Discord icon

Chapitre XIII - Entre lumière et ténèbres

Elle filait du plus vite que ses force le lui permettaient. La peur et l'urgence seules maîtresses de son corps. Sa magie ne faisait que des tours à l'intérieur d'elle, afin d'accélérer sa course. Depuis combien de temps elle accourait ? Depuis combien de temps l'affolement s'était emparé d'elle ? Elle l'ignorait. Mais elle craignait avoir déjà perdu assez de temps. Pourtant cela ne faisait que quelques minutes depuis le début de sa panique.

Elle la portait sur son dos. Sa grande sœur était inconsciente. Comateuse. Quelque part déambulant entre la vie et la mort. Moribonde entre lumière et ténèbres. Le sang perlait de sa bouche, goutte à goutte. Comme la sève dégoulinante d'un arbre. Et son torse était anormalement, et dérangeamment mou. Luna, les larmes de terreur aux yeux, pouvait le sentir dans son échine.

À l'hôpital de Silver Shoals, les portes furent ouvertes dans un son fracassant. Avec la même brutalité qui frappa d'émoi l'alicorne noire quand elle eut vu sa grande sœur plonger dans les abysses des limbes.

"S'il-vous-plaît ! Aidez ma sœur ! Elle va mourir !"

Tous les poneys présents dans le hall d'accueil furent choqués par l'entrée tumultueuse de Nightmare Moon au sein de l'hôpital. Mais ils comprirent aussi très vite l'urgence : elle portait sur son dos une jument toute aussi grande qu'elle, et qui ressemblait très étrangement à leur ancienne régente. Exactement comme Celestia, mais son crin était comme le feu ardent du soleil, au lieu d'une simple et belle aurore boréale.

La professionnelle à l'accueil en était tout aussi ébahie que le reste des témoins. Et elle fit même un bon en arrière sur son siège roulant quand la grande alicorne noire aux pupilles fendues fonça sur elle.

"N... N, N, N, Nightmare Moon ! Pitié ne me faites pas de mal !"

"Appelez un médecin espèce d'imbécile ! Vite ! Celestia est mourante !" urgea l'alicorne enragée par le stress et la panique.

La ponette fit de son mieux pour regagner son professionnalisme en ressaisissant la gravité de la situation. Elle bégaya presque.

"Heu ou... oui, oui bien sûr."

Elle empoigna immédiatement le téléphone qui était sur son support. Elle fit tourner les chiffres. Après avoir saisi un des numéros privés de l'établissement, numéros qui permettaient d'appeler un médecin directement depuis le bureau en cas d'urgence, elle dit aussitôt qu'après le fil soit décroché au bout.

"Docteur Kin ? Venez immédiatement au hall d'accueil. Il y a... " Elle fit de son mieux pour trouver les mots le plus vite possible pour expliquer la scène assez indescriptible. "Nightmare Moon – heu Luna, je veux dire – porte heu... Celestia sur son dos et elle dit qu'elle est sur le point de mourir. C'est une urgence."

Alors qu'elle prévenait le médecin, Luna descendit sa sœur de son dos pour la soutenir dans ses bras et la regarder dans ses yeux clos. Il n'y avait aucun moyen pour elle de s'assurer si sa sœur était encore en vie. Mais elle avait pris l'apparence de Day Breaker juste avant son départ de la villa ; pour une raison qui lui échappait encore. Mais son crin continuait de flotter, preuve qu'elle vivait encore.

Enfin... si faiblement. Son crin de feu ondulait à peine. Et ses muscles étaient rigides. Elle prit son pouls et constata que ce dernier était faible. Très faible. Et avec toute cette essence blanche qui coulait de sa gorge, elle craignait que Celestia se noie actuellement dans son propre sang. Elle avait beau faire pencher la tête de Celestia pour ôter le sang argenté de sa gorge et lui donner un espoir de respirer, mais son poitrail ne faisait aucun mouvement d'inspiration ou d'expiration.

"Oh non non non non non... " paniqua Luna. "S'il-te-plaît 'Tia ne me laisse pas tomber."

Sans chercher à réfléchir, elle fit du bouche-à-bouche à Day Breaker, en croyant que cela pourrait l'aider à respirer. Les quelques poneys présents dans la salle, que ce soit des patients, des visiteurs ou des professionnels de santé, restèrent tétanisés et médusés devant la chose improbable : Nightmare Moon en train d'embrasser Day Breaker. On croirait le début d'une mauvaise blague.

Après un léger moment d'inattention, les membres du personnel de l'hôpital firent ce qu'il y avait à faire. Ils accoururent auprès des deux alicornes. Quand ces derniers arrivèrent auprès d'elles, il y eut un éclatement magique. Un étalon licorne en blouse blanche apparut. Comme pour les autres, ses yeux s'écarquillèrent en s'apercevant de ce que lui avait décrit la ponette de l'accueil. Mais il reprit très rapidement un sérieux et un professionnalisme hors pairs.

"Écartez-vous", ordonna-t-il aux deux infirmiers qui voulaient aider Luna à garder en vie ce qui ressemblait à Celestia. Puis il s'adressa à l'alicorne noire qui serrait la blanche, inanimée dans ses bras. "Allongez-la sur le flanc. Je vais examiner son corps. Vous avez une petite idée de où elle a été blessée ?"

À la fois pleine d'espoir et toujours craintive pour la vie de sa tendre sœur, elle la coucha sur le côté en face du médecin. "Je... je crois que c'est au niveau de sa poitrine."

Sans perdre de temps, il fit briller sa corne de son aura orange. Et son sabot s'illumina de cette même lueur. Il passa ce dernier au niveau de la poitrine de la jument blanche tandis qu'il fermait simultanément des yeux.

"C'est un honneur de pouvoir vous rencontrer en personne, madame Luna. Je suis le docteur Kin", dit-il avec les yeux clos. "J'aurais seulement espéré que cela ne se produise pas dans un tel scénario."

"Et vous... vous ne vous posez pas de question sur mon apparence ?" doutait la jument noire un instant, sa conscience reprenant le pas sur sa torpeur maintenant qu'un médecin était là.

"Le moment n'est pas aux questions, mais à la réaction." Ses yeux s'ouvrirent d'un coup de stupeur. "Sainte mère de Faust !" s'écria-t-il en réaction après avoir scanné magiquement ce qu'il se tramait sous le pelage blanc de son ex-dirigeante. Il parla aux deux infirmiers. "Je vais préparer un bloc opératoire immédiatement. Alertez le docteur Breath de la situation : j'aurai besoin de son aide au plus vite. Prévenez vos collègues de ce qui se passe. Il nous faut toute l'assistance nécessaire." Il se tourna ensuite vers la jeune jument à l'accueil. "Toi, la stagiaire."

"Heu... oui, docteur ?"

"Quel bloc est disponible ?"

"Le... le bloc trois je crois ?" dit-elle au hasard. "Il n'a pas été utilisé depuis la semaine dernière à ce que j'ai entendu dire", informa la ponette à la robe lilas.

En réaction, Kin fit un bref signe de tête aux deux autres personnels soignants qui partirent aussitôt exécuter ce qu'on leur avait ordonné. Il fit léviter le corps de Celestia dans sa magie et galopa dans une direction bien définie. Luna, chez qui fut entretenu un fifrelin d'espoir dans ses yeux, le suivait de très près.

À une grande entrée avec deux battants, avec au-dessus une plaque avec marqué « B3 », Kin passa le seuil et commanda à Luna de ne pas aller plus loin. Cette dernière qui ne désirait pas abandonner sa sœur s'offusqua.

"Vous ne l'abandonnez pas. Bien au contraire", tempéra le médecin la jument en panique. "On s'occupe de tout. Maintenant veuillez attendre autre part : vous risquez de gêner la circulation si vous restez au milieu du couloir."

Il s'engouffra dans le bloc avec Celestia dans son aura, toujours avec la vie vacillante, menaçant de s'éteindre à chaque instant. Luna se plaça près du mur en face de la large porte et reconsidéra sa volonté de le suivre à l'intérieur. Elle voulait simplement rester avec sa sœur et être sûre qu'elle s'en tirera. Mais il était vrai qu'avec ses peurs, sa nouvelle apparence et son aura sombre, elle ne pourrait que les déranger dans leur travail. Et ça n'aiderait certainement pas Celestia.

Bats-toi, 'Tia, pensait-elle du plus profond de son âme. Il est hors de question que tu abandonnes maintenant. Je t'interdis de mourir.

Celestia est vraiment la reine des imbéciles, dit Nightmare Moon, absolument pas touchée par la peur qui animait sa jumelle. Il y avait également un très profond mépris dans sa voix. Elle est même encore plus sotte que toi. Elle a encore voulu se faire la maîtresse de notre vie, et là elle en paie le prix juste.

Tais-toi, Moon, rétorqua Luna. N'as-tu pas conscience qu'elle va très probablement mourir ?

Tu ne veux pas plutôt dire « certainement » ? répondit encore le Nightmare avec pragmatisme, sans être impactée par les vives reproches. Car au rappel tout de même, tu l'as pas mal amochée. Tu as littéralement broyé sa cage thoracique. Et je préfère éviter de te parler de l'état dans lequel doivent être son cœur et ses poumons.

Son cœur battait encore Moon. Nous l'avions clairement ressenti. Il y a toujours de l'espoir.

Ton manque de réalisme me fait doucement ricaner. Elle ne survivra pas. Personne ne survivrait à un coup d'une telle violence. Rappelle-toi que depuis que tu as bu du sang, ta force physique a décuplé au-delà de celle de n'importe quel poney terrestre.

La parole juste et franche de Nightmare Moon fit relativiser Luna dans son horreur. Elle se rappela des enseignements que Selifós lui avait prodigués. Sa force physique était puissante à un point qu'un simple coup de sabot serait mortel. Il lui avait même vivement recommandé d'apprendre à contrôler cette nouvelle énergie ou, justement, elle risquerait de tuer accidentellement quelqu'un. Pourtant il ne s'agissait que d'une simple ruée : elle cherchait juste à la dissuader de la retenir. Elle n'y avait pas particulièrement mis beaucoup de force. Sur le coup, cela l'effraya. Car ça signifiait que si elle avait frappé Celestia de toutes ses forces et de toute sa rage... non... non. Luna n'avait pas envie d'imaginer : la scène aurait été trop gore, même pour un metteur en scène de film d'horreur.

Le plus ironique dans cette histoire fut que la première victime de sa nouvelle condition était sa sœur ; et comble du sort, ce fut avec cette même force qu'elle put amener Celestia jusqu'à l'hôpital sans gêne malgré le poids de sa sœur, alourdi par tous les gâteaux que cette dernière avait l'habitude d'ingurgiter. Elle grinça ses dents de colère quand Nightmare Moon continua.

Et puis je ne comprends pas pourquoi tu perds ton temps avec elle. Je ne l'ai jamais compris. Qu'est-ce qu'elle t'a apporté ? à part de la colère et du chagrin ? Hein ? Dis-moi. N'était-ce pas elle qui t'ignorait et qui t'avait abandonnée dans ta solitude ? N'était-ce pas elle qui nous avait bannies sur la lune sans comprendre pourquoi on avait pris le risque de s'y retrouver ? N'était-ce pas elle qui ne t'écoutait jamais ? à toujours te contraindre à des choses qui ne te plaisaient pas ? à toujours te formater selon ses règles ? sans prendre en compte l'ampleur de l'impact néfaste que cela pouvait avoir sur toi ? Tu n'as jamais eu besoin de Celestia. Avoue-le. Elle mérite de payer pour avoir gâché MILLE années de notre vie !

Tais-toi !

Allons donc... tu remettrais en question toute cette vérité ? Tout ça pour quoi ? Parce que tu l'aimes ? Qu'est-ce que ça t'a apporté d'aimer une sœur toxique ?

'Tia n'est pas toxique ! Elle pensait bien faire en éloignant Selifós de moi. Mets-toi un peu à sa place : un inconnu qui te dit être ton parent, et qui boit du sang, et qui transforme ton être le plus cher en un buveur de sang aussi. Tu aurais des raisons de te montrer protectrice ! Je comprends et respecte la perspective de 'Tia. Elle voulait juste faire ce qu'elle croyait être mieux pour moi. Même si nous étions en désaccord. Et puis dans le fond, son absolutisme n'est pas si différent du tiens. Ne serait-ce pas hypocrite de ta part de dire qu'elle est toxique alors qu'elle ne l'est pas plus que toi ?

Nightmare Moon ouvrit grand les yeux. Elle baissa humblement la tête, reconnaissant son erreur ; ce qui ne lui ressemblait pas. Elle applaudit légèrement dans le creux de ses sabots, mais d'une manière assez dédaigneuse.

Et bien, Luna. Il est rare que tu réfléchisses autant. Je suis impressionnée. Vraiment. Je veux bien te laisser le dernier mot sur ce coup-ci. Mais reconnais en revanche qu'elle cherchait à nouveau à créer le conflit entre nous deux. Preuve en est : tu me fustiges tout en la défendant. Moi aussi de notre part je ne cherche qu'à protéger notre intégrité et notre harmonie. Assume-le : l'aimer ne t'a apporté que de la souffrance. C'est bien là ton plus gros point faible Luna : tu aimes. Et l'amour est une faiblesse qui te rend aveugle et stupide. C'est à cause de l'amour que tu as toujours été aussi sotte pendant tous ces siècles. Et si tu faisais preuve d'un peu plus d'intelligence, tu serais allée jusqu'à réconcilier 'Tia avec moi, directement. Et non seulement tu y as prêté guère d'effort ; trop occupée à écouter Selifós ; mais en plus, elle-même était trop butée pour faire ne serait-ce qu'un seul pas dans le bon sens. Et finalement quoi ? Elle se rallie à cette... cette... cette bâtarde ? Tout comme elle, 'Tia a refusé d'ouvrir les yeux et veut que tu rebrousses chemin, quitte à te faire souffrir une énième fois. Je te rappelle que c'est de sa faute si Selifós nous a été arraché. Et toi tu la défends ? Tsk. Ton amour te tuera.

Tu traites l'amour de faiblesse. Je te rappelle également que toi-même tu m'aimes.

Je ne t'aime pas au sens où tu l'entends. Moi ça vient de la raison. Et toi ça vient du cœur. Et c'est justement pour cette raison que mon amour à moi est plus réfléchi que le tiens. Et c'est aussi pour ça qu'entre toi et moi, je resterai toujours la plus intelligente.

Luna roula des yeux, cessa de répondre à sa sombre moitié. Elle mit ainsi un terme abrupt à la dispute qui avait éclatée avec celle à qui elle avait pourtant prétendu avoir fait la paix. À quoi bon continuer cette mascarade, si ce n'était que pour s'enliser encore une fois dans ces vieilles querelles ? Elle en avait plus qu'assez et ne désirait que passer à autre chose. Inutile d'aller plus loin, et elle se préoccupait déjà bien trop de l'avenir de sa sœur pour débattre avec son Nightmare qui ne supportait jamais qu'on lui prenne le dernier mot.

Elle s'éveilla du tumulte de sa pensée quand passèrent en trombe un terrestre, lui aussi en blouse blanche, ainsi qu'une poignée d'infirmiers. Sans prendre note de la présence de Luna, déjà bien assez pressés par la situation comme ça, ils rentrèrent sans détour dans le bloc. Ils portaient sur eux des bombonnes et d'autres sortes d'équipements médicaux dont Luna peinait à en trouver le nom, tellement ils défilèrent vite devant ses yeux.

Ils agissaient avec tellement de vélocité. Exactement comme Luna l'avait fait lors de sa course jusqu'à l'hôpital. Tous aussi pressés par le temps qu'elle, tout portait à croire que la vie de Celestia ne tenait belle et bien qu'à un fil.

L'alicorne noire de jais tourna en rond avec stress et angoisse, s'arrêtant quelque fois pour se coller le front contre le mur, et à parfois donner des légers coups de sabot dedans pour se vider de son amertume. Pourquoi ? Pourquoi, pensait-elle. Pourquoi sa sœur l'avait retenue ? Elle ne pouvait pas juste l'accepter et continuer de la regarder comme elle l'eut toujours fait ? Était-ce si difficile de se réjouir avec elle de son harmonie avec Nightmare Moon ?

Et qu'est-ce qu'elle lui avait pris à elle ? À avoir répondu avec ce coup de sabot arrière ? À s'être rebellée avec autant de violence ? Pourquoi fallait-il que cela arrive ? Pourquoi un tel coup du karma ? Les choses auraient été autrement si Selifós n'avait pas été changé en pierre ?

Toutes ses questions tourbillonnaient dans sa pensée, comme elle en venait toujours plus à s'interroger sur sa propre personne. À se demander si elle n'était pas maudite. La perte de ses parents, la solitude, la haine, la colère, la tristesse, le deuil, l'exil... ce fut avec désarroi qu'elle dut reconnaître une chose terrible : sa vie était si emprunte de douleur qu'elle en oubliait les moments heureux. Était-ce vraiment dans sa destinée de souffrir ? En l'espace de seulement vingt-quatre heures, elle avait perdu son oncle fraichement acquis... et sa sœur.

En y repensant, elle se rappela d'une chose que Selifós lui avait expliquée une fois. Les Skiá n'avaient jamais été réellement aimés pour ce qu'ils étaient. Rares étaient ceux qui les comprenaient, que ce soit dans leur amour de la nuit, ou dans leurs besoins liés à leur nature. Leur aura sombre, leur domaine, la terreur qu'ils inspiraient, et le choix vite fait des poneys pour les Lux... Les ténèbres auxquelles ils étaient affiliés faisaient d'eux des êtres très durs à aimer et à approcher, à cause de l'aura obscure qui émanaient d'eux.

Luna aurait pu croire que c'était en s'affirmant en tant que Skiá qu'elle s'était retrouvée dans la fatalité de cette famille mais c'était heureusement, mais aussi malheureusement faux. Elle aurait pu finalement se détourner de Selifós et Nightmare Moon en retournant dans les idéaux de sa sœur et de Twilight. Mais elle aurait eu tort de faire ça. Selifós ne lui avait apporté aucun conflit ; seulement des réponses. Cette isolation et cette solitude étaient inhérentes à tous les Skiá et les poursuivaient comme une malédiction, un héritage maudit. Et Nightmare Moon n'avait rien à voir avec un monstre qu'il fallait maîtriser à chaque fois qu'il s'emporterait. C'était juste sa partie négative d'elle-même. C'était juste elle.

Elle retira sa tête du mur pour mieux regarder ses sabots maintenant d'un beau noir d'obsidienne, luisants comme deux onyx qu'un lapidaire aurait fraichement polis. Dans son trop plein d'émotion, une larme tombait sur eux. La découverte de sa réelle identité et de ses racines ne l'avait pas faite souffrir. Elle lui avait bien au contraire expliqué pourquoi elle avait autant souffert dans sa vie.

Pourtant Selifós lui eut dit que ce n'était pas une fatalité. Les Skiá se convenaient entre eux quand ils étaient seuls, lui avait-il expliqué. Et qu'elle n'avait juste pas eu la chance d'avoir vécu jusqu'à maintenant avec quelqu'un qui lui ressemblait au mieux. Celestia avait beau être sa sœur mais elles restaient toutes deux très différentes : son aînée n'avait jamais su la comprendre pleinement tout comme le reste des équestriens.

Selifós en la côtoyant, lui eut montré qu'avoir auprès d'elle quelqu'un comme lui était reposant. Elle aurait aimé avoir connu Selifós beaucoup plus tôt dans sa vie. Comment aurait pu être sa vie s'il était là avant son bannissement sur la lune ? Elle n'en serait peut-être jamais venue à avoir cette crise de jalousie, qui sait ? Elle aurait été heureuse s'il y avait juste à côté d'elle un poney qui comme elle aimait la nuit, et qui l'aimerait elle directement, et qui ne la laisserait jamais seule. Selifós était un peu... l'image la plus fidèle de son compagnon idéal de toujours.

Elle se sentait comme une pouliche en sa présence, et surtout en son amour. Elle ne se souvenait pas avoir connu un étalon la traitant avec autant de valeur. Et Selifós la chérissait comme il aurait toujours chéri sa femme. Bien sûr, il s'agissait encore de son oncle, et comprendre pourquoi il l'aimait autant lui avait permis de prendre du recul sur ses sentiments. Mais... elle ne se serait jamais imaginée aimer un étalon de la sorte un jour avant ça.

Et on le lui avait pris. On lui avait confisqué son oncle.

Et elle avait encore une dent contre sa sœur et Twilight pour le lui avoir volé. Elle avait clairement l'attention, une fois que Celestia sera hors de danger, de trouver un moyen de libérer son parent. Quitte à devoir affronter son ancienne amie, Twilight.

Et cette dernière avait fait une terrible erreur en le changeant en pierre. Car cela l'avait animée d'un désir vindicatif qui lui-même l'avait affermie dans sa détermination à accomplir pleinement l'assimilation de ce qu'elle était. Et en son esprit, les dernières barrières morales s'effondrèrent. Ne désirant plus appartenir à cette vieille caste qui l'avait trahie, elle décida d'embrasser sans dégoût ce qu'elle était devenue dans sa communion avec son Nightmare. Mordre un ami ? Cela ne la révulsait désormais plus. Elle se sentait prête à réussir l'épreuve que Selifós lui avait donnée. Et dont il avait fait clairement comprendre que tant qu'elle n'arriverait pas à adopter cette nouvelle philosophie, elle sera incapable de se nourrir seule.

D'ailleurs, à présent que sa sœur était entourée de poneys en mesure de lui sauver la vie, elle laissa son stress retomber. Et elle se rappela qu'elle avait toujours faim. Elle regardait se faire des aller-retours très rapides d'infirmiers et d'infirmières qui sortaient et rentraient du bloc, toujours pour apporter des choses qui semblaient nécessaires pour la survie de son aînée et qui paraissaient manquer sur la table de travail des médecins.

Elle ignorait encore combien de temps tout cela allait prendre. Une bonne demi-heure se fut écoulée depuis que Celestia eut disparu dans cette salle d'opération. Et à part des infirmiers entrant et sortant à toute jambe pour, semblerait-il, récupérer des trucs, personne n'interagissait avec la grande porte du bloc. Personne pour lui dire comment les choses avançaient, si sa sœur était tirée d'affaire ou non. Elle ne s'était jamais posée la question de combien de temps pouvait durer une opération chirurgicale. Cela dépendait de l'état du patient, bien entendu. Mais elle eut ouï dire que dans les cas les plus graves, les chirurgiens pouvaient ne pas quitter leur poste pendant des heures d'affilée.

"Le docteur Feather est demandée d'urgence au bloc 3. Je répète : le docteur Feather est demandée d'urgence au bloc 3", retentit une voix dans tout l'hôpital.

Et à peine une minute après cet appel qui ne rassura absolument pas Luna, une jument pégase à la robe capuccino fila jusqu'à la porte. Encore en train de se battre en plein vol avec le masque qu'elle se mettait sur la figure, pressée par l'urgence comme le reste de ses collègues. Et elle s'engouffra à son tour dans le bloc.

Si l'intervention d'un médecin supplémentaire était nécessaire, alors l'état de Celestia ne devait absolument pas être joli à voir. Mais alors là, vraiment pas. Luna pouvait le ressentir à travers son cœur qui tambourinait sans cesse, dans la peur de perdre sa grande sœur.

Elle profita que son aînée soit prise en charge pour arpenter les couloirs de l'hôpital jusqu'à finalement retourner au hall d'accueil. Elle n'avait pas envie de rester là à ne rien faire. Surtout que l'inaction la maintenait dans sa peur et elle devait trouver un moyen de stimuler sa pensée pour pas que ses craintes ne deviennent obsessionnelles. Et Celestia à présent inconsciente et plus entre ses pattes, elle avait enfin une opportunité d'atténuer librement sa soif de sang. Il était temps pour elle de chasser pour la première fois.

Mais souhaitant éviter de s'éloigner trop de l'hôpital, elle songea à peut-être mordre quelqu'un présent à l'intérieur du bâtiment. Et elle se préparait aussi mentalement à faire ce que jusque-là, elle redoutait de faire. Elle jeta un coup d'œil un peu partout, à l'affût d'une proie idéale.

Et alors qu'elle analysait les poneys observables, autant avec ses yeux qu'avec son odorat, elle se souvint des leçons de son oncle. Ne pas attaquer de poulains. Ne pas attaquer de juments enceintes. Ne pas avoir de remord, comme ne pas éprouver de plaisir dans l'acte de chasse. Et éviter de mordre un poney à la santé fragile pour éviter le risque de tuer. Et aussi, le plus prudent, serait de mordre un poney dans un endroit isolé. Comment allait-elle procéder pour être la plus discrète possible ? Surtout que de par son identité, sa célébrité, son aura et surtout de par sa nouvelle apparence, elle attirait l'attention de tout le monde autour d'elle.

Et alors son regard se posa sur la porte des toilettes. Ce qui lui donna une idée. Elle prit une mine naturelle et y entra, comme si elle avait une commission à y faire. Et à l'intérieur, elle trouva ce qu'elle espérait : un poney isolé qui se lavait les sabots. Elle eut un sourire carnassier quand la divine odeur du sang vint lécher ses narines.

La ponette remarqua sa présence quand elle eut fini avec le lavabo. Comme n'importe qui aurait pu avoir le même réflexe en voyant Nightmare Moon la fixer de ses yeux surnaturels, elle cria instantanément. Mais elle ne put le faire car sa bouche fut bloquée aussitôt par la magie de Luna. Cette dernière portait la pointe de son sabot à sa bouche, alors qu'elle continuait de lui sourire.

"Shhhhh... " fit-elle entre ses dents. "Je ne vais pas te faire de mal."

La pauvre petite jument ne la croyait qu'à moitié. Elle savait que c'était Luna après avoir entendu parler de sa course à l'hôpital à cause d'un problème avec Celestia. Elle eut ouï dire qu'elle avait changé. Mais la voir telle qu'on le lui avait conté dans les dernières rumeurs, lui glaçait le sang. Nightmare Moon était-elle réellement revenue ?

Elle recula prudemment jusqu'à se coller la croupe contre le mur. Luna utilisa sa magie pour ouvrir l'une des portes menant à une des cuvettes. Et elle s'approcha toujours un peu plus d'elle. Ce qui ne manqua toujours pas de faire trembler sa proie. Si elle n'avait concrètement pas l'intention de lui faire de mal, alors pourquoi la retenir comme cela et la fixer d'une manière aussi dérangeante ?

"Rentre là-dedans", lui intima doucement l'alicorne.

De peur qu'elle ne lui fasse vraiment du mal, elle se laissa commander par sa peur et obéit sans résister. Luna la suivit et ferma la porte derrière elle. Elles étaient un peu l'étroit dans la cabine mais pas assez pour que cela en devienne inconfortable. Et là, après avoir inspiré un coup pour se donner du courage et de la volonté, Luna la mordit dans le nuque.

Si sa faim et l'odeur alléchante l'avaient déjà assez tentée pour qu'elle le fasse sans révulsion, l'acte en lui-même lui permit enfin de s'affranchir de tout ce qui en elle pourrait l'accuser d'être un monstre ou quoique ce soit d'autre. Là, elle ne faisait qu'étancher sa soif. Le succulent sang l'apaisa alors qu'il atterrissait sur sa langue. Elle avait stratégiquement choisi de la mordre dans la nuque, c'est-à-dire sous son crin, afin que sa morsure soit bien cachée et dure à repérer.

La victime était drainée par sa peur et ses questions. Alors c'était vrai ce qu'on disait ? Que Luna avait été transformée en vampony par ce mystérieux étalon qui côtoyait les deux sœurs ces derniers jours ? Le même que la princesse Twilight avait récemment changé en pierre ? Et comment la princesse Luna pouvait lui faire ça ? Pourquoi cette trahison ?

Sa pensée se brouilla peu à peu. Les effets de la morsure l'endormaient progressivement, alors que sa tête s'engourdissait, à cause du sang qui ne l'irriguait plus correctement, Luna l'absorbant comme il venait à chaque battement de cœur. Ce fut comme si... elle plongeait soudainement dans un profond sommeil tout en restant clairement éveillée.

Quand Luna eut fini, elle donna plusieurs coups de langue sur la plaie à chaque fois que le sang en perlait à nouveau. Et alors que la morsure commençait à cicatriser, et que le ruissellement de sang abondait de moins en moins, elle se redressa et lécha ses babines rougeoyantes.

Elle réouvrit la porte de la cabine et vit que personne n'était venu. Quelle chance ! Elle se regarda dans le miroir et remarqua un long tracé du sang de sa proie qui maquillait sa joue droite. Elle se lava donc le visage.

Repensant encore à ce qu'elle venait de faire, elle s'étonnait elle-même à n'avoir ressentis absolument aucun regret à avoir fait ça. Elle s'était nourrie de son sang comme elle se nourrirait d'un laitue. Bien sûr, ce n'était pas une amie. Et Selifós avait semblé insistant à ce qu'elle morde d'abord un proche pour apprendre à chasser de sang-froid comme pour avoir de l'empathie pour ses victimes. Mais avec les circonstances actuelles, avec ce qui arrivait actuellement à Celestia, ce n'était pas vraiment dans l'angle de ses moyens pour le moment. Et puis elle se sentait déjà très fière d'elle d'avoir réussi à mordre sans éprouver de remord.

Et puis pourquoi éprouverait-elle de remord ? Elle n'avait fait que manger, exactement comme le ferait n'importe qui de sensé. Ses forces qui tremblaient en elle, comme une maison dont les fondations furent fragilisées, redevinrent stables et puissantes dans ses membres. Sa magie qui avait redoublé de puissance depuis sa fusion avec son Nightmare vit sa nouvelle vigueur réentretenue. Et Nightmare Moon était satisfaite au fond d'elle-même. Elle pouvait le sentir : Luna était repue.

Elle arborait un sourire satisfait et tranquille quand elle se retourna vers la jument qu'elle avait mordue, et qui sortait péniblement à son tour de la cabine. Luna eut un rictus particulier en l'observant marcher lentement vers elle. Elle voulut maintenant profiter de l'opportunité que sa proie était sous son contrôle pour tester avec attention ses nouveaux pouvoirs.

"Fais-moi un sourire", ordonna-t-elle dans sa curiosité.

La ponette lui sourit sans sourciller.

"Fais trois tours sur toi-même."

La ponette pivota sur elle-même trois fois. Des étoiles d'émerveillements brillèrent dans les yeux de Luna.

Fascinant... Pensait-elle. Elle m'obéit comme une marionnette.

Si c'était fascinant pour elle, ce fut en revanche très perturbant pour sa victime. Son corps obéissait machinalement aux ordres que la vampony lui donnait. Elle ne comprenait pas dans sa conscience, pourquoi elle exécutait les actions que Nightmare Moon lui donnait. Ce fut comme si elle n'était plus la maîtresse de ses choix. Ce fut comme si elle ne possédait plus de libre arbitre, malgré sa lucidité. C'était vraiment dérangeant, et surtout effrayant.

"Ce qu'il vient de se passer, tu n'en parles à personne. Absolument personne", exigea Luna et cette fois-ci avec plus de sérieux. "D'ailleurs, tu ne t'en souviens même pas toi-même. Ce qu'il s'est passé ne s'est jamais produit. Tu n'as jamais été mordue. Tout va très bien."

La ponette hocha nonchalamment de la tête. L'alicorne noire ignorait si avec ce pouvoir elle pouvait faire oublier certains souvenirs comme elle venait d'essayer de le faire. mais au moins, elle n'en parlera à personne. Elle en était certaine.

Ce fut donc avec sérénité qu'elle quitta les toilettes en laissant sa victime tranquillement retourner à ses occupations. Elle s'en retourna à ses occupations sans ressentir de réel remord. En agissant ainsi, elle avait non seulement fait un autre pas sur sa voie, la rendant maintenant toujours plus facile à parcourir, mais en plus c'était aussi une victoire pour elle et pour Selifós. La princesse Twilight ne pouvait pas l'empêcher d'assumer ce qu'elle était. Ni même ses amies. Et elle pensait également, quoique pensé avec une pointe de culpabilité cette fois, que Celestia ne pourra plus la rabrouer maintenant qu'elle était coincée entre la vie et la mort.

Et elle avait hâte qu'une fois ce problème résolu, elle puisse rendre la monnaie de sa pièce à sa fausse et traitresse d'amie de Twilight. Elle avait clairement l'intention une fois le moment venu de lui faire goûter un peu de sa nouvelle puissance. Exactement comme son oncle l'avait fait quand il eut réquisitionné sa magie pour qu'elle puisse la récupérer. Maintenant, c'était à son tour de venir en aide à Selifós.

En revenant du coup en face de la porte du bloc trois, elle vit que rien de spécial n'avait changé. Les médecins travaillaient toujours à la guérison de son idiote de sœur. Au moins elle n'avait rien raté de spécial. Donc elle continua de tourner en rond, toujours à attendre pleine d'espoir à ce qu'un médecin sorte pour lui dire que sa sœur était enfin tirée d'affaire. Malgré Nightmare Moon qui s'acharnait à affirmer que Celestia ne survivra jamais.

Le temps devint terriblement long. Une heure passa. Puis deux... Puis trois... Puis quatre... La nuit avança et l'hôpital se vida. Les quelques rares patients qui déambulaient avaient maintenant rejoint leurs chambres. Le personnel de nuit avait relayé le personnel du jour pour superviser l'hôpital et ses hôtes pendant le passage de la lune. Seul le bloc trois n'avait pas mué depuis ce moment. Signe que les médecins travaillaient encore.

Luna fatigua à force de patienter, de rester debout à tourner en rond dans son incertitude et sa boule au ventre. Elle parcourut de nouveau le couloir jusqu'à atteindre la salle de repos la plus proche et s'y assit. Quand elle expliqua à une infirmière de passage la raison de sa présence malgré l'heure avancée et la fermeture de l'hôpital, cette dernière décida de la laisser tranquille et de reprendre sa tournée. D'autant plus que l'hôpital tout entier était au courant de ce qu'il se passait. Celestia se trouvait au porte de la mort et avec les heures qui s'écoulaient, tout Silver Shoals et probablement même au-delà serait déjà au courant de l'évènement. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'on n'en parle partout dans les journaux.

À l'intérieur du bloc trois, du maelström de tout ce cauchemar, l'opération d'urgence touchait enfin à sa fin. Ou presque. Presque cinq heures que les docteurs Kin, Breath et Feather luttaient pour garder leur ex-dirigeante en vie.

"Non. Non. C'est impossible", niait le docteur Kin dans sa frustration, devant la table d'opération et entourée des aide-soignants et de ses deux collègues. "Nous ne devons pas laisser tomber."

"Nous avons fait tout ce que nous pouvions", lui répéta Feather. "Il n'y a plus rien que l'on puisse faire."

"Onze ans que je suis docteur. Huit ans que je suis chirurgien", dit l'étalon licorne en grinçant des dents. "De toute ma carrière, je n'ai jamais laissé qui que ce soit mourir sur ma table d'opération. Et si je devais échouer à garder un poney en vie, ce ne serait sûrement pas avec elle !"

Ils étaient tous nerveux et partageaient la même frustration que le licorne. Quoiqu'ils parvinrent à relativiser, contrairement à lui. Il était hors de question pour lui de laisser sa gouvernante bien-aimée décéder malgré toutes ces heures d'effort dans leur nuit blanche. Ils étaient parvenus à arranger le problème initial, à la guérir de ses multiples blessures et fractures. Mais les hémorragies étaient bien trop graves pour qu'elle puisse survivre.

Le docteur Kin avait urgé à ce qu'on utilise des perfusions pour continuer d'oxygéner et nourrir le corps de l'alicorne blanche, mais les ressources pour la maintenir en vie allaient inévitablement commencer à manquer.

"C'est très dur. On sait ce que tu ressens", dit le docteur Breath. "Nous non plus, nous ne voulons laisser personne mourir. Mais là, c'est peine perdu. Elle est morte. Autant réanimer un cadavre."

"Je t'interdis de dire qu'elle est morte !" hurla Healer Kin. Il pointa à tous le cardiogramme pour indiquer à tous son point de vue et surtout qu'il n'était pas fou. "Son cœur bat encore ! Il n'est pas trop tard ! Il y a forcément une solution !"

Une infirmière posa un sabot sur son épaule pour exprimer sa solidarité. Soft Breath dit encore avec une voix sombre et à contrecœur.

"Oui. Mais si faiblement. Et combien de fois on a dû utiliser les défibrillateurs pour le faire repartir ? Ce n'est qu'une question de temps ; de minute ; Avant qu'elle ne rende définitivement l'âme."

Épuisé. Migraine à la tête. Enragé. Il serra si fort des dents qu'il en eut mal aux gencives. Hors de question qu'il échoue maintenant. Pas avec elle. Pas avec celle qu'il avait aimée et admirée étant enfant. Soudain sa frustration se déflagra.

"Merde Merde Merde MERDE !!!" Il renversa le plateau contenant les outils de chirurgie dans un fracas assourdissant, plongé dans sa frénésie.

Ils ne savaient pas quoi faire face à autant de violence et de colère devant celui qui oubliait complètement la discipline de son métier. Perdre un patient était toujours une expérience terrible pour quelqu'un qui aliénait sa vie à sauver celle des autres. Ils le comprenaient. Comment pourrait-il réagir autrement ?

Surtout que là, il s'agissait de Celestia. Une personnalité importante. L'ex-princesse d'Equestria qui restait, reste, et restera encore et toujours La Princesse d'Equestria aux yeux de son peuple ; qui l'avait toujours préférée à la princesse actuelle. Comment annoncer une nouvelle aussi terrible pour Equestria ? Pour la princesse Twilight Sparkle ? Ou pire ! Sa petite sœur, Luna, qui attendait inlassablement, à l'extérieur, les résultats de l'opération.

Certains des poneys à l'intérieur du bloc en avaient les larmes aux yeux face à cette tragédie. Keen Feather saisit le docteur Kin dans ses sabots et le secoua pour l'extirper de son emportement.

"Reprends-toi Healer ! Rappelle-toi que t'es médecin !" En réponse, l'autre cria.

"Comment puis-je être médecin si je ne peux p– !" Il reçut une claque de la pégase.

"Re. Prends. Toi", posa-t-elle plus doucement.

Le docteur Kin en avait le torse qui tremblait. Il sanglotait presque. Il inspira et expira à fond. Plusieurs fois de suite. Afin de s'aider à mettre en pratique le conseil de la jument en face de lui. Après avoir réussi à se calmer ; ou presque ; il tourna ses yeux cernés et humides vers la princesse qu'il avait toujours aimée. Et dans ce nouveau calme effrayant et funeste, il accepta enfin. Il demanda au docteur Breath.

"Combien de temps nous restent-ils ?"

L'anesthésiste du groupe évalua le niveau des perfusions qui maintenaient Celestia en vie. Puis examina l'état de l'alicorne en elle-même. Il donna finalement son verdict sur un ton mélancolique et fataliste.

"Dix minutes. Peut-être moins. Ensuite tout sera enfin terminé."

Le docteur Kin inspira profondément. Encore une fois. Et il soupira. Fortement et longuement.

"Je dois annoncer la nouvelle à sa sœur", dit-il enfin. "Tu peux continuer de veiller sur son état pendant que je la prévienne ?"

"Oui. Bien sûr."

"Je vais t'accompagner", lui dit le docteur Feather.

En sortant du bloc, ils s'aperçurent que le couloir fut aussi vide que leurs espoirs. Ils trottinèrent jusqu'à atteindre la salle d'attente la plus proche et, Faust merci, Luna était là. Cette dernière bondit littéralement de son siège en voyant les deux professionnels de santé s'approcher d'elle.

"Alors ? Comment va ma sœur ?" leur demanda-t-elle le cœur remplis d'espérance. "Vous l'avez sauvée ?"

Healer Kin baissa tristement la tête. Honteux et se sentant coupable de son échec. Voyant que son collègue ne répondait pas à l'ancienne princesse de la nuit, Keen Feather baissa son masque et répondit à sa place.

"La situation est compliquée à décrire, votre majesté. Heu... je veux dire... madame. Nous avons pu sauver votre sœur dans un premier temps mais elle n'est pas encore tirée d'affaire", chercha-t-elle à relativiser. "Pour tout vous expliquer, la plupart des côtes de sa cage thoracique se sont fracturées. Ses poumons ont été éventrés ou transpercés par ces dernières. Et une des côtes fêlées a fait une lésion dans l'une des chambres de son cœur. Elle a fait une hémorragie interne. De plus, plusieurs vertèbres avaient été déchaussées de sa colonne."

Luna fit de son mieux pour ne pas paraître horrifiée par les détails. Le docteur Kin avait jeté un regard désobligeant à sa collègue, comme pour lui dire implicitement de ne pas insister non plus dans sa franchise incontrôlée et qui ne convenait pas pour le proche d'un poney encore sur le billard. Il dit à son tour à la jument noire.

"Cela a été long et difficile à résoudre mais nous sommes finalement parvenus à la guérir de ses blessures. Sa vie est maintenant hors de danger... à seulement un détail près, malheureusement."

"Expliquez-moi."

"Pendant l'opération mais aussi pendant que vous l'ameniez aux urgences, comme vous l'aura expliqué ma collègue, Celestia a souffert d'une hémorragie assez violente. Notamment à cause de son cœur qui avait été endommagé. Et j'ai la triste nouvelle de vous dire que... actuellement... votre sœur est actuellement exsangue. Elle n'a plus assez de sang pour irriguer son corps et lui permettre de survivre. On utilise des perfusions pour la maintenir artificiellement en vie mais ça ne la sauvera pas très longtemps."

"Que voulez-vous dire ?"

Kin se retint de continuer. Il n'avait aucun désir de l'assumer pleinement de sa propre bouche. Feather continua.

"Ce qu'on veut dire, c'est que votre sœur va décéder dans les minutes qui viennent... par manque de sang... et qu'il n'y a rien que nous puissions faire pour éviter ça."

"T... 'Tia va... "

"Nous vous assurons que nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir. Nous sommes désolés, madame", courba la pégase à son tour la nuque. Elle pleurait intérieurement. "Mes condoléances."

Les yeux de Luna tremblèrent dans son déni, sa colère et sa tristesse. Mais elle serra des dents et reprit avec force sa détermination à sauver Celestia.

"Comment osez-vous m'adresser des condoléances alors que ma sœur n'est pas encore morte ? Si Celestia va mourir parce qu'elle est exsangue, alors pourquoi ne pas lui donner du sang ?!"

"On le voudrait bien. On y a même pensé", releva le docteur Kin la tête, souriant devant le refus d'abandonner de l'ex-princesse de la nuit. "Mais nous avons découvert quelque chose d'assez surprenant en opérant votre sœur : son sang n'est pas rouge, mais argenté. Nous n'arrivons pas à l'expliquer nous-même comment cela peut être possible. Mais je suppose que ce doit être un... un truc d'alicorne."

"Et alors ? Qu'est-ce que ça change ?"

"Ça change tout, bien au contraire", répondit Feather qui avait relevé la tête à son tour. "Notre hôpital ne possède aucune poche de sang blanc. Et nous craignons ce que cela pourrait donner si on le mélangeait au sang rouge. Nous craignons que cela puisse être fatal pour votre sœur. Des patients sont déjà morts parce qu'on leur a accidentellement donné de l'hémoglobine dont le groupe sanguin n'est pas compatible au leur. Alors on ne veut même pas imaginer quel résultat désastreux cela engendrerait si on mélange deux sangs de couleurs différentes. On ne peut tout simplement pas prendre ce risque, madame."

Luna oscilla rapidement ses yeux entre les deux médecins. Puis elle fronça des sourcils. Elle leur tendit la patte.

"Tout comme Celestia, mon sang à moi est argenté", dit-elle plus déterminée que jamais. "Je suis prête à donner jusqu'à la dernière goutte de mon essence pour la sauver. Prenez le mien et sauvez ma sœur !"

Le docteur Kin écarquilla les yeux, ne s'attendant absolument pas à cette nouvelle solution. Ses neurones tournèrent à plein régime pour faire réapparaître cette flamme d'espoir. Le docteur Feather resta sceptique en revanche.

"Même dans votre cas c'est trop risquée, madame. Je veux bien croire que votre sang est argenté, mais sans connaître votre groupe sanguin je ne p– "

"Faites-le !!!", ordonna Luna de sa voix royale.

"D'accord suivez-moi", approuva le docteur Kin qui attrapa la patte de Luna pour la tirer avec célérité dans le bloc. Les infirmiers tout comme le docteur Breath furent surpris de les voir revenir avec la déesse de la nuit en personne. "Préparez un tube et des aiguilles !" leur urgea-t-il. "Nous allons faire une transfusion directement depuis le donneur !".

"Heu. Hein ? Quoi ?" fit Breath pris par la vitesse. Alors que les infirmiers réagirent au quart de tour pour se presser à préparer le tout.

"Nous allons pouvoir la sauver", lui répéta-t-il un peu moins vite. "Luna va donner de son sang pour sauver Celestia. Son sang à elle aussi est argenté."

"Mince alors", dit-il en retour. "Pourquoi n'y avait-on pas pensé plus tôt ?"

"Peut-être parce qu'on avait baissé les bras trop vite ?" lui répondit Feather. Et elle s'adressa au docteur Kin. "Désolée d'avoir douté de toi. Je croyais que tout était perdu."

"N'en parlons plus."

Les aides soignants plantèrent la première seringue dans le creux du coude de Celestia. Et ils plantèrent le second dans celui de Luna après avoir fait une espèce de garrot sur son membre. La jument de la nuit grinça des dents pour accepter la douleur. Tout cela fut fait méticuleusement. Ils piquèrent une veine chez l'une comme chez l'autre. Et sous la pulsion du cœur de Luna, son sang blanc descendit le long tube pour rejoindre la patte de sa sœur.

"Bien", souffla le docteur Kin. "Maintenant, nous n'avons plus qu'à attendre. Et à prier pour que ça marche."

"Combien de sang je dois lui donner ?" demanda Luna.

"Assez pour que son état se stabilise et pour qu'on ait plus besoin d'utiliser ces perfusions", lui expliqua le docteur Breath. "Pour faire bref, vous lui donnerez du sang jusqu'à que sa vie ne soit plus en danger sous aucune mesure."

"Donc jusqu'à ce qu'elle revienne à elle ?"

"Oh non. Il est encore trop tôt pour penser à ça", lui expliqua Healer Kin. "Nous avons placé votre sœur en coma artificiel au début de l'opération. Elle ne se réveillera sûrement pas avant un très long moment. Et vu la quantité de sang qu'elle a perdue pendant l'opération, je pense que vous devriez lui donner... " Il réfléchit un instant. "Un à deux litres. Peut-être plus."

"Deux litres ?!", s'exclama Luna, subjuguée.

"Pour un poney de votre corpulence ça devrait le faire. Et puis vous êtes certainement en très bonne santé", dit Breath. "Vous souffrirez peut-être d'une anémie à la fin de votre don mais ne vous inquiétez pas : l'hôpital vous prendra en charge vous aussi si cela devait arriver."

Luna ne s'était pas attendue à ce que sa sœur soit à un état aussi critique que celui-là. À un tel point qu'elle devra perdre plus du tiers de son sang à elle pour la sauver. Mais elle ne s'en souciait guère. Elle avait dit qu'elle donnerait jusqu'à la dernière goutte pour la sauver. Donc même si ce n'était qu'un message symbolique, elle n'avait pas peur de souffrir d'une anémie si ça permettait de sauver son aînée.

Pressentant avec évidence qu'il faudra préparer une chambre pour permettre aux deux sœurs princières de se reposer, le docteur Feather renvoya les infirmiers pour qu'ils puissent s'en charger. Et elle-même comme ses deux collègues était très fatiguée, avec ses lourdes cernes sous les yeux. Ils auraient aimé retourner chez eux pour un repos bien mérité, après avoir passé une nuit blanche sans relâcher leur concentration. Mais ils se devaient de rester jusqu'à la certitude que Celestia soit bel et bien hors de danger.

Au bout d'un certain temps, alors que Luna confessait avoir la tête qui lui tournait, ou avoir mal au cœur, ou avoir d'étrange mouches qui voletaient dans ses yeux ; les médecins commencèrent à penser qu'il fallait peut-être arrêter les frais. Mais en s'approchant d'elle pour retirer les seringues, elle réagit violemment.

"Non ! Laissez-moi sauver ma sœur !"

"Heu... madame Luna", lui dit le docteur Breath. "Le rythme cardiaque de votre sœur et redevenu normal. Et son souffle est stable. Et ça fait déjà depuis bien trop longtemps que vous donnez votre sang. Vous devriez vous regarder dans un mirroir. Ça ne se voit pas trop à cause de la noirceur de votre pelage, mais on arrive à deviner que vous êtes pâle."

Luna rehaussa son museau. Avec plus d'effort qu'elle ne l'aurait cru nécessaire pour faire ce simple geste. Et elle regarda Celestia. En effet, elle respirait lentement. Et le cardiogramme faisait un bip régulier ni trop rapide, ni trop lent. Et les perfusions lui avaient été rétirées, signe que l'alicorne blanche n'en dépendait plus. Dans son manque de réaction et son appréhension de ce qui se passait, Luna perdit son attention par rapport au docteur Kin qui retirait les seringues pour ensuite placer des compresses sur les deux trous faits.

Après que ceux-là furent soignés, ils purent enfin pousser tous en chœur un vrai soupir de soulagement. Victoire. Kin, Feather, Breath ainsi que les infirmiers qui les avaient assistés se félicitèrent les uns les autres pour avoir sauvé une vie. Luna aussi était dans la même réjouissance. Mais elle se sentait trop mal à l'intérieur d'elle, trop étourdie pour l'exprimer ouvertement. Celestia était sauvée, mais elle avait tout juste la force de sourire.

Après tant d'émotion, après avoir autant sacrifié de sa personne pour sauver son aînée, elle se leva du lit qu'on lui avait apporté lors de la transmission d'hémoglobine et se sentit heureuse. Elle était fière d'avoir gagné son pari avec Nightmare Moon : 'Tia, sa chère grande sœur, était en vie.

Épuisée par le choc, elle laissa ses vertiges l'emporter, et se laissa s'écrouler sur le sol.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.