Discord icon

Chapitre 71 : Une arrivée dans la nuit et un matin sous les cendres

Spike se réveilla avec un étrange sentiment. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait l’impression que quelque chose venait de se passer concernant son amie Twilight. Mais contrairement aux jours suivants celui où l’alicorne se fit capturer dans les plaines, le jeune dragon ne ressentait pas de crainte cette fois.

Hum… Je me demande ce qui lui arrive maintenant. Enfin, ça ne doit pas être important.

Sur cette pensée, le dragon regarda sur son côté et constata que son amie Antenne dormait toujours à ses côtés, son armure de changeling et la selle de provisions posés à proximité. En regardant autour de lui, il ne vit rien d’autre sinon l’ensemble des rochers formant un arc de cercle et contre lesquels ils se trouvaient ainsi que les parois dans la grotte où ils étaient arrivés pour se protéger du froid et du vent qui pénétrait.

Depuis qu’ils y avaient fait halte en début d’après-midi, les deux voyageurs avaient dû renoncer à poursuivre leur périple vers Griffonstone, bloqués le reste de la journée par une importante tempête de neige. Aussi attendaient-ils le lendemain en espérant que le temps soit plus clément, au grand dam de Spike qui s’inquiétait en revanche réellement pour Rarity, craignant qu’il ne lui soit arrivé malheur.

Par ailleurs, les rafales pénétrant dans la grotte provoquaient des sons semblables à de petits rugissements, tandis que la faible lumière du jour à l’intérieur, diminuée par la tempête à l’extérieur, les avaient dissuadés de partir en exploration plus à l’intérieur. En outre, bien qu’aucun des deux ne se l’avouait, le dragon et la changeline étaient encore marqués par les terribles événements dans l’ancienne cachette des « Smokey Mountains ». Chacun tenait en conséquence à rester près de l’entrée de la caverne, de peur de voir surgir des fissures au sol suivit de roche en fusion.

Soupirant en pensant justement à ce qu’il s’était ce jour-là, Spike se leva et alla près de l’entrée située à une cinquantaine de mètres. Là, il observa le paysage devant lui : un paysage désolé, parsemé de montagnes rocheuses couvertes de neige et le tout balayé par la tempête avec une très faible luminosité.

Un lieu idéal pour quiconque voudrait disparaître et se faire oublier du monde, se dit le dragon alors qu’il avait constaté qu’une partie importante de cette chaine de montagne précédant l’Empire avait ce triste visage. J’imagine que des poneys ont tenté d’y survivre après la guerre, espérant s’y faire oublier des autres espèces, mais qu’ils ont fini par s’éteindre à cause du froid et des créatures des montagnes.

Sur cette pensée, Spike commença à se retourner pour rejoindre Antenne. Mais il aperçut du coin de l’œil dans le ciel sombre du mouvement qui attira son attention. Plissant les yeux, il remarqua alors une importante forme ailée dans les nuages se dirigeant vers la grotte.

"Oh par Célestia !" s’inquiéta-t-il en courant vers Antenne. "Antenne, réveille-toi ! On va avoir de la compagnie !" lança-t-il en secouant la changeline, l’arrachant à ses rêves.

"Hum… Hein, quoi ?" commença à dire cette dernière déboussolée en se mettant par réflexe debout sur ses gardes.

"Vite, courront nous mettre à l’abri", reprit le dragon en lui tirant une patte avant de sentir une légère secousse. Aussitôt, les deux amis se couchèrent au sol, se collant contre les rochers qui étaient entre eux et l’entrée de la grotte.

"Grrrr…"

Un léger grognement suffit à glacer leur sang, chacun devinant qu’une créature venait de pénétrer dans la caverne. Et de fait, de lourds bruits de pas commencèrent à se faire entendre, renforçant leur nervosité.

"Spike", lança à voix basse Antenne, indiquant de la tête à son ami de la suivre. Tous deux se mirent alors à marcher le plus discrètement possible vers une meilleure cachette, tirant profit de la pénombre ambiante dans la grotte avec la nuit et la tempête à l’extérieur.

"Grrrrr…"

Un nouveau grognement arrêta Spike, comprenant de quoi il s’agissait.

Un dragon…

Sur cette révélation, il se secoua la tête et repris sa marche silencieuse. Il ne savait que trop comment ses confrères n’aimaient pas voir leur habitat être squatté, et comment cela avait bien faillit mal finir pour lui sans l’aide de ses amies et d’Owlicious.

Continuant d’avancer, Antenne finit par trouver une crevasse dans une paroi de la grotte et s’y engouffra avec Spike.

"Tu… Tu crois qu’il a deviné notre présence ?" demanda anxieuse la changeline, toujours à voix basse alors qu’elle était face au jeune dragon, un faible écart entre eux et sentant qu’elle était assise sur quelque chose ressemblant à du métal.

"Je ne pense pas." finit par répondre son ami qui alternait ses regards sur elle et l’entrée de la crevasse. "Il aurait hurlé de colère sinon", continua-t-il tandis qu’il pouvait entendre la créature poursuivre sa route vers l’intérieur de la grotte et approcher de leur cachette. "Il suffit juste d’attendre et de…

– Spike", le stoppa alors Antenne paniquée.

"Quoi ?" demanda-t-il tout en remarquant que le dragon venait de s’arrêter brutalement.

"J’ai laissé mon armure et nos provisions sur place.

– Grrrr… Snif, snif…. GRRRRR !"

Avant de pouvoir réagir à cette terrible nouvelle, Spike entendit son semblable pousser un puissant rugissement, suivit d’un jet de flamme en l’air qui éclaira la partie de la grotte visible depuis leur cachette. Devant cette puissance, Antenne appuya ses sabots avant sur son museau, cherchant à étouffer tout bruit de sa part alors qu’elle tremblait de peur et fermait les yeux.

Peu après, une imposante paire de patte aux écailles cyan brillant et avec des griffes acérées apparurent devant l’entrée de la crevasse, accompagnée de grognements.

"Snif… Snif… Grrrr…" relança le dragon en humant l’air tandis que Spike, le visage en sueur, empoignait fermement les pattes d’Antenne pour l’aider à rester calme et se soutenir mutuellement. Bientôt, ils virent s’abaisser une mâchoire ouverte aux larges dents. Sur le museau se trouvait une vielle mais importante cicatrice, visiblement provoquée par une morsure d’un autre dragon. "Grrrr…"

Peut-être qu’avec cette cicatrice son odorat n’est plus assez fort pour nous sentir… Par Célestia, faites que j’ai raison… réfléchit rapidement Spike en se mordant la lèvre inférieure.

"Snif… Snif… SNNNIIIFFFF…" continua le dragon en inspirant profondément et en rapprochant sa mâchoire de l’entrée de leur cachette, renforçant les tremblements d’Antenne en retour.

Pas comme ça… Pas comme ça… Pas comme ça… criait-elle intérieurement en se voyant déjà être brulée vive avec son ami.

"Snif… Grrr…"

Après de terribles secondes paraissant interminables, la mâchoire s’éloigna et les pattes du dragon se remirent en marche, laissant apparaître le reste du corps. À la vue de celui-ci, il était évident que c’était un spécimen adulte depuis déjà longtemps.

Qu’est-ce qu’on fait ? Tel était le message que Spike pouvait lire au bout de quelques minutes dans les yeux à nouveau ouverts d’Antenne, un peu soulagée tandis que les bruits de pas du dragon s’étaient assez éloignés pour ne plus les entendre.

Mettant une griffe sur son museau pour lui indiquer de rester silencieuse, l’ami de la changeline pris une profonde inspiration, puis se décida à passer la tête hors de leur cachette. Là, Spike regarda prudemment à droite et à gauche, mais ne vit nulle trace de son semblable aux alentours, malgré la faible visibilité dans la grotte toujours plongée dans la pénombre. À l’extérieur, la tempête avait cessé et le ciel se dégageait lentement.

"Antenne, viens. La voie est libre" lança-t-il finalement en sortant de la crevasse, ignorant combien de temps ils avaient pour quitter cet endroit.

Mais plutôt que d’apparaître tout de suite, son amie mit plusieurs secondes au grand étonnement du jeune dragon. Elle sortit finalement de la crevasse, portant quelque chose dans une patte.

"Mais qu’est-ce que tu fais ?

– Il… Il y avait ça où j’étais assis", expliqua la changeline en présentant un objet métallique qui se releva être un casque en mauvais état avec de nombreuses griffures dessus. "Tu sais ce que c'est ?" Demanda-t-elle en tournant son regard vers son ami qui semblait troublé.

"Ce casque…" dit-il en prenant l’objet et en se coupant du monde qui l’entourait.

"Il y a le reste de l’armure aussi dans la crevasse", poursuivit Antenne, avant de sentir un liquide lui tomber sur une épaule. "Qu’est-ce que…" s’étonna-t-elle avant de s’arrêter brutalement, voyant que ce n’était pas de l’eau qui coulait sur elle.

Dehors, une éclaircie se fit, dévoilant l’astre lunaire dont la lumière atteignit et éclaira l’intérieur de la grotte. Peu après, un souffle chaud sur le dos accompagné d’une nouvelle chute de liquide visqueux sur elle pétrifia la changeline qui, lentement, se retourna.

Elle put alors constater qu’un imposant corps se trouvait à quelques mètres d’elle. Levant fébrilement la tête, elle remonta le poitrail, puis le coup, pour enfin arriver à la tête, croisant un regard furieux.

"GRROOOOAAAA !" rugit la créature en propulsant de la salive sur la changeline, avant de baisser la tête pour l’attraper dans ses crocs.

"AAAAAAHHHH !" cria au même moment la malheureuse Antenne apeurée, voyant la mâchoire s’approcher avec une lueur jaunâtre au fond de la gorge. Elle en était sûr, bientôt, ce sera finit pour elle.

"ARRÊTES !" lança soudainement un jeune dragon en se mettant devant son amie, bras en l’air, stoppant momentanément son semblable adulte. "Ne fais pas ça ! C’est mon amie !" Clama-t-il avec force en regardant intensément les iris rouge clair de la créature posés sur lui.

Je suis sûr que tu te souviens de moi… Ember…

 

***************************************************************************

 

Le Soleil terminait de se lever et Célestia mit fin à la luminosité de sa corne, un air satisfait au visage.

En se retournant, la jument au pelage blanc pouvait voir à proximité ses compagnons de voyage, Starlight et Thorax, quitter le monde des songes de sa sœur.

J’ai si hâte de te retrouver ma tendre petite sœur… pensa la princesse en se rappelant qu’elle avait cru durant toute sa détention à la version des minotaures affirmant la mort de sa bien-aimée Luna. Si seulement ta corne n’était pas brisée… Tu pourrais ainsi me retrouver dans les rêves où j’imagine retourner à l’époque d’avant notre couronnement… Une époque bien lointaine… Où on était encore pouliche, loin des soucis du pouvoir, loin des conflits... Avec papa et maman… continua-t-elle avec une pointe de regret et de nostalgie, l’amenant à pousser un soupir en fermant les yeux.

"Princesse Célestia ?" lui lança une voix féminine avec hésitation.

Rouvrant les yeux, Célestia aperçut Starlight debout en train de la regarder d’un préoccupé. Pour sa part, Thorax venait de se lever pour s’étirer de tout son long.

"Ne t’en fais pas pour moi. J’avais juste l’esprit ailleurs", la rassura la princesse avec un air bienveillant.

"Princesse Célestia, Twilight et Flash ne sont toujours pas revenu ?" questionna pour sa part le changeling en voyant leurs amis toujours absents.

"Ils ne devraient pas tarder."

Sur ces mots confiant de la princesse, la licorne et le changeling se mirent à brouter afin de prendre des forces, profitant de la rosée matinale pour se réhydrater.

Au bout d’une dizaine de minutes, prenant un air pensif puis hésitant, Starlight finit par se diriger vers Célestia. Cette dernière, curieuse, s’était décidé à s’exercer à s’alimenter comme ses petits poneys d’aujourd’hui.

"Princesse…" commença-t-elle en attirant l’attention de l’alicorne sur elle. "Je… Je m’excuse pour ce que j’ai fait à Twilight autrefois…

– Que veux-tu dire ?" s’étonna Célestia en penchant la tête de côté.

"Eh bien… Pour lui avoir… « enlevé », ainsi qu’à ses amies, sa marque de beauté dans mon village", s’expliqua Starlight en se grattant une patte avant avec l’autre, le regard vers le bas avant de relever les yeux vers la princesse. "Je sais que vous tenez beaucoup à elle, comme elle tient beaucoup à vous."

À ces paroles, la princesse tourna la tête, visiblement touchée qu’un de ses sujets lui exposait ses sentiments envers la pouliche qu’elle avait éduqué et mis au même rang qu’elle.

Mais cela au détriment ma propre famille… pensa-t-elle en fermant les yeux en se rappelant du sort de son neveu Blueblood.

"Princesse ?" relança Starlight en ramenant le regard de Célestia sur elle. Devant le regard inexpressif de l’alicorne, la jument ne pouvait s’empêcher de déglutir.

Après tout, elle s’en était prise à celle que la princesse protéger depuis l’enfance, lui avait retiré ce qui avait permis leur rencontre, avait tenté de lui faire oublier tout ce qu’elle lui avait appris et de lui donner une autre personnalité. En outre, même si cette princesse sortait un peu affaiblie de ces longs siècles d’emprisonnement, la licorne se doutait qu’il lui suffisait d’un seul rayon partant de sa corne, juste un seul.

Et comme présentant quelque chose, Starlight recula d’un pas, inquiète alors que le temps semblait s’être figé.

"Tu as raison. J’ai beaucoup d’affection pour elle." finit par dire calmement Célestia en sortant de son silence. "J’accepte tes excuses. Ce qui est fait est fait." ajouta-t-elle en provoquant un léger soupir de soulagement chez Starlight. "À vrai dire… Je suis même assez impressionné… d’une certaine manière." termina-t-elle peu après.

"Vraiment ?

– Oui. Tu as fini par trouver le courage de venir me parler de ce tragique évènement. Mais je sais que Twilight choisi toujours comme amie des personnes de confiance. Et si Twilight t’a pardonné et prise comme amie, alors je n’ai aucune raison de ne pas le faire aussi", répondit la princesse avec bienveillance.

"C’est peut-être aussi parce qu’elle m’a appris l’amitié que je me suis lancé", suggéra Starlight en regardant sur le côté avec un timide sourire.

"Je regrette cependant qu’on ne se soit pas rencontré plus tôt", reprit Célestia en laissant ensuite échapper un petit rire. "Peut-être que je t’aurais pris comme mon élève personnel avant la venue de Twilight.

– Hein ?!" s’exclama la licorne tandis qu’à proximité Thorax recrachait ce qu’il avait en bouche en manquant de s’étouffer.

"Après tout, réussir à battre une princesse qui est la porteuse de l’Élément de la magie, je suis là aussi impressionné."

À ces mots qui lui firent inconsciemment ouvrir la bouche, Starlight se savait quoi répondre. Sans doute sa vie aurait pu être tout autre si elle s’était rendue à Canterlot pouliche avec Sunburst pensa-t-elle.

Finalement elle sortit de sa stupeur et inspira et expira profondément.

"Non. Je ne regrette pas pour autant mon parcours, qui m’a montré ce qu’est la vraie magie." affirma la licorne en provoquant un hochement de tête satisfait de Célestia. "Et puis, je me vois mal avec des ailes d’alicornes et vivre durant plusieurs siècles." ajouta-t-elle avec un rire nerveux, bien qu’une image d’elle en princesse se formait dans son esprit.

Hum… Quoique… après tout…

Après quelques minutes, les trois équidés aperçurent un couple de poneys arriver vers eux, collés l’un contre l’autre.

En s’approchant, Starlight reconnu aisément de qui il s’agissait, bien que surprise par l’apparence des nouveaux arrivant.

"Te voilà enfin, Twilight", commenta Thorax en s’adressant à l’alicorne. "Vous étiez passés où ?"

Arrivant près du changeling avec Célestia, Starlight ne pouvait retenir un sourire en coin et une légère teinte rouge sur ses joues.

Ils n’ont pas chômé en tout cas…

Devant elle, les deux équidés avaient plusieurs crins de crinière et de queue en bataille ainsi que ce qui semblait être une trace de morsure à une oreille et sur la nuque de la jument.

"Twilight ?" relança Thorax alors que l’alicorne et le pégase n’avaient encore rien dit, visiblement l’esprit ailleurs avec un air apaisé, voire heureux. "Eh, oh, Twilight ?

– Hum ? Oh, oups ! Vous êtes là ?" s’exclama la jument en sortant de sa trans, affichant soudain un air inquiet et gêné en se rendant compte de la présence des autres. "On… On discutait de la route à suivre pour se rendre rapidement vers l’Empire. Oui, voilà." affirma-t-elle ensuite en se séparant de Flash qui fit de même, revenant lui aussi brutalement à la réalité.


"Oui, oui. Je confirme. On est partis un peu en reconnaissance durant la nuit… pour nous assurer que le terrain n’est pas hostile", lança-t-il ainsi en complétant les paroles de la jument, sous les regards amusés de leurs trois interlocuteurs.


"Bon. Ce n’est pas tout, mais la route est justement encore longue alors ne perdons pas plus de temps", conclut peu après Twilight en avançant et se frayant un chemin entre ces derniers. Une fois cela fait, elle chercha du regard et s’empara avec sa magie des armures de Thorax et Flash. "Allez, enfilez-moi ça, qu’on parte rapidement. C’est un ordre." ordonna-t-elle nerveusement en les projetant sur leurs propriétaires respectifs qui, surpris, se les reçurent sur le visage et tombèrent à la renverse.

Pendant que les deux étalons obtempérèrent en comprenant qu’il n’y avait pas lieu de discuter l’ordre de la princesse, Starlight et Célestia, toujours souriantes, se placèrent de chaque côté de celle-ci.

"Ce ne sera peut-être pas pour aujourd’hui, mais un jour, il faudra que tu me racontes Twilight. Et je veux connaître CHAQUE détail…" indiqua alors la licorne avec un sourire narquois et un mouvement répétitif des sourcils, provoquant un désarroi chez la jument mauve qui leva un sabot par réflexe tout en éloignant la tête.

"HEIN ?" s’exclama choquée l’alicorne dont les joues devenaient plus rouges que les pommes de la ferme des Apples.

"J’avoue que… Je ne suis pas non plus totalement désintéressé." ajouta son ancien mentor qui sortait de sept siècles d’enfermement et de solitude, renforçant le désarroi chez Twilight qui s’extirpa de cette situation et se plaça devant ses deux interlocutrices, des sueurs au front.

"Je… Je vous assure, il ne s’est rien passé de particulier entre nous… Rien du tout… Enfin… Rien de… d’exotique…" répliqua cette dernière tant bien que mal en collant sa queue contre elle.

J’ai juste… voulu essayer quelques « trucs » que j’avais lu dans « certains livres »… Par simple curiosité scientifique, ajouta-t-elle intérieurement en renforçant ses rougeurs et son regard stressé. Oh, par Célesti… Enfin… Par Luna en l’occurrence… que quelque chose se produise pour me sortir de là !

Brrrrrr

Une légère et brève secousse mit brutalement fin à la panique interne de l’alicorne, de même qu’aux questions de Célestia et Starlight.

"Le volcan des « Smokey Mountains » ?" demanda d’un ton très sérieux la licorne.

"Je le crains", répondit la jument au pelage blanc, une pointe d’inquiétude dans la voix en levant la tête vers le Sud.

Je commence à me demander si entre les poneys et les minotaures, le camp vainqueur ne règnera au final pas sur des cendres… se dit elle, préoccupée.

 

***************************************************************************

 

Le ciel au-dessus de la capitale semblait couvert d’une masse nuageuse à l’aspect brumeux, à travers lequel la lumière du jour semblait avoir du mal à pénétrer, diminuant légèrement l’éclaircissement de la ville.

Dans les rues de celle-ci baignait une odeur pestilentielle tandis que les rares gens présents se déplaçaient rapidement, un drap sur la tête pour certains avec plusieurs sons de toux se faisant entendre. À leur passage, les passants laissaient des traces de pas sur la mince couche grise qui recouvrait les allées et les bâtiments.

Dans celui où il était écrit sur l'écriteau « Bar de Bartender », un minotaure en tablier se resservait un verre alors qu’il restait assis au comptoir, l’air désespéré.

"Tu ne devrais pas boire au… Hic ! autant Bartender... Tu pourrais… Hic ! tomber malade... Hic ! Et surtout ne plus pouvoir vendre d’alcool", se lança-t-il à lui-même en portant son verre près de sa bouche. "Eh mais attends… Hic ! Il ne faut pas que je m’écoute… Hic ! J’suis bourré !" continua-t-il avant de boire cul-sec.

Toc, toc !

"C’est fermé ! Hic !

– Kof, kof ! Je vous en supplie, j’en besoin de me mettre à l'abri. Kof ! Juste cinq minutes !" Répondit une voix à la toux sèche, ayant visiblement du mal à respirer.

Roulant d’abord des yeux, le minotaure se décida et alla finalement, d’un pas mal assuré, vers la porte. En l’ouvrant, il vit tomber devant lui un griffon avec un pelage davantage gris qu’à l’ordinaire du fait de la mince couche sur lui.

Le trainant à l’intérieur, Bartender ferma la porte derrière lui et, après quelques hésitations, alla chercher de l’eau.

Qui a besoin d’eau de toute façon quand on a tout plein d’alcool chez soi ? pensa-t-il en revenant avec un verre et un petit seau contenant un liquide devenu très précieux depuis hier matin. Ça ne fait pas encore 24h que nous sommes touchés par ce fléau, et pourtant j’ai l’impression que ça fais déjà une éternité…

De nouveau près du griffon inerte, le minotaure plongea son verre dans le seau et le porta près du visage du rescapé, y déversant quelques gouttes.

"Kof, kof !" cracha le griffon en reprenant connaissance.

"Bois l’ami. Hic !" L’invita Bartender en mettant son verre près de la bouche de son invité qui n’attendit pas plus longtemps pour aspirer le liquide, rafraichissant sa gorge sèche tandis qu’il se redressait.

"Merci…

– De rien… Hic ! L’ami. Reprenez encore un coup", répondit le minotaure en remplissant le verre, avant de le regarder intensément. "On ne s’est pas déjà vu ?

– Kof. Si, j’étais venu payer ma tournée la veille de l’exécution de l’alicorne… pour payer ma tournée, déclenchant une bagarre chez vous.

– Ah oui, M. Gilron du resto « la bonne cuisse », c’est ça ? Hic !" reprit le barman en se remémorant peu à peu cette soirée. "Mais que faisiez-vous dehors ? Hic !

– Comme beaucoup dans cette ville, j’étais allez voir… kof… si un train allez pouvoir partir prochainement pour quitter cet endroit", expliqua le griffon en provoquant un roulement des yeux chez son hôte.

"Pff… Mon pauvre ami. Hic ! Je ne suis pas mécanicien en train, mais je me doute qu’avec ces cendres sur les rails… Hic ! Aucun train ne pourra venir avant un long moment." affirma-t-il en provoquant un soupir chez le griffon qui baissa la tête. "La seule chose qu’on peut faire, c’est attendre et boire. Hic !" termina-t-il en retournant au comptoir pour se resservir un verre d’alcool. "Un verre ? Un vrai ?

– Pourquoi… Kof… pas ?" se résolu le griffon en se levant difficilement pour se diriger vers le comptoir à son tour.

Pendant ce temps, au palais de la Chancellerie, dans les couloirs désertiques se déplaçait d’un pas rapide un minotaure en amure. Il finit par arriver dans une vaste salle où se trouvaient une dizaine de ses semblables, dont beaucoup en tenue de sénateur, assis à une table ovale avec au-dessus un lustre et aux murs des tableaux représentant des couronnements de monarques.

"Il faudrait envisager de réquisitionner toutes les provisions et les ressources d’eau présentes en ville pour assurer une distribution quotidienne aux habitants", lança l’une des personnes assises à la table, avec plusieurs fiches posées dessus.

"Pour risquer de provoquer une émeute ? D’autant qu’on n’a pas assez de soldats pour assurer cette mission." objecta un autre.

"Il faudrait plutôt s’afférer à dégager les rails pour permettre à un train de venir et d’évacuer le plus de personnes possibles", suggéra un troisième sénateur.

"Et comment ? S’exposer dehors, c’est s’exposer à cet air toxique", rétorqua un quatrième.

"Silence." ordonna alors d’une voix forte un minotaure au pelage rouge foncé, assis au centre d’un côté de la table. "Qui a-t-il soldat ?" demanda-t-il ensuite en s’adressant au nouvel arrivant.

"Sénateur Revenge, nous… Nous commençons à dénombrer nos premiers morts", déclara mal à l’aise le militaire, provoquant un lourd silence dans la salle.

De fait, quand le nuage de cendre avait été aperçu dans le ciel depuis les marches du Sénat, les représentants de Minotauria n’avaient échappé à la panique que par la force de caractère de leur collègue Revenge. Ce dernier était ainsi vu comme la seule personne pouvant gérer cette nouvelle crise en l’absence du Chancelier et du vieux sénateur Protective, dont personne n’avait eu de nouvelle depuis le jour précédant le départ précipité de Kalt.

Aussi, agissant comme s’il était à la fonction suprême et se ralliant à lui les maigres forces militaires encore présentes en ville, le minotaure pris en charge l’évacuation d’une partie des habitants de cette ville où il vivait depuis plus d’une décennie. Il n’hésita pas ainsi à réquisitionner tous les wagons des deux trains présents dans la capitale, en éjectant les cargaisons de marchandises pour y faire entrer le plus de mères et d’enfants ainsi que de personnes âgées.

De même, il était sur place lors de la montée dans les wagons d’une foule en panique alors que les premiers grains de cendres commençaient à tomber. Là, il veilla à ce que l’évacuation se déroule du mieux possible et repoussa deux personnes non autorisées à partir, frappant violemment l’une d’elles au visage tandis qu’elle cherchait à monter en poussant par terre un enfant.

Par la suite, mettant de côté ses divergences politiques pour le bien commun, il prit avec lui les sénateurs et secrétaires les plus qualifiés et conservant toutes leurs capacités de raisonnement. Avec eux, il s’installa dans une salle de la Chancellerie pour superviser la gestion de cette crise.

Parmi les mesures adoptées, parfois en devant user d’autorité chez Revenge, il fut décidé d’ouvrir le Sénat aux personnes ne pouvant s’abriter ainsi que de réquisitionner et d’envoyer les réserves d’eau des poneys des étables vers l’hôpital en prévision de la pollution de l’eau courante. De plus, face au risque de manquer de nourriture, il venait d’être décidé d’ordonner au dirigeant du restaurant « La bonne cuisse » de prendre et de transformer en viande une partie des poneys en ville afin de subvenir aux besoins de la population.

Mais maintenant, bien qu’ils s’y attendaient, ils se trouvaient face à ce qu’ils redoutaient le plus, la mort de leurs concitoyens.

"Combien ?" questionna ainsi après un moment un des sénateurs.

"Deux ont été retrouvés dans les rues, un autre est décédé à l’hôpital et… En rentrant chez lui, un mari a découvert les corps inertes de sa femme et son fils en bas âge. Tous visiblement intoxiqués à cause du nuage.

– Son fils… Mais comment se fait-il qu’on ait encore des enfants dans cette ville ?" s’exclama une des personnes présentes en se levant.

"Les trains disponibles hier ne devaient pas être assez grand pour évacuer tous les enfants et autres personnes fragiles", supposa un collègue dépité.

"Bon… Et pour ce qui est de l’institut des sciences ? Est-ce que ce phénomène va durer encore longtemps d’après eux ?" préféra questionner Revenge.

"Si le vent continu à être direction Est, c’est à craindre. Et la secousse de tout à l’heure, bien qu’elle ne soit qu’une simple réplique à leurs yeux, a sans doute dû propulser encore de la cendre volcanique dans l’air", répondit le soldat.

"Ça va être de plus en plus difficile de communiquer avec l’extérieur", commenta alors un autre minotaure préoccupé. "Les pigeons vont refuser de venir à Minotaurville et ceux qu’on a ici risquent de ne pas survivre au voyage le temps de quitter ce nuage de cendres."

"Moi je m’inquiète surtout pour nos récoltes… Si le vent change de direction et devient Nord-Est, alors nos champs vont être exposé avec le risque d’une crise alimentaire générale dans le pays. Et je ne suis pas sûr que tout le monde acceptera de recourir à… l’exploitation des poneys comme source de nourriture… Déjà que je doute que beaucoup des habitants ici s’y résignent..", rajouta un troisième en terminant sur un air de dégoût à l’idée de se nourrir de chaire d’équidé.

"Nos partenaires commerciaux pourront toujours nous vendre de la nourriture, non ?

– Oui, mais ils vont certainement doubler, voire tripler leurs prix en profitant de notre affaiblissement." affirma Revenge d’un air lucide, conscient que les partenaires de Minotauria agiront tels des vautours sur un animal blessé. "Et pour le Chancelier Kalt ?

– Aux dernières nouvelles, il faisait route vers les poneys parlants avec la force d’invasion, voulant d’abord régler cette menace avant de s’occuper du nuage de cendre." indiqua le militaire.

"Rhaaa… Puissent-t-ils au moins faire payer à ces sales équidés le centuple de ce que nous subissons par leur faute", s’énerva le sénateur en se levant pour ensuite se diriger vers la sotie de la salle.

"Sénateur Revenge ?

– Je reviens, j’ai besoin de marcher un peu", se contenta-t-il de répondre à l’un des siens. "Faites parvenir un message au chef du restaurant « La bonne cuisse », pour lui faire part de notre décision quant à l’usage des poneys de cette ville. Qu’il se mette immédiatement au travail avant que tous ces animaux ne meurent et que leur chair pourrisse." ordonna-t-il ensuite sans se retourner tout en passant la porte.

Se déplaçant seul dans les couloirs quelques minutes, le minotaure finit néanmoins par crier de colère et frappa violemment du poing le mur à côté, le fissurant légèrement avec un mince filet de sang s’écoulant vers le bas.

"Cette jument nous a apporté la ruine... Quelle soit maudite… Et si Kalt ne la tue pas, je jure devant mes ancêtres que je le ferais moi-même. De mes propres pattes s’il le faut et quitte à y laisser ma vie, mais elle payera pour tout ce qu’elle a fait subir à mon peuple." jura-t-il en serrant les dents et en fermant les yeux.

 

***************************************************************************

 

Une légère brise venait d’apparaître et soufflait sur les cendres noires, en emportant quelques-unes et dévoilant quelques os, dont un crâne de forme équine et avec des canines bien pointues.

Devant ce reste de bucher se tenait assise Rarity, avec Fluttershy à ses côtés et à proximité Bon Bon, Gilda, Steel et Greedy, tous avec les pattes avant liées par des chaines. À quelques mètres d’eux, se tenaient le dirigeable tandis qu’ils étaient toujours dans la grande place d’une ville en ruine posée sur un arbre géant mort.

Adieu Frons… lança intérieurement la licorne en regardant les cendres être soulevées par la brise. Reposes en paix…

Après la mort du changeling, les rescapés des « Abysses insondables » avaient émis le souhait auprès des soldats minotaures les gardant prisonniers de pouvoir enterrer leur ami. Mais les minotaures préférèrent brûler le corps, suite aux indications de Trade, et face à l’odeur putride et à la vue de la peau se détachant là où le changeling avait été blessé.

Le griffon désormais roi ne voulait en outre ne pas prendre le risque de contaminer ses précieux prisonniers, ni l’air de sa nouvelle capitale, et encore moins souiller sa ville d’une sépulture d’une créature équine peu ragoutante.

Aussi fut-il décidé de faire un brasier en prenant tout ce qui pouvait s’enflammer dans les bâtiments en ruines aux alentours. Une fois le feu allumé, le cadavre de Frons y fut jeté, sans autre forme de procès. Surveillés de près par des soldats, les amis du changeling se recueillirent ainsi face aux flammes, pleurant également la perte de Wise et la mort des gardes poneys les ayants accompagnés. Le tout dans un lourd silence avec plusieurs qui pleuraient en silence.

En outre, bien qu’il fût aussi convenu de remettre l’exploration des lieux au lendemain, la nuit passa lentement pour beaucoup, Rarity et d’autres comme Gray ayant du mal à fermer les yeux et à se retrouver dans le noir du fait de leur expérience traumatisante dans les Abysses. De même, la douleur de la cicatrisation au fer était encore présente chez beaucoup.

Les soldats minotaures se sentaient pour leur part mal à l’aise au milieu de ces ruines, dont la pénombre et l’imposant arbre à proximité renforcés le ressentiment de lieu hanté et maudit. Et à ce titre, ils avaient tous en tête le fait que les griffons avaient dû fuir cet endroit il y a des siècles de cela suite au « Fléau », dont nul ne savait de quoi il s’agissait.

Maintenant, le Soleil s’était levé et la jeune licorne observait les restes de Frons. Elle sentait une larme s’écouler sur sa joue tandis que quelques minotaures venaient de se lever.

"Désolé pour votre ami", entendit-elle alors avant de tourner la tête et voir Gray se tenir debout derrière elle, l’air visiblement compatissant.

Et en effet, le maitre de Méduse ne pouvait s’empêcher de ressentir la même peine envers ces équidés que lorsqu’il avait fait le voyage de retour vers Minotaurville avec le capitaine Soldier et l’alicorne alors pétrifiée dans la pierre.

Mais bien qu’elle vît dans son regard qu’il était sincère, la jument n’avait plus la force ni la volonté de répondre. Aussi préféra-t-elle retourner son regard vers les cendres, soupirant légèrement.

"Je sais très bien ce que c’est que la perte d’une personne qu’on connait depuis longtemps", reprit malgré tout Gray en s’asseyant près de la licorne.

"Je ne le connaissais que depuis quelques jours seulement." avoua alors celle-ci sans quitter les cendres des yeux. "Mais je voyais bien qu’il avait du cœur et souhaitait améliorer le sort de tous les équidés", continua-t-elle avant d’attendre quelques secondes puis de baisser la tête. "Combien y en aura-t-il encore ?

– Comment ça ?"

À cette question du minotaure surpris, la jument inspira puis releva la tête.

"Combien de personnes vont encore mourir ?" demanda de nouveau en réponse la jument en tournant les yeux vers le minotaure puis vers Steel et Greedy qui s’étaient réveillés. "Combien de poneys, de bisons, de yaks, de changelings, de griffons, voire de minotaures, vont devoir payer de leur propre vie pour tenter de nous permettre à nous de vivre ?" enchaîna-t-elle avec de la tristesse dans sa voix. "Combien encore de vies seront brisées ?"

Face à cette doléance, Gray ne savait guère quoi répondre. Après tout, n’était-il pas lui-même là pour aider avec Méduse à retrouver une idole pouvant unir les griffons ? Et ce, il s’en doutait, afin de les ranger derrière les minotaures et le Chancelier Kalt ? Dans le but d’isoler les poneys et ainsi mieux les vaincre ? D’une certaine manière, il participait au malheur de ces équidés qui ne ressemblaient guère aux représentations qu’on leur apprenait à l’école. Ce sentiment s’était déjà exprimé le jour où il avait aidé à capturer l’alicorne mauve, voyant ainsi que l’une des dirigeantes d’Équestria n’avait pas d’intention belliqueuse envers Minotauria. Mais depuis hier, il se retrouvait avec des poneys ayant vécu la guerre. Et loin des images de créatures sanguinaires, ils ne demandaient rien d’autre que de vivre en paix, sans désir de vengeance.

Mais pourquoi suis-je là… se demanda-t-il inconsciemment en reportant son attention sur Rarity. Cette dernière laissa pour sa part couler une nouvelle larme sur sa joue tout en caressant du museau la tête de Fluttershy pour la réveiller doucement alors qu’elle voyait un garde donner un coup de patte à Steel dans ce but.

"R… Rarity…" commença à dire faiblement celle-ci en entrouvrant les yeux.

"Il faut se réveiller ma chérie. La journée va être longue", lui dit la jument en affichant un petit sourire.

"Rarity… j’ai fait un horrible cauchemar…" reprit son amie, mettant aussitôt mal à l’aise Rarity. Gray préféra s’éloigner pour sa part. "J’ai rêvé qu’on avait été attaqué par des insectes géants et qu’on nous avait mutilé…" continua-t-elle en commençant à raconter son rêve, avant de s’arrêter en remarquant quelque chose sur le visage de la licorne. "Rarity, ton oreille…"

"Je suis désolé Fluttershy…" se contenta de dire navrée la jument alors que l’évocation de la disparition de son membre en question ravivé la douleur de sa cicatrisation au fer de la veille. Reprenant pleinement ses esprits, Fluttershy tournant lentement et avec appréhension la tête vers l’arrière.

"Mes… Mes ailes…

– Je suis désolée…" répéta la licorne à la pégase qui constatait qu’elle avait bel et bien perdu ses membres.

"Bon les « mutilés » on se lève ! Et ça vaut pour tout le monde présent ici. Ce n’est pas tout ça, mais on a des « Pierres de l’Entente » à retrouver. Alors debout tout le monde !" lança alors d’un ton se voulant autoritaire le griffon Trade en s’adressant à l’ensemble des personnes encore endormies.

"Monsieur… Enfin, « Roi » Trade, je vous rappelle que même si selon le Chancelier vous êtes le nouveau souverain de ces terres, nous n’avons pas d’ordres à recevoir de vous", lui rappela un des soldats, agacé.

"Oh mais je n’ai pas oublié cela. Et je n’ai pas oublié qu’en partant, nos ancêtres ont comme qui dirait… « laisser sur place » leur butin de la guerre contre les poneys. Un butin qui se compose d’une grande partie des richesses des anciens pays des équidés, avec quantité d’or, d’argent et de diamants", répliqua avec un sourire en coin le griffon qui tenait toujours dans une patte l’Idole de Boreas, éveillant la curiosité de tous les soldats. "Une infime partie de ce trésor perdu pourrait à lui seul assurer à chacun de vous une vie heureuse pour le restant de ses jours. Donc si vous vous dépêcher à m’obéir pour m’aider à retrouver les « Pierres de l’Entente », peut-être que j’envisagerai de vous donner une part de ce trésor…

– Bon, alors elles sont où ces Pierres ?" s’empressa de demander aussitôt un soldat, visiblement convaincu.

"Ah ça malheureusement je ne sais pas. Mais on va bien les trouver", reconnu le griffon sans pour autant perdre son sourire et sa confiance. "De plus, j’ai pensé dans la nuit à un moyen pour accélérer les recherches.

– Lequel ?

– Elle."

En voyant le griffon la désigner d’une serre, Rarity se leva, confuse.

"En quoi une jument pourrait nous aider ?" interrogea un garde, perplexe.

"Tout simplement parce que quand on l’ait a surpris au bord des « Abysses », elle a indiqué avoir un sort pour détecter les gemmes, dont les Pierres de l’Entente", s’expliqua Trade en rappelant le bout de conversation qu’ils avaient entendu avant de surprendre le groupe et de tomber dans le gouffre.

"Hum… Ça pourrait être utile en effet…

– Et qui vous dit que je vais coopérer ?" lança Rarity en fronçant les yeux, avant de voir Trade approcher d’elle, sourire en coin.

"Parce que tu ne voudrais pas qu’il arrive d’autres malheurs aux tiens ? Surtout à ton amie désormais sans ailes, n’est-ce pas ? Et moi seul peut leur éviter cela auprès des minotaures", lui dit-il calmement, terminant sa phrase en tournant la tête vers Fluttershy qui préféra détourner le regard en fermant les yeux. "Alors, marché conclu ?"

Suite à ses paroles, le griffon déposa l’Idole et tendit une serre ouverte vers la licorne. Cette dernière regarda d’abord son amie Fluttershy qui avait rouvert les yeux en larmes vers elle, puis fit un tour d’horizon sur chacun des membres de son groupe qui l’observèrent, incertains.

"Pff… Entendu. Mais, si jamais, il arrive quoi que ce soit d’autres à mes amis, je mets fin à notre « coopération »." finit-elle par déclarer après un soupir en fermant les yeux, avant de saisir à contrecœur la serre devant elle avec un sabot.

"Parfait ! Bien, tout le monde se prépare", s’exclama ravi Trade en s’éloignant. "Eh Beroe, tu te lèves. On n’a pas de temps à perdre", lança-t-il ensuite à son semblable qui, bien qu'éveillé, restait couché avec la tête sur ses pattes avant.

"Désolé patron, mais je vais rester ici pendant que vous faites les recherches", répondit l’intéressé d’une voix mêlant tristesse et fatigue, avant de lever la tête et de porter son regard vers Trade, dévoilant des yeux rouges. "Et puis, on ignore ce qui nous attend dans ces ruines et on ne sait toujours pas ce qui se cache derrière le « Fléau » ayant fait fuir nos ancêtres. Et après ce que j’ai vécu dans les « Abysses », je n’ai guère envie de m’y aventurer." ajouta-t-il en provoquant une douche froide chez certains minotaures, notamment ceux ayant échappé à la mort la veille.

"Allons… C’était il y a des siècles. Quoique ce soit, ça a certainement disparue." affirma Trade d’un revers de serre. "Et puis si tu veux offrir à Fangel de belles funérales, tu seras heureux d’avoir de quoi te les payer."

À cette déclaration dénuée de compassion, Beroe se sentie envahi par un profond sentiment de colère et se leva aussitôt pour faire face à Trade en serrant les dents.

"Quoi ? Tu veux me frapper ?" l’interrogea calmement ce dernier en levant un sourcil. "Ce n’est pas de ma faute si Fangel est mort. Au contraire, c’est même grâce à moi que toi et les prisonniers êtes en vie. Sans moi, personnes n’aurait fait venir le dirigeable pour vous extirper de cette fosse du Tartare."

Devant cette vérité, Bereo soupira en détournant le regard.

"Bien. Maintenant va manger un morceau et ensuite on va commencer les recherches", relança Trade en commençant à s’éloigner.

"Et au fait, patron…" l’arrêta néanmoins Beroe. "Pourquoi vous vous dites prêt à donner une partie du trésor aux soldats minotaures ?" questionna-t-il dubitatif en fronçant légèrement les sourcils, n’imaginant pas un instant son employeur devenir soudainement généreux. À cette interrogation, le griffon « roi » afficha un petit sourire sournois. Puis il se pencha légèrement vers son semblable.

"Les soldats, c’est comme des mercenaires finalement. Ça se fait payer, et donc ça s’achète", lui souffla-t-il dans l’oreille, avant de se retirer, laissant un Beroe perplexe mais qui n’avait pas la motivation pour discuter davantage.

Pourquoi se contenter de Griffonstone quand on a un trésor permettant de s’acheter tout Minotauria ! « Trade, roi des deux royaumes », voilà un titre qui ira très bien dans les annales ! s’exclama pour sa part intérieurement Trade en ne pouvant retenir un sourire triomphant.

 

Note de l'auteur

 

Je me suis bien amusé sur la scène du retour de Twilight et Flash ! xD

Maintenant, je vous laisse faire vos hypothèses sur la suite des évènements ^^

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.