumée qui se dissipa rapidement en laissant une place vide où était Artémis avant.

Sunset fixa les traces de fumée, puis regarda la carte dans sa main. Elle la glissa dans sa poche et s'apprêta à reprendre ses courses quand elle prit conscience du nombre de personnes qui la regardaient. Elle donna un regard agacé aux autres clients qui avaient jeté un œil dans l'allée, et avaient sans doute entendu sa conversation avec Artémis.

"Occupez-vous de vos affaires !" dit-elle sèchement. Elle prit un peu plus de légumes en conserve et termina rapidement son shopping.

Quand ses articles furent alignés à la caisse, Sunset tira son porte-monnaie et en sortit son maigre trente-cinq dollars. Sunset fronça les sourcils et mordit l'intérieur de sa joue. Comment savait-il que je serais ici ? Et comment se fait-il qu'il était prêt à me donner un emploi ?

"Trente-neuf dollars, mademoiselle."

Sunset leva les yeux de son argent et pâlit. "Quoi ?"

"Trente-neuf dollars," répéta le caissier avec impatience.

"Vous êtes sérieux ?" Sunset fouilla à nouveau dans son portefeuille, bien qu'elle savait qu'elle n'avait pas plus d'argent. Elle soupira, remit son portefeuille dans sa poche et regarda ce qu'elle avait à remettre dans les rayons. Sa main effleura quelque chose qui ressemblait à du papier. Confuse, elle le saisit, sûre qu'elle avait mis la carte de visite dans son autre poche.

Dans sa main était un billet de cinq dollars et une note collante qui disait : Profitez de votre dîner ! -Artémis. P.S : Ceci sera déduit de votre salaire. Retournez. Sunset retourna la note. Souriez !

Sunset fronça les sourcils par pure défiance.

 

******

 

Six filles étaient assises autour d'une table ronde. En face d'elles était un grand calendrier avec les noms de chacune griffonnés dans les cases.

"Pinkie, c'est une merveilleuse idée !" dit Rarity alors qu'elle écrit son nom sous le 30 Novembre. "J'ai dû mal à croire que nous n'y avons pas pensé plus tôt !"

Pinkie croqua un grand morceau de sa barre de chocolat. "J'ai de bonnes idées quand il y a des bonbons et des cupcakes en face de moi," dit-elle, en pulvérisant des miettes sur le calendrier.

Rarity les essuya avec un air dégoûté. "Oui. Eh bien, connaissons-nous toutes le plan ?"

Les autres filles acquiescèrent et Applejack dit : "Facile. Tout ce qu'on doit faire est d'se relayer pour garder Sunset loin d'cette vieille usine poussiéreuse autant qu'on l'peut."

Fluttershy hocha la tête. "Moins de temps elle passe à l'intérieur, mieux c'est. Le manque de soleil ne peut pas être bon pour elle."

"En plus, ça nous donne toutes une occasion pour mieux la connaître," ajouta Twilight.

"Dès qu'elle a fini ses heures de colle cette semaine, elle va être coincée avec nous," dit Rainbow.

Pinkie se frotta les mains malicieusement. "L'opération : Occuper Sunset est lancée !"

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.