Discord icon

Chapitre VII - Moon & Light

Dans leur immortalité, les alicornes voient chaque journée passer aussi vite que le vent. Mais cette journée, elle, avait semblé durer une semaine. Au moins. En même temps, qui aurait pu s'attendre à rencontrer un aïeul perdu, abandonné, et surtout oublié ? Pas Celestia et Luna en tout cas. La jument lunaire dormait tranquillement dans sa chambre pour récupérer du choc. Et Celestia profita d'un moment seule avec son arrière-grand-oncle pour le mettre au défi.

Par défi, ce n'était pas au sens du jeu, mais au sens de la gravité : elle n'était pas tout à fait certaine si Twilight viendrait d'elle-même à Silver Shoals pour réclamer la magie de Luna et aussi peut-être châtier Selifós pour l'affront qu'il lui avait causé hier.

Toujours fut-il qu'elle était encore un petit peu énervée contre lui pour avoir agressé son ancienne élève, bien que son aïeul se justifia en disant que la princesse de l'amitié ne lui avait pas laissé le choix, et que lui-même regrettait son geste, qu'il n'avait pas voulu en arriver là. Ce qui eut finalement pour vertu de tempérer le mécontentement de l'alicorne blanche.

À la fin, elle lui fit explorer leur villa et lui offrit la chambre d'invité. Cette chambre était pour le plus souvent utilisée par Twilight quand cette dernière leur rendait visite de temps à autre. Celestia ignorait à ce moment-là combien de temps Selifós resterait avec elles, si ce n'était pas indéfiniment.

Elle l'accompagna alors qu'il partit faire une simple promenade en ville et sur la plage, discutant de tout et de rien, et surtout de cette philosophie du monde et de la vie que prodiguait Selifós. Elle le désapprouvait et affirmait que la paix n'était pas un choix qui n'incombait qu'à un seul poney, mais à tous. Son grand-oncle lui avait souri et approuvait son point de vue, mais que cela n'effacerait en rien cette réalité du monde qu'il cherchait à cacher, et qu'il ne voulait pour le moment que se contenter d'aimer et mieux connaître ses nièces, vu qu'il était exténué de se battre. Et malgré le fait qu'ils ne se connaissaient que depuis très peu de temps encore, tout comme pour Luna, Celestia était heureuse de pouvoir nouer des liens avec un parent perdu, et s'attacha rapidement à lui. Et ce dernier en fit de même. Cette méfiance naturelle entre deux inconnus disparut promptement.

Et cette adorable frimousse, avec ce sourire et ces yeux magentas brillants. Selifós en fut si renversé par le beau visage de sa petite-nièce qu'il l'eut embrassée sur le front pour lui exprimer cet amour qu'il désirait lui offrir : c'était plus fort que lui. Totalement happée et choquée par ce baiser paternel, Celestia n'en revint pas qu'il eut osé faire un geste aussi inconsidéré. Mais au lieu de le lui reprocher, elle se contenta d'un silence médusé, dans ses joues blanchissantes sous son poil claire. Personne ne lui avait jamais fait ça de toute sa vie. Se faire traiter ainsi comme telle... comme une jeune pouliche... Elle avait... aimé ça ?

Selifós appréciait la sérénité de Silver Shoals : le soleil brillant, le bruit de la mer. C'était un vrai havre immuable de paix pour une alicorne fatiguée de voir le temps défiler si vite. Pas étonnant que Celestia et Luna aient choisis cet endroit pour écouler leur retraite. Mais il se demandait néanmoins combien de temps cela durerait.

À ce propos d'ailleurs, en rentrant à la villa, il lui posa justement cette question. Si elle et sa sœur retourneraient gouverner Equestria après le passage de la princesse Twilight. Mais Celestia, de son point de vue, ne parut pas comprendre.

"Les alicornes artificielles ne sont pas immortelles, tu sais ?" lui rappela Selifós, comme si sa petite-nièce était censée être au courant. "T'as prévu quoi que ce soit lorsqu'elle mourra ? Ou vous reviendrez sur le trône quand son passage sera terminé ?"

"Je... je croyais qu'elle était immortelle", dit la jument blanche avec ses croyances renversées.

"Les Lux ont mis un peu de temps à le comprendre eux aussi autrefois", expliqua l'autre. "Ils les croyaient immortelles lors de leurs premières expériences. Mais ils ont réalisé que l'injection d'une grande quantité de magie ne les rendait pas immortelles comme ils le pressentaient, comme toi. En fait, leur espérance de vie n'est que prolongée. En devenant des alicornes, les mortels voient leur jeunesse rallongée, et leur vieillesse retardée, donnant l'illusion qu'ils sont devenus immortels. Mais ils le ne sont pas."

"Et donc combien de temps Twilight vivra-t-elle ?"

"Si rien ne la tue plus tôt, elle devrait alors mourir d'une mort naturelle dans à peu près cent cinquante ans. Les alicornes artificielles ont une longévité maximale de deux siècles, soit le double d'un poney normal. Elles vivent plus longtemps mais ne sont pas à l'abri de la vieillesse non plus. Et contrairement à nous, elles sont seulement plus résistantes à la maladie, et non pas immunisées à cette dernière."

Celestia aurait pu remercier le ciel d'avoir libéré Selifós de sa prison. Car sans son savoir ancien, elle aurait accueilli la vieillesse et la mort fatales de Twilight avec dépourvu. Mais maintenant qu'elle le savait, elle fit les cent pas sous l'œil à la fois amusé et attentif de l'étalon, à la recherche d'une porte de sortie à cet épineux problème. Celestia n'aurait pas pu prédire que Twilight serait toujours mortelle, avec seulement une vieillesse et une mort retardées. Mais en même temps... maintenant qu'elle y pensait... elle se sentit stupide d'avoir omis aussi délibérément une hypothèse aussi évidente.

Elle n'avait pas l'intention, tout comme Luna, de revenir aux rennes du pouvoir. Il fallait à présent trouver une autre solution. Selifós se voulut rassurant, en lui disant qu'il n'y avait pas à paniquer, qu'il s'écoulera énormément de temps avant que cela arrive, et que d'ici là, Twilight aura sûrement déjà trouvé quelqu'un pour lui succéder de manière autonome.

Celestia agréa, bien qu'elle ne pouvait se retirer de l'esprit ce fait : Twilight est toujours mortelle, elle va juste vivre plus longtemps. Elle partit se baigner quelques temps dans la mer et lézarder ensuite sous le soleil, histoire de se changer les idées. Et elle encouragea Selifós à la suivre et à participer à ces activités estivales, en attendant que Luna se réveille.

L'étalon aurait préféré visiter l'empire de Crystal, cette cité de légende qui pour lui n'était qu'un conte pour enfant que lui racontait autrefois sa mère. Mais il choisit de ne pas insister. Ça ne faisait qu'un jour qu'il connaissait Luna et Celestia, et des jours, il y en aurait plein d'autres après celui-là. Inutile de les presser avec ça : elles étaient déjà bien assez mouvementées comme ça avec sa venue.

Et puis la chaleur du soleil était forte agréable. Il pouvait bien se prendre la peine, qui n'en était pas vraiment une, d'accompagner sa nièce sur la plage. Il resta assis sur un transat, alors qu'il observait Celestia au loin en train de se rafraîchir dans l'eau, à admirer les jolies courbes de son corps, léchées par son crin trempé.

Le soleil avait continué inexorablement de traverser le firmament, et alors que Selifós et Celestia discutèrent ensemble allongés sur les transats, les autres poneys qui se promenaient sur la plage remarquèrent l'étalon qui était en compagnie de leur ex-dirigeante. Et ils étaient là, de loin, à murmurer, chuchoter et théoriser sur qui était ce grand poney noir à qui Celestia souriait pour parfois glousser.

Et la soirée approchait. Le crépuscule arrivait à grand pas, et Luna s'était réveillée ; tandis que Celestia se surprenait à ne pas voir Twilight, comme elle se le serait imaginée, arriver probablement furax afin d'incriminer son oncle pour ce qu'il avait fait à Canterlot. Ce dernier d'ailleurs était parti faire la sieste depuis un bon moment déjà. Et on vint le secouer gentiment une à deux heures plus tard.

"Selifós", lui dit Luna pour le réveiller. "Il est bientôt l'heure de faire se lever la lune."

"Oui, Luna. Je sais", dit l'alicorne mâle qui somnolait juste. "Du calme. On n'est pas pressés", lui sourit-il.

"Je veux te voir amener la nuit de mes propres yeux."

Selifós se leva. "C'est donc pour ça que t'es aussi impatiente ?"

Luna lui tira la patte avec sa magie pour le forcer à la suivre. Il se laissa docilement amener jusqu'à la terrasse, d'où on pouvait voir le ciel ambré virer à un bleu profond. Les étoiles les plus brillantes commençaient à se montrer. L'ancienne maîtresse de la lune lui pointa le ciel des sabots avec fermeté, comme pour lui commander de faire son devoir.

"Luna, du calme", rit-il légèrement en abaissant doucement la patte de Luna. "Je sais très bien ce que j'ai à faire. Je le fais depuis... " il reprit soudainement son calme. "Je le faisais quand je n'étais pas emprisonné. C'est-à-dire... depuis toujours."

"Depuis la mort de tes parents, n'est-ce pas ?"

Il soupira. Puis avec sa magie, il fit progressivement sortir la lune de l'autre côté de l'horizon. "Mes parents me manquent."

"Les miens aussi", dit Luna, le suivant dans sa mélancolie. "Même si contrairement à toi, je n'ai pas eu la chance de bien les connaître. J'étais si jeune quand je les ai perdus." Elle haussa ses yeux vers la lune qui montait. "Et ça aussi ça me rend triste."

"À quel sujet ?"

"L'idée que je ne pourrais plus jamais faire lever la lune. Parce que tu es plus âgé que moi. Parce que tu es le doyen, comme tu dis. La lune ne m'obéira plus. Et pour de bon cette fois."

Selifós sourit. "Ce n'est pas totalement vrai." Il cessa de manipuler l'astre. "Approche ta corne."

"Où veux-tu en venir ?" dit Luna un peu confuse en voyant son oncle baisser sa tête dans sa direction.

"Fais-moi confiance. Approche ta corne de la mienne."

Après un petit instant de doute, elle s'y exécuta. Il y eut comme qui dirait un petit arc électrique noir entre la pointe de leurs deux cornes respectives. Luna ressentit un léger courant de magie passer à travers elle. Selifós se redressa.

"Maintenant, vas-y. Finis ce que j'ai commencé."

Luna semblait un peu perplexe au début. Mais plus elle comprit ce qu'il venait de faire, plus sa perplexité se mua en joie. Elle ordonna à son tour à la lune, et cette dernière continua son ascension. La jument fut si joyeuse qu'elle ne put s'empêcher de sautiller sur le bout de ses sabots.

"Merci, Selifós !" exulta celle qui ne cachait pas son bonheur.

"Ça me fait plaisir", dit-il en partageant la même joie, mais une joie plus intérieure. "Te voir sourire me rend heureux." Bon sang, pensait-il. Elle lui ressemble tellement...

Luna se calma aussitôt, alors que la lune retrouva assez d'élan pour traverser le ciel par elle seule. "Quel est ce sort que tu as lancé sur moi ?"

"C'est un sort assez spécial qui eut été inventé par mon père, le tout premier doyen des Skiá", lui expliqua son parrain. "Dis-moi, Luna. Comment as-tu obtenu ta marque de beauté ?"

"Et bien... C'est quand j'avais élevé la lune pour la première fois."

"Exactement", dit l'ancien alicorne qui s'attendait précisément à cette réponse. "Et c'est aussi grâce à ce sort que mon père a permis à moi et à chaque membre de ma famille d'élever au moins une fois la lune dans notre vie, afin justement qu'on obtienne notre marque de beauté."

"Ah bon ?"

"Bien sûr. Tous les Skiá, sans exception, ont obtenu leur marque de beauté en élevant la lune pour la première fois. Cela était nécessaire afin de révéler ce que nous sommes au fond de nous-même, sans quoi on serait resté des flancs vierges toute notre vie."

"Je vois. Comme le doyen est le seul à contrôler la lune, il utilisait ce sort pour permettre aux jeunes de libérer leurs pouvoirs, c'est ça ?"

Selifós hocha de la tête. "Et les Lux faisaient exactement pareil de leur côté avec le soleil. Cependant, ce sort n'est qu'éphémère : il ne dure que quelques minutes."

"Oh. Donc tu veux dire que je ne pourrai pas rabaisser la lune le lendemain matin ?"

"À moins que je réutilise le sort sur toi, non. Tu as tout compris."

Luna jubilait comme une enfant face à cette anecdote. Une tradition familiale ? Plus elle se familiarisait à ce qu'était les Skiá, plus elle s'identifiait comme telle. Elle ignorait comment remercier Selifós pour toutes les réponses qu'il lui avait apportées plus tôt dans la journée, mais elle se sentait vraiment exister en découvrant ce passé mystérieux, et en s'amusant à s'appeler Luna Skiá en son for intérieur.

"Au fait, Luna", voulut clarifier son aïeul sur un certain sujet. "Que vas-tu faire du coup ? Tu vas redonner un peu de ta magie à Twilight ou... tu vas laisser tomber ?"

La petite alicorne réfléchit un instant. "Je... je crois que je vais laisser tomber."

"Ah bon ? Pourquoi ?" dit Selifós, assez étonné qu'elle n'ait pas choisi l'autre option, en se souvenant de l'énergie et de la fougue qui s'étaient emparé de sa nièce quand elle eut appris qu'il avait molesté Twilight. "Pour être honnête, Luna, si je t'ai dit tout ça, c'est à cause d'une vieille loi qui interdisait l'usage de la magie lunaire aux créatures n'étant pas de notre sang, tu sais ?"

"Je l'avais très bien compris, mon oncle. Mais comme je l'ai dit tout à l'heure, la garde des rêves était une idée que j'ai conçue pour rendre mon rôle en tant que princesse de la nuit plus utile. Parce que ma grande sœur s'occupait déjà de tout sur le plan politique. Et à part élever ou abaisser la lune, je ne possédais aucune réelle charge. Je savais que la garde des rêves n'était pas nécessaire. Je me suis juste ajouté ce rôle afin d'attirer à moi l'attention des autres poneys. Je voulais seulement me montrer utile. Je voulais juste montrer à ma sœur que moi, je suis capable de nombreuses choses dont elle, est incapable. Je voulais juste montrer aux équestriens que moi aussi je désirais être aimée et admirée... exactement comme Celestia. Et qu'ils auraient tort de me négliger."

"Et hélas, ça n'a pas marché au summum de tes espérances", conclut-il.

Luna soupira de défaite. "Non. Mais au moins, je ne suis plus princesse, et je n'ai plus à me soucier de tout cela. Il est peut-être temps, je crois, de laisser Twilight retrouver un rythme de sommeil normal", finit-elle par sourire.

"Oui. En plus, je doute que cela ne fasse plaisir à ton Nightmare que tu renvoies à Twilight ta magie", remarqua Selifós d'un air lucide.

"Oui. Mais... comment l'as-tu deviné ?"

"Je connais bien les Nightmare. Et dans ton cas, elle s'appelle Nightmare Moon, à ce que j'ai compris. C'est bien ça ?"

Il y eut une gravité soudaine dans la voix de Selifós, ce qui fit résonner l'esprit de Luna. Elle hocha prudemment de la tête.

"Rentrons. C'est quelque chose qui concerne aussi ta sœur, et je veux en parler avec vous deux. C'est très important."

Luna se rappela alors qu'avant de dormir, elle avait justement demandé à Selifós de lui en parler. Car elle ne le savait toujours pas : qui est réellement Nightmare Moon ? Et le fait que son aïeul possédait lui aussi un Nightmare du nom de Nightmare Light la fascinait. Elle était curieuse d'apprendre quel genre de problème son Nightmare à lui avait pu causer comme ennui à son jumeau. Peut-être qu'il était le responsable de bon nombre d'incidents surgis dans sa vie comme cela fut pour la sienne, qui sait ?

Ils revinrent donc dans la salle à manger où la table pour le dîner était déjà préparée par Celestia. Cette dernière se trouvait dans la cuisine d'où émanait une bonne odeur de fruit rouge. Elle s'apprêtait à mettre une tarte à la cerise dans le four au moment où Luna passa sa tête dans l'entre-bouchure de la porte pour lui demander de venir. L'aînée dépêcha de mettre le four en route pour rejoindre sa cadette et son grand-oncle, surtout en entendant la raison de ce rassemblement autour d'une table. Quand Celestia arriva, Selifós lui fit remarquer.

"Pourquoi t'as mis un troisième couvert pour moi, Celestia ?" dit-il en désignant sa propre assiette. "J'ai pourtant dit que je me trouverai moi-même à manger."

"Je sais. Mais je tenais à te faire goûter ma cuisine, en signe de bienvenue. Parce que ce matin, on était un petit peu à cran par notre rencontre et les révélations que tu nous as dites. Et nous n'avions pas songé aux réjouissances."

"D'accord", sourit l'étalon. "J'accepte ton hospitalité, ma chère nièce. Je vais dîner avec vous. Et puis... je reconnais que j'ai un peu faim."

Il se mit en place juste à côté de Luna qui s'était déjà assise sur son siège.

"J'aimerais savoir qui est Nightmare Moon", dit la petite alicorne bleue avec impatience. "Parle-moi des Nightmare. Que sont-ils ?"

"Les Nightmare sont nous. Tout simplement", déclara Selifós comme s'il s'agissait d'une vérité sacrée. "Nightmare Moon est toi. Et si t'as à elle aussi posé la question, elle t'aura certainement apporté la même réponse."

Effectivement. Nightmare Moon lui avait dit la même chose. Mais elle n'aimait pas cette idée. Après tout, elle ne s'imaginait pas aussi cruelle qu'elle, et encore moins à essayer d'assassiner sa propre sœur.

"Quelle est ta relation avec Nightmare Moon ?" interrogea le pédagogue. "Tu... tu t'entends bien avec elle ?"

Luna fut surprise par cette question. "Pourquoi m'entendrais-je bien avec elle ? Elle a essayé d'étendre la nuit éternelle. Elle a tenté de tuer ma sœur ! Et elle traite mon amie Twilight comme si elle était du... du crottin."

Selifós haussa un sourcil d'un œil amusé. "Et sais-tu pourquoi elle agit de la sorte ?"

"Parce qu'elle a un égo surdimensionné. Et qu'elle est cruelle et haineuse", dit Luna en exprimant non pas trop peu son exaspération envers son Nightmare. "Voilà pourquoi."

"Il y a un petit peu de vrai dans ce que tu dis. Mais tu te méprends également, et cela est dû malheureusement à ta méconnaissance de ta propre nature." Son sourire s'effaça. "C'est dommage que t'aies perdu tes parents aussi tôt dans ta vie. Si ta mère était là, elle t'aurait dit la vérité sur ton Nightmare. Et donc tu n'aurais pas eu à t'en inquiéter. Car vois-tu, tous les poneys portant le sang des Skiá en eux ont un Nightmare qui les accompagnent tous les jours de leur vie."

"Parce que tu t'entends bien avec Nightmare Light, toi ?"

"Bien sûr. On est bon camarades, lui et moi. Même si je reconnais que parfois, il est pénible et un peu lourd. Même s'il est mon ami, il y a des jours où j'ai juste envie de lui coller un pain dans la figure", rit-il.

Luna était étonnée d'apprendre cela. Elle n'avait jamais vu une potentielle amitié avec Nightmare Moon comme envisageable. "Mais que sont-ils alors ? Que sont-ils pour toi, qui es une alicorne du passé ?"

"L'esprit des Skiá possède une structure fondamentalement différente de celle des autres. Notre âme est, comme ce qu'on pourrait appeler, une binarité."

"Comment ça, une binarité ?"

"Connais-tu le Yin et le Yang ? Et la philosophie qui en découle ?"

"Oui, bien sûr. Le principe du tout et de son contraire qui s'opposent et s'attirent mutuellement, formant ainsi l'équilibre du monde. C'est une thèse cosmogonique connue. Mais quel rapport cela a avec les Nightmare ?"

"Le Yin et le Yang peuvent être interprétés comme une représentation métaphorique de l'âme des Skiá", enseigna l'ancien. "Notre âme est composée en deux êtres : le Nightmare, et celui que l'on appelle son jumeau ; ou Nous si tu préfères. Nous sommes deux êtres dissociés l'un de l'autre, chacun avec sa propre personnalité, sa propre pensée, ses propres secrets. Et pourtant, nous formons aussi à nous deux une seule, et même personne, dans un seul, et même corps. Nous sommes deux, exactement comme nous sommes un. Nos Nightmare sont nous. Et nous, nous sommes eux. En d'autre terme : deux est égal à un. C'est là que je veux en venir par binarité. Ça ne parait pas très clair car cela échappe à la logique, mais nous ne faisons qu'un avec nos Nightmare comme nous sommes séparés d'eux."

"Donc... mon Nightmare avait raison ?" dit Luna qui essayait de comprendre. "Je suis elle ; et elle, elle est moi ?"

"Tu ne sembles pas convaincue. C'est pourtant évident. T'aurais dû t'en rendre compte."

"Je ne peux pas croire que je sois Nightmare Moon. Ce qu'elle a fait... et ce qu'elle a envie de faire... jamais moi je ne ferai ce genre de chose."

"Ah. Je vois. Il faut seulement que tu parviennes à voir au-delà de cette barrière. Et si tu n'y arrives pas, c'est parce que tu penses en tant que Yang" Il changea d'air. "Reprenons pour le Yin et le Yang justement. Nous, nous pouvons être représentés par le Yang : la partie blanche. Qui est l'actif, le positif, la lumière, le bien. Nos Nightmare sont donc en toute logique le Yin : le passif, le négatif, les ténèbres, le mal."

"Donc ils forment notre côté mauvais."

"Oui. C'est d'eux que viennent toutes nos énergies négatives : la colère, la peur, le chagrin, la haine, la jalousie, l'agressivité, et bien d'autres encore."

"Donc les Nightmare sont comme des parasites ?" commenta Celestia qui écoutait discrètement depuis tout à l'heure.

Les couverts, les verres et les assiettes firent un bruit de fracas quand la table trembla sous le choc des sabots de Selifós. Il s'était levé brutalement, avec les yeux brûlants de fureur vers celle qui avait débité ce propos honteux. Luna et Celestia avaient sursauté devant sa réaction qui arriva comme une explosion soudaine. Et la pauvre jument solaire sembla nerveuse en voyant comment Selifós la fixait, d'un regard noir et indigné.

Celestia ne pouvait pas croire que c'était cet étalon chaleureux de ce matin qui la regardait. C'était comme... un tout autre poney. Et un poney qui ne lui voulait pas que du bien. Elle n'osa pas dire un piètre mot, tétanisée dans sa crainte et sa stupeur.

Selifós se rassit calmement, alors que son courroux repartit exactement comme il était venu. Mais son regard continuait de rester dur, et de ne pas quitter d'une semelle les yeux de Celestia, encore incertaine de ce qui venait de se passer.

"Les Nightmare ne sont pas des nuisibles. Bien au contraire", répondit l'alicorne noir avec sévérité. Puis il se réadressa à Luna, plus calmement. "Ils offrent un équilibre à notre psyché. En incarnant ce que nous avons de négatif en nous, ils nous permettent de rester stables dans nos émotions, nos sentiments et notre comportement. De même, imagine un monde où ces énergies négatives n'existeraient pas. Nos vies seraient chaotiques si on était incapables de ressentir de la colère, de la tristesse, de la haine... parce que négatives ou pas, ces émotions font parties de ce qui fait de nous des êtres équins. Sans la présence de nos Nightmare pour les incarner, on sombrerait rapidement dans la folie."

"Donc... " dit Luna, cherchant encore à se débattre du déchaînement de tout à l'heure. "On dépend d'eux ?"

"Tout comme eux dépendent de nous", répliqua Selifós. "Dans le Yin, il y a un peu de Yang. Et dans le Yang, il y a un peu de Yin. C'est pareil pour nous et nos Nightmare. Il y a un peu de ténèbres et de négatif en toi, Luna. Et il y a aussi un peu de lumière et de positif en Nightmare Moon. Nightmare Moon aussi deviendrait complètement folle sans toi. Et au mauvais sens du terme. Car tu lui offres un équilibre par ton existence."

Les yeux de Luna brillèrent d'illumination. "Donc elle est moi, et moi je suis elle", affirma-t-elle.

"Je vois que tu as enfin compris", lui sourit son oncle.

"Et... pourquoi cette réaction brutale envers ma sœur ?" dit la jument bleue, tout de même un peu inquiète, alors qu'elle observait Celestia, toujours pétrifiée par les yeux assassins qui l'avaient visée récemment.

"Ce n'est pas moi qui ait réagi ainsi. C'est Nightmare Light", dit-il avec un rictus désolé pour rassurer l'alicorne blanche. "Il n'a juste pas aimé le mot « parasite ». Il ne faut pas voir son Nightmare comme un ennemi, mais comme un allié. Un allié mauvais et inquiétant, certes, mais un allié quand même."

"Donc... tu admets que les Nightmare sont mauvais ?" osa dire Celestia avec une prudence extrême.

"Je n'ai jamais dit le contraire", rétorqua Selifós. "Les Nightmare sont l'avatar de ce qui est négatif en nous. Être méchant, cruel, agressif... ça fait partis de leur nature. Oui : les Nightmare sont mauvais. Mais ils ne le sont pas foncièrement. Rappelez-vous ce que j'ai dit : les Nightmare ont une petite part de lumière, comme leurs jumeaux ont une petite part de ténèbres. Donc ils sont mauvais, mais pas au-delà de la rédemption. Mais il est vrai qu'il vaut mieux éviter de donner trop de liberté et de crédit à nos Nightmare parce que sinon... "

"Sinon ?"

"Si les Nightmare prennent le dessus sur leur jumeau ; ce qui est très rare, mais qui peut arriver ; il s'avérera extrêmement difficile de les ramener à la raison. Et le temps nécessaire pour qu'ils reviennent à un état plus passif, ils peuvent semer pas mal de pagaille. Donc il faut savoir modérer leurs ardeurs et choisir les moments pour les écouter avec parcimonie." L'ancien replongea dans ses vieux souvenirs. "Je me souviens qu'à mon époque, ma famille exécutait certain des nôtres parce qu'ils s'étaient totalement laissés embobiner par le caractère sombre de leurs Nightmare ; et qui étaient devenus par conséquent un danger pour tous."

Celestia porta son sabot à sa bouche pour dissimuler ses lèvres pendantes, en entendant ce fait tragique.

"Telle était la dureté des lois de la famille Skiá", enchaîna Selifós avec empathie, en voyant comme Celestia était touchée par ce détail. "Mais cette discipline sévère était nécessaire. Car la magie lunaire est très puissante et les pouvoirs qu'elle octroie engendrent d'immenses responsabilités. Et comme les Nightmare, à cause de leur malveillance, peuvent faire beaucoup de mal, il était impératif pour chaque Skiá à l'arrivée dans l'adolescence, de passer un rite assez particulier ayant pour but de remédier à cela. Et ce rite, qui fut plus communément appelé le rite de Nýchta par ma maison, occupait une place prépondérante dans les traditions de notre famille."

"Le rite de Nýchta ?" commenta Celestia. "Qui est-ce ?"

"Nýchta était ma tante, ainsi que l'une des premier-nés des Skiá. Et elle fut la première de ma famille à avoir expérimenté ce fameux rite, d'où la raison pour laquelle le rituel porte son nom."

"Et en quoi consiste le rite de Nýchta ?" dit Luna avec un intérêt plus prononcé que nature.

"Ce rite était très simple, quoiqu'il prenait beaucoup de temps à se compléter : en général plusieurs années. Il consistait à être en paix avec son Nightmare : à être en paix avec soi-même. De construire une amitié harmonieuse avec son Nightmare. Il ne s'agit pas d'une amitié traîtresse, ou d'une amitié toxique, non. Mais d'une vraie amitié. D'un véritable esprit de camaraderie.

"Cette amitié est à double tranchant, certes. Mais au moins, le jumeau tempérait le comportement de son Nightmare et ainsi le forçait à relativiser, à agir et à penser autrement ; et ainsi, cela permettait d'éviter pas mal d'incidents qui pourraient survenir à cause d'eux. Et de l'autre, le Nightmare apportait à son jumeau toutes ses caractéristiques et sa puissance. Cela forme une sorte de synergie qui décuple la puissance de la magie lunaire, et nous permet d'acquérir la major partie des pouvoirs qui font des Skiá ce qu'ils sont."

"Oooh", fit Luna fascinée.

"D'ailleurs, Luna, comme tu n'as jamais reçu l'éducation d'un membre des Skiá ; parce que t'as perdu ta mère trop tôt, hélas ; tu n'as du coup jamais passé ce rite. Et crois-moi, tu as tout intérêt à le passer." Puis il pointa la tâche noire qu'elle avait sur sa croupe. "La tâche noire qui auréole ta marque de beauté n'a rien d'anodine. Tous les Skiá naissent avec cette emprunte sur le corps, qui est l'empreinte de nos Nightmare. Elle parait comme une simple tâche de naissance, mais elle symbolise en réalité notre non-paix. Notre non-fusion avec nos Nightmare.

"Une fois qu'on a fusionné avec nos Nightmare, cette tâche disparaît et se mélange à la couleur de notre robe. Dans ma famille, tous les Skiá possédant encore cette trace noire sont considérés comme des enfants. Et le rite de Nýchta est justement, dans les traditions de ma famille, appréhendé comme un rite de passage de l'enfance à la vie adulte."

"Donc... je ne parais que comme une enfant à tes yeux ?" dit Luna, s'interrogeant de plus en plus sur sa propre personne.

"C'est ce que diraient les gens de ma famille s'ils étaient encore en vie", gloussa Selifós. "Tu as plus de mille ans, Luna. Et avec le temps je sais que tu as gagné en maturité. Mais il est vrai que dans le fond, tu restes une enfant. Même à mes yeux, malgré toute l'humilité que je peux faire preuve, je ne peux m'empêcher de te regarder comme si t'étais une jeune pouliche. Et ta taille parle pour toi. Si tu n'es pas aussi grande que Celestia, ce n'est pas pour la raison sotte et simplette que tu sois juste la cadette. Mais parce que tu n'as en réalité jamais achevé ta croissance.

"Tu verras. Si tu fais la paix avec Nightmare Moon, tu seras aussi grande que ta sœur. La puissance de ta magie s'en verra décuplée. Et enfin tu découvriras de tous nouveaux pouvoirs qui sont spécifiques à ton Nightmare et dont tu ne pourras profiter qu'à la seule condition que tu fasses la paix avec elle. Et tout comme pour moi, ta marque de beauté ne sera plus ornée par cette fameuse tâche noire."

Il acheva sa phrase en montrant à Luna sa propre cuisse. Il n'y avait en effet aucune tâche. Son pelage était aussi noir que l'onyx et sa marque de beauté, une pleine lune rousse, comme lors des éclipses lunaires, n'était encerclée par aucune trace curieuse. Luna fut admirative.

"Parce que tu es en paix avec ton Nightmare, toi ?" dit-elle, des étoiles plein les yeux.

"Bien évidemment que je le suis", rit légèrement Selifós. "J'ai passé le rite durant mon adolescence, comme tous les autres. Ça fait vingt mille ans maintenant."

"Et tu n'as plus aucun problème avec lui, depuis ?"

Il cligna plusieurs fois des yeux. "Non, Luna. Tu n'as pas compris. Ce n'est pas question d'avoir des problèmes ou non. C'est d'être en paix. C'est tout. Bien sûr, être en paix nous débarrasse inévitablement de certains problèmes, mais ce n'est pas ça qui importe vraiment quand on passe le rite."

"Et toi, grande sœur ?" dit-elle à son aînée qu'à présent on avait de nouveau oubliée. "Tu es une Skiá toi aussi. Et tu as un Nightmare, comme moi. Tu te souviens de Day Breaker ?"

Comment pourrait-elle ne pas l'oublier ? Celestia avait cru halluciner quand elle eut rencontré Day Breaker, sa propre face maléfique. Cette nuit très spéciale où elle avait pris la place de Luna pour s'occuper des rêves l'eut changée à jamais. Elle n'aurait jamais pu imaginer que... qu'elle aussi, comme sa petite sœur, elle puisse posséder un monstre en elle. Ce genre de monstre que Selifós nommait « Nightmare ».

"Day Breaker ?" dit le Skiá perplexe. "T'as fait ta rencontre avec ton Nightmare, Celestia ? C'est impossible. C'est la magie des Lux qui est dominante chez toi. Une alicorne de sang-mêlé de ton cas ne peut pas connaître son Nightmare, faute d'avoir une magie lunaire développée. À quel moment l'as-tu rencontrée ? et dans quelles circonstances ?"

Celestia avait la tête baissée et regardait ses sabots, n'osant point répondre.

"Il y a... dix-sept ans environ, donc avant notre abdication... " raconta Luna à la place de sa sœur. "Celestia et moi avions eu quelques différends. Et cette fois-là, Starlight Glimmer, une amie de la princesse Twilight, était venue nous rendre visite afin justement de... de résoudre notre problème d'amitié."

"Problème d'amitié ?" répéta Selifós, le visage tordu face au ridicule de la combinaison de ces deux mots.

"Oui. C'est comme ça que Twilight et ses amis appellent ça", dit Luna avant de continuer. "Starlight avait échangé nos marques de beauté afin que l'on soit dans la peau de l'une de l'autre ; pour nous permettre de mieux se comprendre. Et ainsi se réconcilier."

Princesse de l'amitié, Conseil de l'amitié, école de l'amitié, livre de l'amitié, problème d'amitié... Mais c'est quoi leur problème à tous dans ce pays avec l'amitié ?! s'exclama Light. À ce point-là, ce n'est plus de l'obsession ! C'est carrément une religion !

"D'accord. Je comprends", dit Selifós qui ignorait l'emportement de son Nightmare. "Il est vrai qu'à l'aide d'un sort permettant de changer les marques, on intervertit les magies des deux poneys. Si Celestia s'est retrouvée pendant un temps avec ta magie, Luna, alors il est évident que cela ait pu réveiller son propre Nightmare." Il s'adressa de nouveau à l'alicorne immaculée. "C'est le seul témoignage que t'as eu de Day Breaker ou elle t'est réapparue plus tard en songe ?"

Celestia releva les yeux. "N... non. Je ne l'ai plus revue après ça."

"Et tu n'as pas essayé de la recontacter ?"

"Pourquoi le ferais-je ?" dit Celestia prise au dépourvu. "Savoir qu'elle existe, ça... ça m'a complètement bouleversée. Je... j'espère ne plus jamais la revoir." Et elle s'inquiéta. "Toi qui sais beaucoup de chose, Selifós. Tu crois que je vais la croiser de nouveau ?"

"Désolé, ma petite-nièce", lui dit malheureusement son oncle. "Je ne sais que peu de chose des Nightmare dans le cas des alicornes de sang-mêlé ayant la magie solaire pour dominance. Rien que le fait qu'elle s'appelle Day Breaker et qu'elle ne possède pas le titre de Nightmare me dépasse. J'ai beau avoir une quantité ridiculement grande de savoir du haut de mes vingt mille ans, je ne sais malheureusement pas tout. Et je ne suis pas sûr si elle va te reparaître si Luna et toi n'échangiez pas de nouveau votre magie."

Puis il dit quelque chose qui donna à Celestia des frissons dans le dos.

"Je ne peux pas prédire non plus si ton Nightmare s'est rendormi à cause de l'atrophie de ta magie lunaire, Celestia. Si ça se trouve, ce bref moment avec la magie de ta sœur a réveillé Day Breaker pour de bon, et elle est actuellement en train d'écouter notre discussion au travers de tes oreilles. Et de ce que je sais des Nightmare en général, si elle est effectivement éveillée... "

Son sang se glaça.

"Alors elle peut te rendre visite quand elle le veut."

"N'aies pas peur, 'Tia", voulut la rassurer Luna. "Rappelle-toi de ce que Selifós a dit sur les Nightmare : ils font partis de nous. Et ils ne sont pas nos ennemis. Tu n'as tout de même pas peur de toi-même ?"

"Avant, Non. Mais maintenant, si." Elle souffla un coup pour évacuer sa peur. "Et toi, Luna ? Ça ne te dérange pas que... que Selifós t'encourage à te rapprocher de Nightmare Moon et de la regarder avec un œil nouveau ? Parce que... je ne sais pas si c'est une bonne idée. Qui sait ce qui va se passer ? Et si elle profitait que tu lui accordes de nouveau ta confiance pour revenir ?"

"Et si on avait tort, 'Tia ?" répliqua Luna. "Pendant tout ce temps je me suis méfié de Nightmare Moon. Tout comme toi. Mais ça c'est parce que je ne savais rien de qui elle était vraiment. Et surtout de qui je suis réellement. Et si j'avais tort ? Et si je n'avais pas dû lui tourner le dos ? Et si elle n'était pas étrangère au principe d'amitié ?"

"N'as-tu donc pas vu les pupilles fendues de Selifós ?" dit Celestia un peu effrayée par l'insouciance de sa cadette, alors qu'elle regardait les pupilles de l'étalon, droites et dressées comme des flammes de bougie. "Si ça se trouve, il est possédé par son Nightmare. Et qu'il – "

"Celestia", interrompit son aïeul. "Je suis attristé de constater que tu ne me fais toujours pas confiance. Et Nightmare Light ne me possède pas."

"Ce n'est pas ça. C'est juste que – "

"Grande sœur... " coupa Luna à son tour pour tenter d'apaiser son aînée. "S'il ressemble à ce qui t'effraie, c'est parce qu'il est en paix avec son Nightmare. C'est parce qu'il a communié avec lui."

"Et toi, tu ressembleras à Nightmare Moon quand ce sera ton tour ?" Luna eut l'air empathique et vit mieux où Celestia voulut en venir. "Je ne veux ni revoir ses yeux, ni son visage en toi, petite sœur."

"'Tia. N'aie pas peur."

"Rappelez-vous ce que j'ai dit : les Nightmare sont mauvais, mais ils ne le sont pas foncièrement", disait l'étalon pour relaxer la tension. "Je vais vous révéler trois choses à savoir sur les Nightmare, trois points communs qui les unissent tous. Et le troisième est le plus important, et concerne cette petite part de lumière dont j'ai parlée."

Luna et Celestia regardaient leur arrière-grand-oncle avec intérêt, espérant y entendre quelque chose qui les soulageraient de leur crainte.

"Le premier point commun, j'en ai déjà parlé, c'est qu'ils sont la concentration de tout ce qui est négatif en nous. Le deuxième point, c'est qu'ils sont extrêmement orgueilleux et imbus d'eux-mêmes ; pour ne pas dire narcissiques. Et le troisième point, qui concerne leur part de lumière, est ce qu'il faut le plus exploiter pour être en paix avec eux... "

Les deux jeunes alicornes tendirent plus que jamais l'oreille, pressées de découvrir ce secret. Et enfin, leur ancêtre leur dévoila la fameuse vérité tant attendue, même si elle n'était attendue que depuis très peu de temps en fait.

"C'est qu'ils nous aiment."

Heu ? Qué que... ? Quoi ?

Voilà ce que Celestia et Luna se disaient au fond d'elles-mêmes. Et leurs yeux éberlués en parlaient par eux-mêmes. Si Luna était un peu moins choquée que sa sœur, elle n'en était pas moins à se poser d'autres question.

"N... Nightmare Moon... m'aime ?"

"Oui, Luna", confirma Selifós d'un air romantique. "Ils nous aiment. Bien sûr, ils sont trop fiers pour oser nous l'avouer car ils le perçoivent comme une faiblesse. Et ils sont aussi très maladroits dans leur manière de nous aimer à cause de leur méchanceté et de leur aigreur. Mais la vérité est là et bien concrète : nos Nightmare nous aiment."

Luna et Celestia devaient être trop subjuguées pour pouvoir dire quoique ce soit. L'ancien Skiá ajouta.

"N'en soyez pas si étonnées. Quand on y pense, c'est parfaitement logique. Les Nightmare sont nous. Ils nous ont accompagnés depuis notre naissance. Ils nous connaissaient bien avant même nos propres parents. Au moment même où notre père a fécondé notre mère, ils étaient là et ils nous connaissaient. Ils nous ont vus naître, puis grandir. D'abord dans le ventre de notre mère, ensuite durant notre enfance ; et notre adolescence : la période où on est censés les rencontrer pour la première fois. Et ensuite, qu'on soit en paix avec eux ou non, ils nous accompagnent pendant toute notre vie adulte, et ce jusqu'à notre mort.

"La première chose que nos Nightmare ont appris à connaître, c'est nous. Et en conséquence, ils nous sont très attachés. Ils nous aiment comme s'aimeraient des vrais jumeaux. Et ils nous connaissent mieux que n'importe qui, puisqu'ils sont nous. Ils nous connaissent mieux que nos parents. Mieux que nos frères et sœurs. Mieux que nos amis. Mieux que nos conjoints ou conjointes. Ils nous connaissent même mieux que nous-même. Ils sont les meilleurs confidents qu'on puisse avoir car il n'y a pas mieux placé qu'eux pour nous comprendre."

Découverte inattendue pour les deux juments.

"J'ai du mal à croire que Nightmare Moon puisse m'aimer", répondit Luna. "Je me souviens qu'elle a essayé de tuer ma grande sœur. La mort de Celestia m'effondrerait totalement si jamais ça devait arriver. Si Nightmare Moon m'aime vraiment, elle n'aurait alors jamais cherché à la tuer, en sachant pertinemment que j'en serais sûrement morte de chagrin. Et c'est sûrement ce qu'elle va essayer de faire si je la laisse reprendre le dessus sur moi."

"Si tu la laisses reprendre le dessus sur toi ?" Selifós rit face à l'ignorance de Luna. "Luna. Nos Nightmare sont dix fois plus forts que nous. Et la totalité de nos pouvoirs viennent d'eux. Si tu affrontais Nightmare Moon dans un duel, elle t'enverrait au tapis en l'espace de cinq secondes. Ils sont de très loin supérieurs à nous. Si Nightmare Moon voulait vraiment prendre le contrôle de ton corps ; genre là, maintenant ; elle l'aurait fait sans hésiter et tu serais en train de te transformer sous nos yeux actuellement."

"Qu... quoi ?" dit-elle complètement ébranlée. "Elle peut me posséder quand elle le veut ?"

"Oui, Luna. Nos Nightmare sont plus puissants. Avec une meilleur force de volonté que la nôtre", se moqua-t-il. "Rappelle-toi tout à l'heure quand Nightmare Light avait frappé énergiquement la table de mes sabots. Tu crois sérieusement que je le lui ai demandé ou lui ai donné l'autorisation pour ? Il avait agi de son propre chef et que je le lui permisse ou non, je n'aurais pas pu l'en empêcher."

Il se tordit de rire en voyant la peur ridicule qui animait le visage de Luna. Quant à elle et Celestia, elles ne comprenaient pas comment Selifós pouvait parler d'une telle chose avec autant d'insouciance et de dérision. Peut-être qu'il avait raison. Peut-être qu'elles avaient tort finalement. Tout ce qu'elles croyaient savoir de Nightmare Moon n'était peut-être que des idées reçues. Il n'y aurait donc aucune raison d'avoir peur ? Dans le fond, le voir rire, ça les rassurait.

"Mais si elle peut prendre le contrôle de mon corps quand ça lui chante... Alors pourquoi elle ne le fait pas ?" demanda Luna éberluée.

L'étalon se calma quelque peu pour récupérer de nouveau sa voix sérieuse. "Et pour quelle raison elle le ferait ? Les Nightmare sont passifs en général. Nightmare Moon ne se contente que d'être la spectatrice de ta vie, Luna ; tout comme Nightmare Light pour la mienne. Et cette vie reste la tienne. Elle te laissera toujours mener ta vie comme tu le sens. Elle te donnera peut-être des conseils. Elle influencera peut-être tes choix, si tu lui demandes son avis. Mais à la conclusion, elle te laissera toujours ton libre arbitre. Ils nous laissent libres parce que justement, ils nous aiment. Les Nightmare ne prennent jamais le contrôle de notre corps sans une très bonne raison."

"Et quelles sont ses raisons, si elles existent ?" demanda Luna à présent avec plus de curiosité que de peur.

"Ils nous laisseront toujours faire nos propres choix. Et ils feront en sortes de ne pas trop se montrer invasifs. Donc ils ne prendront le contrôle de notre corps qu'en cas d'absolue nécessité. Le plus souvent dans le but de nous protéger."

"Nous... nous protéger ?"

"Oui. Nous protéger", confirma Selifós avec un sourire. "Quand nous sommes en danger de mort par exemple, ou quand on subit un danger contre lequel on est impuissant, ils interviennent pour nous secourir avec leur propre force ; un peu comme des anges gardiens. Bon... des anges déchus, certes, mais gardiens quand même. Et ils protègent aussi nos rêves des autres voyageurs oniriques afin de conserver nos secrets et notre intimité."

"Un voyageur onirique ? Quelqu'un qui peut voyager à travers les rêves, tu veux dire ?"

"Oui", dit Selifós, satisfait de voir que Luna était encore plus sagace que Twilight. "Donc ainsi, quand d'autres Skiá, ou des êtres usurpant notre magie, veulent entrer dans nos rêves, les Nightmare interviennent pour les chasser."

"Me protéger... " se chuchota Luna à elle-même, essayant de raisonner tout ce que son oncle lui transmettait. "Elle m'aime... et elle voulait juste me protéger... "

Elle releva le museau. "Nightmare Moon a pris le contrôle de mon corps qu'à deux reprises dans ma vie. La première fois, c'était lors de la guerre contre le roi Sombra, alors que Celestia et moi s'apprêtions à défaire le roi tyrannique de Crystal une bonne fois pour toute. Elle avait pris ma place pour d'un côté me protéger d'un sort qui s'attaquait à mon esprit. Et de l'autre... je me souviens quand elle me l'avait dit. Elle disait qu'elle voulait s'occuper elle-même de ce... ce « gringalet », Comme elle l'appelait. Elle disait qu'elle en avait marre de le voir se vanter de connaître la vraie terreur de la nuit alors que nous étions bien plus fortes que lui."

Selifós gloussa. "Rien d'étonnant. Les Nightmare sont orgueilleux. Ils détestent voir d'autres qu'eux-mêmes se prétendre comme les meilleurs en matière de magie noire. Car de toutes les magies noires, celle des Skiá est de très loin la plus puissante, avec la nécromancie. Donc ils prennent la vantardise des sorciers noirs n'appartenant pas à la famille Skiá comme une provocation."

"La nécromancie ?" dit Celestia interloquée. "Je croyais que ce n'était qu'une légende. Donc il existe véritablement une magie capable de réanimer les morts et de les utiliser ?"

"Des nécromanciens ont réellement existé par le passé, en effet", dit l'ancien, en ouvrant une parenthèse. "Mais comme beaucoup de chose appartenant à l'ancien monde, ils ont disparu et n'existent à présent que dans des vieux contes. Et leur magie a été perdue à jamais. Heureusement d'ailleurs : la nécromancie est un sorcellerie malsaine et extrêmement dangereuse." Puis il se réadressa à Luna. "Et la deuxième fois ? C'est quand t'as essayé de tuer Celestia, pas vrai ?"

Luna approuva d'un simple hochement de tête. "C'est quand j'étais seule dans mon chagrin et ma haine. Car ma grande sœur ne m'écoutait plus. Car elle était trop occupée, comme elle disait. Nightmare Moon était ma seule confidente. Elle était la seule à m'écouter réellement. La seule à avoir vu ma peine. La seule à avoir vraiment eu cure de moi, et à avoir tenté de me consoler. C'est... c'est quand elle a pris mon corps puis essayé d'assassiner ma sœur que... que je me suis sentie trahie par elle. Je détestais peut-être Celestia à l'époque, mais je ne la voulais pas morte non plus. J'insistais à Nightmare Moon d'arrêter mais elle ne voulait pas m'écouter. Elle disait que... que si je restais gentiment soumise à Celestia pour finalement continuer à souffrir en silence, mon problème ne ferait que s'aggraver. Je dus avouer qu'elle marquait un point. Et puis j'étais si désespérée et en proie au désarroi que... que j'ai laissé mon Nightmare faire ce qu'elle cherchait à faire. Et après j'ai été exilée sur la lune."

Ses vieux souvenirs rallumèrent une lueur en ces yeux, une lueur qui n'était en fait que la lumière qui se reflétait dans ses larmes naissantes, non pas des larmes de douleur, mais des larmes de joie. Une joie qui l'eut envahie en ayant pris conscience que tout cela, Nightmare Moon l'eut fait pour ce qu'elle pensait être son bien. Elle l'eut fait pour la protéger. Elle l'eut fait parce qu'elle l'aimait.

Elle était aimée...

"Là aussi elle a essayé de me protéger", finit-elle doucement, alors qu'une larme discrète coula sur sa joue, en prenant conscience de cette fameuse face blanche de Nightmare Moon.

"Et elle a essayé de me tuer, Luna !" répliqua Celestia. "Son comportement était inacceptable. Il fallait y mettre un terme."

"Et tu as bien fait, 'Tia. Comme Twilight et ses amies", ne contredit pas sa cadette. "Nightmare Moon a toujours eu des méthodes cruelles et radicales. Même si elles avaient néanmoins la vertu d'être efficaces. Après tout... elle a juste voulu me protéger... à sa manière." Luna soupira. "Quand Nightmare Moon aura été une nouvelle fois vaincue par des puissants artefacts appelés Éléments de l'Harmonie, ma relation avec elle s'est dégradée. Déjà parce que je me suis sentie trahie par son comportement meurtrier à l'égard de ma sœur. Mais aussi il y avait... il y avait Twilight et ses amies. De leur point de vue, Nightmare Moon n'est qu'un démon qui ne cherche qu'à me manipuler pour répandre la nuit éternelle, tuer ma sœur et faire le mal. Et je dois dire que... dans ma rancune... je me suis laissée influencer par leur perspective. Je l'ai finalement accusée comme étant la vraie responsable de mon exil de mille ans et... j'ai fini par oublier qu'à l'origine, Nightmare Moon ne voulait que m'aider."

Elle marqua une pause pour réorganiser sa réflexion.

"Mais après tout ce que tu m'as dit, Selifós, notamment sur ce que je ne savais pas à l'origine... je me rends compte maintenant à quel point j'ai fermé les yeux. Je crois que... je crois que je dois des excuses à Nightmare Moon. Et peut-être que..." Et elle fixa intensément les yeux du grand étalon. "Peut-être qu'elle voudrait bien faire la paix avec moi ? Et moi aussi je désire faire la paix avec elle. Tu m'as ouvert les yeux, Selifós. Et je ne peux que t'en remercier. Je souhaite repartir à zéro. Je souhaite passer ce rite dont tu m'as parlé. Ainsi, je pourrai montrer à tous que... que... que j'avais tort... que nous avions tous eu tort sur la réelle nature de Nightmare Moon. Et la princesse Twilight sera sûrement ravie d'apprendre qu'une amitié avec mon Nightmare est possible."

L'intéressé caressa la joue de Luna avec le cœur gonflé de fierté. "C'est tout à ton honneur, ma chère nièce." Et son sourire se mua en un rictus inquiet tandis qu'il laissa retomber de nouveau son sabot. "Mais faire la paix avec ton Nightmare ne signifie pas pour autant qu'il deviendra bon. Nightmare Moon reste et restera toujours ton Yin : ta partie négative. Et cela ne changera jamais. Le sentiment le plus positif qu'un Nightmare puisse nourrir envers quelqu'un d'autre que son jumeau, c'est une vague sympathie. Ou du respect. Ou plus généralement, de l'indifférence totale. Ils ont un comportement qu'on pourrait presque qualifier de sociopathe ou d'antipathique. Et je ne crois pas que Twilight verra une réconciliation entre toi et ton Nightmare d'un très bon œil."

"Qu'est-ce qu'il te fait penser ça ?" dit Luna en copiant le rictus de son interlocuteur.

"Pas que je veuille remettre en doute ta confiance en ton amie", expliqua-t-il. "Mais lors de ma confrontation avec Twilight pour récupérer ta magie et te la rendre, je lui ai montré des exemples du pouvoir des Skiá, et en particulier des pouvoirs qui ne s'obtiennent qu'après avoir fait la paix avec son Nightmare. Et au vu de ce dont elle a été témoin ce soir-là, ça la déplaira sûrement de revoir ces caractéristiques chez toi une fois que t'auras accomplis le rite avec succès." Il jeta ses yeux en direction du petit corridor qui menait à la porte d'entrée de la maison. "Et je la soupçonne de venir ici, et sûrement pas seule, pour m'incriminer et me persécuter devant vos yeux pour ce que j'ai fait hier. Et elle risque de te persécuter toi aussi si tu deviens comme moi."

Celestia fut interpellée par quelque chose. Elle leva un peu le sabot comme pour quémander son attention. Elle ouvrit la bouche pour commencer à parler mais Luna était plus rapide qu'elle, coupant net son intervention.

"Me persécuter ?" voulut rire Luna, elle qui clignait plusieurs fois des yeux. "Pourquoi Twilight me persécuterait ? Elle est mon amie", disait-elle avec un sourire crédule. "Probablement même la meilleure. Si tu es inquiet pour l'attitude que tu as eue avec elle, sache que je te pardonne. Et que je te défendrai si ce que tu prédis se certifie. Je ne veux pas que tu retournes au Tartare, ou pire. Parce que tu ne le mérites pas. Mais jamais, au grand jamais, Twilight me persécuterait", finit-elle, pleine de foi, avec un sourire un peu plus moqueur cette fois.

"Luna", dit son parrain toujours avec la même gravité. "On ne reconnait ses vrais amis qu'à partir du moment où on révèle qui nous sommes vraiment. Et ce fait est d'autant plus vrai avec les Skiá." Il attrapa avec légèreté la tête de Luna dans ses deux sabot pour mieux croiser son regard, et lui faire comprendre en quoi ça n'avait rien de drôle. "Les vrais amis sont ceux qui nous acceptent et qui nous aiment tels que nous sommes réellement. Par contre. Ceux qui détournent le regard, ou pire, nous jettent la pierre en nous voyant à nu ; et qui veulent que l'on soit comme l'image qu'ils préfèrent avoir de nous... ceux-là, ce sont des faux-amis. Des amis toxiques. Et ceux-là tu dois les bannir de ta vie, ou tu ne trouveras jamais la sérénité."

Luna retira les sabots de Selifós de son crâne, un peu nerveuse mais aussi avec un regard très averti. "Twilight n'est pas une amie toxique. Je comprends que tu ne lui fasses pas confiance, mais je t'assure qu'elle ne l'est pas. D'ailleurs, une princesse de l'amitié qui n'a rien d'une vraie amie, ce serait l'ironie du siècle."

"Je le répète : je ne cherche pas à remettre en doute ta foi en ton amie. Je ne dis pas qu'elle est une amie toxique. J'essaie seulement de te dire que tu devras te montrer la plus consciencieuse possible dans les choix que tu vas faire. Personnellement, je ne suis pas sûr que faire la paix avec ton Nightmare, en vue de tes relations, soit vraiment une bonne idée. Ce que je crains, c'est qu'un fossé se creuse entre Nightmare Moon et ceux qui la détestent. Tu pourrais en ressortir déchirée et je ne veux pas qu'il t'arrive du mal par ma faute. Je veux juste ton bien. Tu comprends, Luna ?"

Cette bienveillance dans son regard. Et aussi cette inquiétude. Cette anxiété. C'était un regard aimant et soucieux. Le regard d'un grand frère envers sa petite sœur. D'un père envers sa fille. D'un mari envers sa femme. Luna se sentait comme sa protégée et voyait au travers de ces pupilles fendues une attention vraiment particulière et chaleureuse. Selifós la contemplait comme s'il l'avait toujours connue.

Luna hocha un tout petit peu de la tête. "D'accord. Je serai prudente. Mais je veux faire la paix avec Nightmare Moon. Je veux des réponses à mes questions. Je veux savoir qui je suis réellement. Et je ne pourrai le découvrir qu'en me réconciliant avec elle. Amis toxiques ou pas."

Selifós prit un air résolu. "Sache Luna que quoiqu'il arrive, je suis là à tes côtés. Et que je ne t'abandonnerai jamais."

L'amour qui émanait de sa voix, de ses yeux, de son visage... Cela donnait à Luna un profond sourire confiant et apaisé. Avec lui, cela ne pourrait jamais aller mal. Et cela la déterminait un peu plus à s'initier dans cette prise de risque. Parce que oui, elle devinait que faire ce fameux rite de Nýchta ne sera probablement pas une tâche facile, et que les conséquences changeraient inéluctablement sa vie de manière drastique.

"Quels sont ces traits de caractéristiques et ces capacités que Luna développera quand elle aura fusionné avec Nightmare Moon ?" dit Celestia, profitant d'une brèche dans la discussion pour s'y faufiler. "Qu'y a-t-il de si inquiétant pour que cela puisse consterner Twilight ?"

"Hm. Oui. C'est une bonne question que tu poses là", dit Selifós en prenant le sujet avec un plus grand sérieux encore. "Luna n'aura pas juste une poussée de croissance, une disparition de sa tâche ou des yeux comme les miens. Elle aura aussi des pouvoirs plus développés ainsi qu'un trait très spécial que Luna doit connaître avant qu'elle ne débute le rite."

"Et quel est ce trait ?" dit encore Celestia nerveuse.

"Et bien – "

On toqua à la porte.

Le doute envahit les trois alicornes. Rien ne le leur certifiait mais ils avaient déjà deviné par simple intuition de qui il pouvait bien s'agir. Selifós, bien qu'ayant conscience que ça allait sûrement tourner au vinaigre pour lui, gardait un calme profond, alors que Celestia s'était levée pour ouvrir au nouvel invité. Il n'avait pas peur. Il était même curieux de voir comment les choses se dérouleraient, et dissimulait son impatience dans son stoïcisme.

Du petit couloir dans lequel Celestia eut entré, un bref entretien se fit entendre. Et cette dernière revint suivie de près par Twilight et ses cinq amies, ainsi qu'un dragon. L'étalon alicorne roula discrètement des yeux en voyant que la princesse était venue accompagnée. Il en ignorait la vraie raison mais il était déçu. Car au travers de la présence de ces cinq juments, il identifiait un signe de faiblesse.

Quant au dragon, il cacha sa surprise dans son visage de façade. Même s'il ne trouvait pas vraiment inhabituel qu'un poney se faisant appeler princesse de l'amitié parviendrait à avoir un dragon comme allié. Il en avait déjà assez vu en se promenant dans les rues de Canterlot pour s'y préparer.

"Bonsoir, Luna", dit Twilight comme si elle s'adressait à une vieille amie. "J'aurais pu venir seule, mais mes amis ont insisté." Puis elle fixa Selifós d'un œil prudent. "Ils tenaient à voir cet alicorne de leurs propres yeux."

Les cinq poneys tout à fait inédits pour le nouveau maître de la lune le dévisageaient, avec un mélange de curiosité, de fascination ; Mais aussi de peur et de méfiance. Seul le dragon recopiait le regard de Twilight à la perfection et ne parut d'ailleurs point intimidé par l'invité des deux sœurs alicornes. L'une des cinq juments accompagnant Twilight, celle au crin aubergine, osa dire, alors que les autres choisirent d'user du silence.

"Bonsoir monsieur. C'est donc vous le fameux alicorne à avoir molesté notre amie Twilight ?"

C'était une question rhétorique et Selifós ne voulait pas gâcher sa salive à y répondre. Mais il dit à la princesse lavande avec une pointe d'ironie et de sarcasme. "Alors, Twilight ? Ta nuit avec ton élève Luster Dawn était agréable ?"

Cette blague de mauvais goût n'amusa pas Twilight, qui même se fâcha ; tandis que toutes les autres juments présentes dans la pièce se demandaient de quoi il parlait. La ponette rose du groupe réagit.

"C'est vrai ça, Twilight ? T'as fait une pyjama party avec ton élève ?"

"Ce n'était pas une pyjama party", dit lentement Twilight avec un sourire cassé, comme pour indiquer son mépris face à l'espièglerie de l'étalon.

Le choc qu'elle avait eu en se réveillant... en étant museau contre museau avec son élève... dans son lit, comme si elle venait de coucher avec elle. Et pire encore, après avoir fait cette horrible rêve où elles faisaient l'amour ensemble... Elle en avait tellement eu mal à son amour propre qu'elle n'avait pas osé en parler à qui que ce soit. Juste dans la précaution de ne pas engendrer un scandale, surtout sachant que Luster Dawn était encore mineure ; bien évidemment. Dans cette atmosphère d'étrangeté, Selifós ne put s'empêcher de rire. Un rire qu'il retenait du mieux qu'il put pour ne pas rigoler bruyamment.

"Qu'est-ce que tu as fait exactement ?" dit Celestia à son oncle, elle qui cherchait à comprendre.

"Oh. rien", dit-il en se calmant. "Après avoir récupéré la magie de Luna, j'ai ramené Twilight et son élève Luster Dawn dans le lit royal. Et je les ai enlacées l'une l'autre dans les pattes. Je rigolais déjà en m'imaginant la tête que Twilight et sa protégée auraient faite en se réveillant." Il laissa finalement s'échapper un petit rire.

Si Luna et Celestia ne parurent pas amusées à cause de la tension, Apple Jack grimaçait d'amusement, essayait de rester sérieuse en respect pour Twilight. Un sifflement d'hilarité sortait d'entre les dents serrés de Rainbow Dash qui se contenait le diaphragme avec ses pattes. Twilight regarda son amie pégase avec désobligeance. Et quand cette dernière remarqua comment la princesse la fixait, elle reprit un air sérieux. Spike, lui, bien qu'il trouvait la blague hilarante, avait bien trop gagné en maturité pour se laisser aller, surtout en se souvenant de ce à quoi il eut été témoin.

"Pas. Un mot. De plus", dit lentement Twilight, toujours avec le sourire cassé, et un regard aussi dur et tranchant que l'obsidienne.

Et ce fut au tour de Pinkie Pie d'éclater de rire.

"Pinkie !" réprimanda la princesse indignée.

"Désolée, Twilight", s'esclaffa la ponette rose en s'essuyant une larme. "Mais c'est vrai que c'est drôle."

"Rappelez-vous ce qu'il a fait", leur dit Twilight avec sévérité. "Rappelez-vous ce qu'il est vraiment."

Ces mots eurent comme l'effet d'un rappel à l'ordre général. Une fois que tout le monde avait repris une attitude un peu plus sérieuse, Twilight dit de nouveau en direction de Selifós.

"Profite bien de ce moment de détente. Car bientôt tu ne rigoleras plus. Je vais dire à Celestia et Luna ce que tu as fait." Elle plissa des yeux. "Je suis retournée voir Discord. Il m'a tout raconté à ton sujet."

"Pf. Il n'est vraiment pas gêné celui-là", critiqua le coupable de côté.

"Luna. Celestia", dit-elle avec la même prestance qu'un juge. "Savez-vous qu'il avait voulu étendre la nuit éternelle il y a des milliers d'années ? Savez-vous qu'il avait massacré toute sa famille ? Qu'il avait même tué ses propres parents de sang-froid ? Qu'il était un criminel de guerre et qu'il eut même génocidé son propre peuple durant l'ancien monde ?"

"Oui. Bien sûr", répondit Celestia sans surprise et avec simplicité. Mais elle avait haussé un sourcil cependant quand son ancienne élève eut affirmé que son oncle avait également massacré le peuple de son propre empire. Il ne leur en avait pas parlé de ce point tout à l'heure. "Il nous a raconté son histoire... comment il en est arrivé là."

"Heu... ah bon ?" dit Twilight qui n'avait absolument pas prévu à ce que Selifós confie ses plus sombres secrets.

"Rappelle-toi de mon avertissement, Twilight. Ne fais pas confiance à Discord", voulut corriger l'alicorne noir tout en se défendant. "Je ne voulais pas réellement étendre la nuit éternelle. Je voulais seulement plonger le monde dans un rêve synchronisé afin d'établir une paix universelle. Si j'ai massacré ma famille, c'était par nécessité. Je ne l'ai jamais fait par plaisir. Et c'est pareil pour mes parents. Je les aimais profondément et c'est à contrecœur que je les ai tués. Les exécuter m'ont même complètement détruit à l'époque. Quant aux crimes de guerre : j'étais fou de rage, pour une raison que tu ne mérites pas de savoir. Et pour le génocide commis sur mon ancien peuple, c'est trop compliqué pour que tu puisses comprendre mon geste d'antan dans l'immédiat. Je n'ai jamais pris plaisir de ma vie à tuer des poneys. D'ailleurs je n'aime pas la violence. Pour dire vrai, je suis un pacifiste."

"Parce que ceci est une preuve de pacifisme peut-être !?" rétorqua violemment la princesse en pointant l'hématome sur son torse.

"Tu ne m'en avais pas laissé le choix", dit Selifós de marbre face à l'énervement de Twilight. "Je ne t'aurais jamais infligé ce bleu si tu m'avais gentiment donné la magie de Luna. Quand les mots ne suffisent plus, on en vient à employer la violence. C'est normal." Il leva légèrement les sabots au ciel et cita. "La guerre n'est que la politique dans sa continuité, comme on dit."

Les six amis de Twilight n'osaient pas intervenir dans la dispute. Déjà parce que Twilight trouvait les mots justes pour chacun d'entre eux, mais aussi parce que les propos de Selifós les divisèrent. Discord avait détourné la vérité ? Selifós n'était pas à ce point méchant ? Et Fluttershy se sentait presque coupable d'imaginer une paix universelle au travers d'un rêve synchronisé comme une idée pas si bête pour mettre fin aux violences dans le monde.

"Et rappelle-toi ce que je t'ai dit tout à l'heure", il ajouta encore. "Dans le fond je t'aime bien, Twilight. Si je l'avais voulu, je t'aurai fait bien pire qu'un simple bleu. J'aurais pu te torturer ou même te tuer. Et pourtant je ne l'ai pas fait. Au lieu de ça, je t'ai remise dans ton lit après t'avoir endormie avec ton élève, sans rien faire de plus. Tu vois ? Je ne suis pas quelqu'un de malveillant."

"Vraiment ?" gloussa Twilight avec une sombre ironie. "Et comment peux-tu justifier ce que tu as fait à Luster Dawn ? Leur as-tu dit à Celestia et Luna que tu l'avais mordue et sucé son sang ?"

"Qu... quoi ?" ouvrit grand les yeux Luna, tout comme sa grande sœur.

"Savez-vous qu'il est en réalité un vampony ?"

Sous le choc, Luna et Celestia ne dirent rien dans l'immédiat. Selifós répliqua avec dédain.

"Je t'en prie, princesse. Les vamponies, à titrement parler, n'existent pas. « Vampony » est un surnom péjoratif que les mortels de mon temps attribuaient aux Skiá car ils nous percevaient comme des monstres, à cause de notre prétendue obsession à boire leur sang."

"Tous... tous les Skiá étaient des vamponies ?" demanda Luna avec une voix qui tremblait, tétanisée à l'idée que ses ancêtres fussent des buveurs de sang. "Et tu es un vampony ? Et... et moi aussi je... je suis une vampony ?"

"Tu n'es pas une vampony. Tu es une Skiá", lui dit Selifós comme pour la détendre. Puis il s'adressa à tous. "Oui. C'est vrai. Je bois du sang. Et il n'y a rien de mal à ça. Les Skiá ne font que suivre leurs instincts, exactement comme les prédateurs. Il est tout aussi normal pour un Skiá de boire du sang, que pour un poney de manger de l'avoine. Alors n'en soyez pas si choqués."

"Pourquoi tu ne nous l'as pas dit dès le départ que tu étais un vampony alors ? si tu n'en as pas honte ?" lui dit Celestia qui l'était toujours, mais ne paraissant point en colère à première vue.

"Celestia, je ne suis pas un vampony", dit Selifós en se collant le sabot au visage avec épuisement. "Et j'étais sur le point de vous en parler au moment où Twilight eut toqué à la porte. Boire du sang est l'un des traits que l'on obtient en faisant la paix avec son Nightmare.

"De même, au retour de mon exil sur la lune, la population de l'empire Skiá était en très grande majorité composée de buveur de sang. Et si j'ai décimé cette population, c'était pour diminuer le nombre de consommateur de sang et donc le risque de guerre entre mon ancienne patrie et leurs voisins. J'espère que vous aurez assez de discernement pour comprendre en quoi cela aurait multiplié le risque de guerre."

Rassurées par l'honnêteté de leur aîné, Celestia et Luna s'abstinrent de rejoindre le parti de Twilight trop vite. Bien que Celestia, elle, n'aimait vraiment pas cette idée de se nourrir de sang de poney. Elle était inquiète à l'idée qu'elle en soit capable elle aussi, si jamais elle faisait la paix avec Day Breaker. Et elle comprit enfin pourquoi Selifós parlait de s'alimenter de lui-même tout à l'heure. Il parlait de chasse : chasser des poneys.

"Mais alors... si tu bois du sang... tu... " Elle cilla des yeux. "Tu ne goûteras pas de ma tarte à la cerise ?" finit-elle ingénue.

"Mais bien sûr que si, ma petite-nièce", la rassura son oncle. "Boire du sang ne signifie pas que je me nourris que de ça. Je peux manger des légumes, des céréales et de fruits, comme vous. La consommation de sang sert avant tout à alimenter ses pouvoirs, sa force et son Nightmare. Je peux également en prendre pour rassasier mon corps comme le ferait n'importe quel autre aliment mais ce n'est pas nécessaire sur ce point."

"Mais tu mets la vie des poneys en danger en agissant ainsi", s'inquiéta tout de même l'alicorne blanche. Elle s'adressa à Twilight. "Comment va ton élève actuellement ?"

"Je l'ai amenée à l'hôpital de Canterlot", informa l'alicorne violette. "Les médecins ont diagnostiqué sur elle un choc anémique sévère. Elle récupère de sa perte de sang. Elle est sous surveillance médicale et elle ne pourra pas sortir d'ici la semaine prochaine."

L'ex-princesse du jour se retourna pour lancer à Selifós un regard mauvais et jugeur.

"Je n'avais pas l'intention de la tuer. La preuve : elle est toujours en vie."

"Elle est à l'hôpital à cause de toi. Et ne parle pas de « toujours en vie » avec autant de légèreté ! Elle aurait pu mourir."

"J'avais juste faim. Je ne lui ai pris qu'un peu de sang. C'est tout."

"Un peu ?" rétorqua Twilight outrée. "Selon les dires des médecins, c'est UN litre de sang que tu lui as dérobé !"

"Bon. D'accord, je l'avoue, j'ai été un peu trop gourmand sur ce coup-ci", reconnut un peu le vampony tout en gardant la tête froide. "Elle était pure et en conséquence, l'arôme de son sang était trop provocateur pour que j'ose me défiler. Je... bon. Désolé."

Ils le fixèrent tous d'un regard noir. Mais il s'en fichait. Pour lui, c'était parfaitement normal, et il ne voyait pas où était le problème. Seules Fluttershy et Luna n'avaient pas autant d'hostilité. L'une parce qu'elle comprenait ce genre de besoin, avec son expérience auprès des animaux ; en particulier les relations proies/prédateurs ; et se disait même que devant un tribunal, ça pouvait passer. Et Luna était encore trop perturbée par sa propre personne et à se poser toujours plus de questions pour prêter clairement attention à ce qu'il se passe.

"Monstre... " le traitait Rainbow Dash, dégoûtée de voir que l'aïeul de Luna et Celestia, et donc un potentiel ami, agisse comme une sangsue.

"Si les fleurs possédaient une âme, elles traiteraient également les poneys de la sorte, vous savez ?" répondit impassiblement Selifós à l'insulte.

Puis il balança son regard entre elles toutes et le dragon. Ce qu'il venait tout juste de dire avait défait l'espace d'un instant l'hostilité de ceux qui lui faisaient face. Néanmoins, la méfiance et la répulsion persistèrent. Sauf Celestia qui elle, à travers cette remarque très juste, ne parvenait plus à regarder son parent en mal, même si sa proie fut l'élève de Twilight.

"Si vous le désirez... " haussa-t-il encore la voix. "Je ne mordrai plus aucun poney jusqu'à nouvel ordre. Et je me contenterai des poches de sang qu'on peut trouver dans les hôpitaux."

"Ah non ! Pas le sang en poche !" fustigea encore la princesse de l'amitié. "Des poneys ont fait don de leur sang pour sauver des vies ! Pas pour satisfaire tes besoins primaires !"

Le Skiá soupira avec exaspération. Presque un râle. "J'essaie de trouver une solution au problème et toi tu continues de rouspéter. Tu ne me facilites vraiment pas la tâche."

Twilight souffla des naseaux et détourna le regard. Elle s'avança vers Luna, ce qui attira son attention alors qu'elle était plongée dans ses pensées.

"Je viens aussi pour récupérer le peu de magie lunaire que Selifós m'a volé", dit la princesse en sortant son amulette. Selifós grinça des dents derrière ses lèvres en entendant le terme « voler ». "À ce qu'il m'a dit, il te l'a rendue, n'est-ce pas ?"

"Oui. Il me l'a rendue", affirma la jument sélène.

"Très bien. Tu peux me la prêter de nouveau s'il-te-plaît ? Je sais que je ne contrôle plus la lune mais je peux encore aller dans la dimension des rêves pour m'occuper de ce que tu sais."

Luna jeta un coup d'œil vers Selifós, puis vers Celestia, puis les autres juments, Spike, Twilight... pensive.

"Non."

"Merci, Luna... attends, quoi ?"

"Les poneys n'ont jamais eu besoin de mon pouvoir. Ça ne changera rien à leur vie que j'aille dans leurs cauchemars ou non", assuma Luna avec du regret dans sa voix. "La vérité c'est que je le faisais avant tout par passion. Pas parce qu'ils en avaient besoin. Justement, parce que mon travail n'a aucune valeur réelle à leurs yeux, ils n'ont jamais manifesté une réelle gratitude. Juste un simple sourire apaisé. Mais rien de plus."

"Ne me dis pas que ce vampony a réussi à te convaincre ?" dit Twilight qui croyait halluciner.

"Il n'est pas un vampony ! Et il s'appelle Selifós !" se fâcha l'ancienne princesse lunaire. "Il m'a dit la vérité. Il m'a même rappelé la vérité. Les poneys n'allouent aucune valeur à mon travail, sans quoi il m'aurait accordé leur attention depuis longtemps. Et je n'aurais jamais eu à me rebeller contre ma sœur auparavant. J'ai de nouveau ouvert les yeux. Ils ne m'ont jamais dit merci. Voilà la vérité."

"Lu... Luna. C'est faux", dit la princesse qui espérait la raisonner. "Les poneys t'aiment. Et ton travail leur sert. Ils ne pourraient se passer de toi."

"Ne sois pas si naïve, Twilight. Pendant toute ton enfance et ton adolescence, je purgeais mes dernières années d'exil sur la lune. Pendant tout ce temps, je n'étais pas là pour t'assister dans tes mauvais rêves. Et est-ce que cela a changé quoique ce soit à ta vie que je revienne ? Et les autres poneys ? Toutes ces générations écoulées sans moi ? Et qu'en était-il des générations d'avant mon couronnement ? Et des cauchemars de toutes les autres créatures du monde ? Leur vie n'a pas été plus différente que ceux de sous ma juridiction d'antan. Mon travail ne servait à rien"

"Ce n'est pas vrai, Luna. Tu te trompes. Ton travail est utile."

"Non. Il ne l'est pas. S'il l'était vraiment, alors pourquoi les équestriens ont eu peur de moi, voire même me haïssaient à mon retour ? Ils se seraient réjouis que je sois de nouveau là pour les protéger. Mais ce n'est pas ce qu'il s'est passé. Non. La vérité, c'est que je faisais ce travail avant tout parce que j'aimais le faire. Et dans mon illusion, ma passion et ma fierté, j'ai commencé à le percevoir comme un devoir et une vraie utilité. Mais j'avais tort. Et maintenant que j'ai abdiqué, je n'ai plus à me soucier de ce genre de chose. C'est terminé : je ne mettrai plus ma magie au service d'Equestria."

Luna gardait un certain calme dans toutes ces affirmations, et qui masquait au fond d'elle une colère nourrie par la frustration. Et Twilight, assez surprise en l'écoutant, ne savait plus trop quoi dire.

"Si ma magie leur est vraiment utile, alors les équestriens n'auront qu'à venir eux-même me la réclamer. Si tu veux que je te redonne un peu de ma magie, alors prouve-moi que ma passion servait vraiment à la psyché des poneys. Mais de par l'expérience et la désillusion que j'ai eues, je suis quasiment certaine qu'aucun d'entre eux ne viendra se plaindre de ton absence dans leurs rêves. Ils peuvent très bien se débrouiller seuls avec leurs cauchemars. Tu verras."

Twilight recula de quelques pas, tout à fait stupéfaite d'entendre tout ça de la bouche de l'ancienne gardienne des rêves. "Luna. Tu te méprend. Selifós t'a juste manipulée car il ne peut pas assumer qu'une alicorne comme moi puisse posséder de la magie lunaire."

"Il ne m'a pas manipulée ! Il m'a ouvert les yeux !" s'exclama l'alicorne bleue avec ferveur devant cette accusation. "Il m'a rappelé que c'était mon hobby avant d'être mon travail. Tu as sans doute raison de dire qu'il l'a fait parce qu'il ne veut pas qu'une alicorne artificielle possède la magie de sa famille. Mais il l'a dit aussi parce que c'était vrai. Et il m'a également enseigné la vérité sur les Nightmare. Nightmare Moon n'est pas foncièrement mauvaise. Nous nous sommes tous trompés à son sujet."

"Où... où veux-tu en venir ?"

"Nightmare Moon n'est pas un monstre. Selifós, qui a lui aussi un Nightmare, du nom de Nightmare Light, m'a tout expliqué. Nightmare Moon et moi ne formons qu'une seule âme avec une seule identité. Toutes ces fois où elle était présente dans l'histoire d'Equestria, c'était à chaque fois pour me secourir. Quand elle a voulu étendre la nuit éternelle, c'était pour m'offrir un monde où je serais aimée et adorée. Tu comprends, Twilight ? Elle n'est pas ce que nous avons toujours cru. Je peux devenir son amie."

"..."

"Selifós m'a proposé de passer le rite de Nýchta. Un rite qui fait partis des anciennes traditions de la famille Skiá. Il consiste à ce que je sois en paix avec Nightmare Moon. Je fusionnerai avec elle. Et alors je saurai qui je suis vraiment. Je serai comme Selifós : en paix avec moi-même. N'est-ce pas superbe ?"

Luna conclut sa tirade avec une joie remplie d'espérance. Twilight aurait bien aimé partager cette émotion avec elle mais... elle avait peur de ce que cela pourrait engendrer. Elle rangea son amulette, en voyant concrètement que Selifós avait gagné : c'est à lui que Luna a donné raison.

"Et tu vas boire du sang comme lui ?" dit-elle avec la peur qui couvait au fin fond d'elle-même, et qui remontait à ses yeux sous forme d'extrême prudence.

Luna relativisa en entendant cette simple question. Elle se remit à osciller entre les pilules bleue et rouge.

"Pour être honnête, Luna... " souriait Twilight légèrement, mais toujours avec la même inquiétude. "Je trouve géniale l'idée que Nightmare Moon soit apte à la rédemption. Si elle pouvait être réformée, ce serait une très bonne nouvelle. Mais... quand je vois ce qu'est Selifós, je... je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée. Et puis tu es heureuse maintenant : tu es avec ta grande sœur, à profiter de la mer, de ta retraite... À quoi bon prendre un tel risque ?"

Luna jongla son regard entre tous. Une Twilight divisée. Ses amis tous aussi divisés qu'elle, ne sachant quoi trop en penser. Sa grande sœur, très anxieuse, lui faisait un signe discret de la tête : celui de faire le bon choix. Et Selifós, qui depuis le début restait avec un calme monacal et exceptionnel, stable comme un roc face à la confrontation avec Twilight et passif devant les aveux faits de l'ancienne princesse lunaire.

Il avait un regard neutre, d'où transparaissait une certaine bienveillance auprès de Luna. Et il attendait sa réponse, comme tous les autres. Ce fut en croisant les yeux de Selifós que les siens devinrent déterminés. Elle se tourna encore une fois vers Twilight.

"J'ai dit que je veux être en paix avec Nightmare Moon. Alors je serai en paix avec Nightmare Moon. Je veux des réponses. Je veux savoir qui je suis réellement au fond de moi. Et je le saurai qu'une fois que j'aurai fait la paix avec elle." Elle se rapprocha de son oncle. "Quant à Selifós, je ne le renverrai pas juste pour ce qui l'est, et je ne le traiterai pas de vampony. Et je défends à qui que ce soit ici de penser qu'il vaudrait mieux pour lui d'être de nouveau enfermé dans le Tartare."

"Luna", lui chuchota Celestia. "Non."

"Ma décision est prise, grande sœur", dit-elle avec fermeté.

"Mais as-tu pensée au risque qu'on encoure ?" l'alerta-t-elle plus vivement. "Et s'il profitait de notre sommeil pour nous mordre ? Tu y as pensé ?"

"Je te rassure, ma petite-nièce", voulut la rassénérer son oncle. "Les Skiá n'ont pas coutume de mordre les membres de leur propre famille. Vous pourrez dormir sur vos deux oreilles en ma compagnie. Je peux vous l'assurer."

La princesse de l'amitié réfléchissait longuement, pensait encore à ce choix dangereux entrepris par Luna. Après avoir écouté la réponse de cet alicorne du passé à Celestia, elle dit tout en dissimulant son doute. "Et cette décision, je la respecte."

"T'es... t'es sûre de ce que tu dis, Twilight ?" dit Rainbow Dash avec nervosité et scepticisme, répondant pour les autres.

"Allons-nous-en. Il n'y a rien à ajouter." Et alors qu'elle se retourna pour quitter la villa et que ses acolytes la suivirent, elle leur dit à tous une fois assez loin. "Il faudra surveiller cette affaire de très près, mes amis. Tout comme vous, j'ai un mauvais pressentiment."

Après cette visite éclair, Celestia souffla son stress. Le vide revint dans la pièce, tout comme le calme. L'alicorne blanche était comme oppressée face à l'échange imprévue de sa petite sœur avec son ancienne pupille. Elle devrait peut-être être heureuse pour le choix de sa cadette : faire la paix avec l'insoupçonné. Peut-être qu'elle avait raison et que Selifós, bien qu'il fut un vampony, était quelqu'un de vraiment bienveillant.

Il n'y aurait pas de quoi s'inquiéter. C'était dur à présent de supposer ça maintenant. Elle avait comme l'impression que quelque chose lui échappait, qu'il y avait quelque chose qu'elle ne contrôlait plus. Et cette incertitude dans la situation se mua en peur, alors qu'elle observait Selifós montrer à Luna ses deux canine ; bien trop longues, bien trop surnaturelles pour être celles d'un poney ordinaire. Et Luna, elle, n'en tirait pas de la frayeur ou de la colère, comme Twilight et ses amies ; ou comme elle-même. Elle éprouvait pour sa dentition de la curiosité et du doute. Il semblerait que Luna n'était pas certaine d'elle-même quand elle eut affirmé qu'elle prendrait ce risque.

Oui, cette crainte face à ce qui l'attendait, c'était l'exact et même ressentis du sien ou de Twilight. Mais chez sa petite sœur, elle ne retrouvait pas cette peur, mais plutôt un air confiant. Celestia se disait qu'elle devait en faire de même. Elle ne devait pas abandonner sa petite sœur face à ces nouvelles épreuves. Et par conclusion, elle se raffermit dans son cœur, et fit appel à son courage pour la soutenir.

"Luna", lui dit-elle d'un air résolu et stable. "Je ne sais pas si c'est une bonne idée, ce que Selifós t'encourage à faire. Et le fait qu'il boive du sang me dérange. Mais si toi tu lui fais confiance, alors moi je lui ferai confiance. Je te soutiendrai aussi, Lulu."

Lulu ? Pensait Selifós, alors que Luna s'approcha de son aînée pour partager une étreinte. Il sourit.

Et l'étalon repensa à ce qu'il s'était dit lors de la nouvelle rencontre avec la princesse. Et il anticipait, prédisait les scénarios avenirs. Cherchait un moyen de résoudre ces problèmes s'ils aboutissaient.

"Luna ?" dit-il pour attirer son attention.

"Oui, Selifós ?" lui répondit-elle avec un sourire.

Le rictus de l'étalon se mua en un autre plus mélancolique et qui, implicitement, présageait le pire.

"Je crains que par ma simple présence, je ne t'apporte non pas une colombe ; mais une épée."

 

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.