Discord icon

Chapitre 29 : Un numéro et une nouvelle mission

Le soleil éclairait depuis peu la capitale, dont les habitants commençaient à sortir de chez eux pour remplir leurs tâches quotidiennes.

           

Alors que le clocher sonnait huit heure du matin, Protective finissait de s’habiller, avant de descendre les escaliers pour se retrouver dans son salon. Là, il pouvait voir son locataire Steel encore endormi sur son canapé, ses deux chèvres en bas à ses côtés, dont une qui semblait -encore- rêver de se nourrir, au vu des mouvements de sa mâchoire.

 

Se retenant de rire devant cette scène dont il ne se lassait pas, le sénateur partit dans sa cuisine y préparer le café. Mais alors qu’il mettait de l’eau à chauffer, il remarqua par la fenêtre donnant sur la rue, encore déserte, que sa jument s’y trouvait, avec de la compagnie. Sortant à la hâte en prenant son harnais, il constata qu’un jeune étalon orangé, avec un pelage noir des sabots jusqu’aux genoux et une crinière et une queue brun foncé, se trouvait au côté de la jument. Cette dernière semblait heureuse de sa présence et lui caressait le cou du museau.

 

‘‘Mais qu’est-ce que tu fais ici ma belle ?’’ demanda le vieux sénateur en posant une patte sur le visage de la jument.

 

Celle-ci ne quittait pas des yeux l’étalon, qui pour sa part semblait nerveux.

 

‘‘J’imagine que tu as dû réussir à sortir de l’écurie… Mais d’où est-ce que tu viens toi ? Il me semble que je t’ai déjà vu quelque part…’’ se questionna-t-il pensif en portant son regard vers l’étalon, avant de claquer des doigts. ‘‘Ah oui, ça me revient, tu as été acheté par ce griffon cuisinier.’’ déclara-t-il tout haut en se souvenant de la scène. Mais après avoir dit cela, Protective afficha un air gêné, se grattant la tête. ‘‘Bon… Je suis désolé ma belle, mais je vais devoir ramener ton ami chez son maître… Même si je n'approuve pas ce qu’il a l’intention d’en faire…’’

 

Mais alors qu’il s’approchait de l’étalon, celui-ci se mit à taper le sol du sabot, tout en se collant davantage contre la jument, qui regarda d’un air énervé son maître en s'agitant également.

 

‘‘Je suis désolé, mais ce poney n’est pas à moi. Et ce n’est pas à 67 ans que je vais commencer une carrière de voleur.’’ se justifia Protective en tentant de mettre le harnais à la tête de l’étalon, pour ensuite le tirer malgré la résistance du poney, s’étonnant au passage de parler à ces équidés comme si c’étaient de vraies personnes.

 

‘‘Hiiiiiihiiiiii !’’

 

Exprimant sa colère, la jument se plaça entre son maître et l’étalon en fronçant les sourcils.

 

‘‘Hiiiiiihiiiiii !’’ continua-t-elle en tapant le sol du sabot.

 

‘‘Tu ne veux vraiment pas que je vous sépare ?’’ lui demanda inconsciemment Protective, ne s’attendant pas à une quelconque réponse. Cependant, la jument se déplaça pour se retrouver en face de l’étalon, reprenant ses caresses de la tête contre la sienne, renforçant la nervosité de ce dernier qui semblait pétrifié mais qui les lui rendit.

 

‘‘Hiiiii…’’ laissa-t-elle échapper encore, mais avec tendresse en fermant les yeux, avant que l’étalon ne fasse de même à son tour, levant légèrement une patte avant qui venait de recevoir un coup de sabot.

 

‘‘Attends... se pourrait-il que...’’ se demanda le minotaure en regardant intensément les deux équidés en face de lui.  ‘‘Oooh… Je crois avoir compris…’’

 

Après avoir fait le tour des deux poneys en les regardant attentivement, Protective finit par s'arrêter, tout devenant clair dans son esprit face à ce comportement des équidés.

 

‘‘Hum… C’est ton enfant, n’est ce pas ?’’ interrogea-t-il ensuite, surpris de cette situation. ‘‘Étonnant d’ailleurs pour un animal sauvage d’avoir un tel sentiment de maternité, … même pour un mammifère.’’ commenta-t-il encore, alors qu’il semblait que l’étalon avait depuis longtemps atteint l’âge de maturité. ‘‘Hum… Voilà qui change la donne… Bon, je vais aller voir ce griffon et négocier ton rachat l’ami, en attendant, retour à l’écurie pour vous deux.’’ poursuivit-il en retournant dans sa maison, afin de réveiller et de demander l’aide de Steel.

 

Restés seuls, les deux poneys cessèrent leurs caresses mutuelles, assez rapidement en ce qui concerne l’étalon alors que la jument affichait un sourire satisfait.

 

‘‘Ça a marché exactement comme je le pensais.’’ commenta fièrement à voix basse Chrysalis, toujours dans sa forme déguisée, avant de se tourner vers Abdomen, l’air sérieux. ‘‘Mais même si ce vieux minotaure semble être facilement influençable, tâche la prochaine fois d’être un peu plus convaincant.

-‘Pardonnez-moi ma reine… Mais moi qui en plus ait vécu dans l’ancien temps, j’ai du mal à agir de la sorte avec vous…’’ s’excusa aussi à voix basse Abdomen gêné.  ‘‘Je me demande comment vous faites pour réussir si facilement vos tours de dissimulation comportant des sentiments…’’ reprit-il en baissant la tête, se sentant indigne de l’aide de sa reine pour le sauver.

 

‘‘Oh ça, ça vient naturellement… Je le fais car je sais que c’est nécessaire pour les miens.’’  expliqua-t-elle, avant d’afficher un petit sourire narquois. ‘‘Comment crois-tu que j’ai fait pour remplacer si facilement Cadance auprès de son futur mari, alors que je ne connaissais presque personne dans son entourage, ni même sa futur belle-sœur ? Avant d’user de la magie, il a bien fallu que je le « convainque » que c’était sa « tendre et chère jument » en face de lui.’’ reprit-elle calmement en regardant sur le côté, provoquant des rougeurs sur le visage d’Abdomen, ce qui n’était pas sans la faire légèrement glousser.

 

Puis voyant que Protective revenait avec Steel Will, les deux poneys reprirent un air naturel.

 

‘‘Bien. Steel, pendant que je me rends chez ce griffon Gilron, allez les remettre dans l’écurie située à quelques rues d’ici. Snif, snif… Oh… Mais allez d’abord conduire le mâle chez Murfi… un nettoyage ne lui fera pas de mal.’’

 

En entendant le nom du diamond dog, les oreilles de la jument se baissèrent de suite tandis que ses pupilles se dilataient. Elle regarda ensuite le poney d’un air navré.

 

*************************************************************************************************************************************************

‘‘Dites patron, si on se reconvertit en mercenaires du Chancelier, comme j’en ai l’impression, il va falloir penser à augmenter notre salaire.’’

 

C’est sur un ton se voulant à peine suggestif que Beroe exprima sa revendication alors que le trio était depuis ce matin une nouvelle fois dans les airs, en route vers les plaines.

 

‘‘Une augmentation, et pourquoi pas ma sœur en mariage en prime tant que t’y es ?! Imbécile… On se partagera la récompense du Chancelier comme promis, avec 45% pour moi en ma qualité de chef, et c’est tout.’’ s'emporta Trade agacé. ‘‘Et puis tout de suite les grands mots… Mercenaires… On ne fait que remplir une mission de recherche, c’est tout, il n’est pas question de se battre. On retourne là où l’alicorne se trouvait avec son dragon et notre poulain licorne, on recherche l’endroit où ils se cachent, et on en informe les gardes du fort Sentinel situé à proximité de cette zone. Fin de l’histoire, avec une nouvelle récompense à la clé.’’

 

‘‘Je ne comprends quand même pas pourquoi le Chancelier nous demande de mener ces recherches. Une équipe de garde aurait été plus efficace.’’ se questionna Fangel.

 

‘‘Je suppose que c’est aussi un moyen de nous éloigner pour qu’on évite de révéler l’identité de… euh… de l’autre créature accompagnant cette alicorne. Mais le fait que nous ne soyons que trois, que nous puissions voler, et qu’on ait capturé cette jument en premier, a dû aussi le décider à nous confier cette mission de reconnaissance, laissant ensuite le soin à des militaires de faire le... « nettoyage », si je peux dire.

 

-Mais vous croyez vraiment qu’on va les retrouver ? Elle a pu laisser son dragon et le poulain licorne n’importe où, avant d’être capturée.

 

-Je te rappelle Fangel qu’il y a peu encore, tu ne croyais pas à l’existence de l’alicorne, pensant que j’avais trop bu pour comprendre la discussion dans le bar.’’ fit remarquer Trade au jeune griffon, qui se gratta la nuque gêné. ‘‘En revanche, si on retrouve bien ce dragon et ce poulain, voire comme le voudrait le Chancelier la cachette des créatures ayant accompagné l’alicorne… alors croyez-moi les amis, on pourra vraiment prendre notre retraite anticipée.

 

-Au fait, vu qu’on parle encore d’argent patron… Dites-moi, par curiosité, ça vaut combien le cœur d’un dragon ? J’ai cru comprendre que c’est très prisé par les fabricants de potions.’’

 

‘‘Heu… Dans les 300 pièces d’or je crois. Ce n'est pas mal, mais d’autres de leurs organes valent encore plus, comme leur griffes qui sont dans les 400 pièces d’or.... Attends… Oh, tu me plais Fangel !’’ s’exclama Trade en se permettant d’enlacer le griffon qui ne comprenait pas, l’aveuglant sur le moment et le faisant dévier de sa trajectoire alors qu’un épais nuage approchait devant eux.

 

*************************************************************************************************************************************************

‘‘Elle doit être maintenant en train de passer le col entre les montagnes de glace, je suppose…’’

 

C'est d'une voix pensive que s'exprima Spike en observant seul le paysage de la vallée sous le coucher de soleil comme à son habitude depuis l'entrée de la grotte des changelings.

 

‘‘S’ils n’ont pas fait de détour, je pense que oui.’’ confirma une voix derrière lui, le faisant sursauter. En se retournant, le jeune dragon retrouva Antenne qui était venue sans faire de bruit et qui maintenant affichait un air navré.

 

‘‘Oups, désolée si je te t’ai effrayé…’’ commença-t-elle à s’excuser, avant que Spike ne lui coupe gentiment la parole.

 

‘‘Ce n’est rien, j’avais la tête dans les nuages…’’ s’expliqua-t-il calmement.

 

‘‘Comme à chaque fois que tu regardes le paysage, en fait.’’ commenta amusée la changeline. ‘‘Il faudrait d’ailleurs que tu te trouves une activité pour te changer l’esprit tout en prenant l’air.’’ conseilla-t-elle par la suite en s’approchant du bord, remarquant alors le troupeau de poneys qui se trouvait à quelques kilomètres de la montagne. ‘‘En y pensant, tu crois qu’ils deviendront quoi les poneys d’aujourd’hui, si la reine et ton amie arrivent à faire revenir les poneys d’autrefois et à arrêter les actions des autres peuples ?’’

 

‘‘Je n’en ai aucune idée à vrai dire.’’ avoua Spike en se mettant à ses côtés. ‘‘Peut-être qu’on leur apprendra à revenir à un stade plus civilisé, notamment en leur apprenant à utiliser des toilettes et à parler… Eh mais voilà ce que je pourrais faire !’’

 

‘‘Quoi donc ?’’ demanda Antenne en tournant la tête, curieuse de ce changement d'attitude du jeune dragon.

 

‘‘Je vais apprendre à ces poneys sauvages à utiliser leur langue. Et aussi apprendre à ce poulain licorne à utiliser la magie.’’ affirma ce dernier tout fier.

 

‘‘Heu… Je ne suis pas certaine que ça peut marcher… ’’ temporisa la changeline, perplexe mais curieuse de voir son ami à l’action.

 

‘‘Ça doit pas être bien compliqué, surtout si je m’occupe des petits d’abords.’’ se contenta de répondre Spike, avant de rentrer dans la grotte pour aller se coucher suivit d’Antenne. ‘‘Après tout, j’ai assisté un bébé phénix à éclore et à vivre ses premiers jours, l’aidant notamment à voler.’’ ajouta-t-il avec nostalgie, se remémorant ses doux moments avec son petit Peewee.

            

*************************************************************************************************************************************************

‘‘Plus fort… Il faut frapper plus fort…’’

 

Tels étaient les propos de Polemic, qui tout en tenant en bouche son cigare, réfléchissait au titre pour la première page du journal de demain.

 

Devant lui, une nouvelle plaquette avait pour représentation une balance. Avec dans un plateau, l’ombre rouge sang d’une alicorne se tenant sur un amas d’ossements avec des corbeaux et vautours la survolant ; Et dans l’autre, sur un terrain herbeux reposait une petite maison avec une famille de minotaures avec enfants. Sous le premier plateau, une étiquette indiquait « Le choix du pardon et de la réconciliation », tandis que sous l’autre, une seconde étiquette énonçait «  Le choix du peuple, pour le peuple et par le peuple ».

 

‘‘C’est déjà pas mal, mais il me manque encore quelque chose… Quelque chose qui puisse attirer les acheuteurs et bien influencer les gens pour qu’ils fassent pression sur le juge et le jury… Ah, j’ai trouvé !’’ s’exclama-t-il avec bonheur et en claquant des doigts, avant d’écrire aussitôt sur la maquette avec un stylo rouge.

 

Au-dessus de la balance, on pouvait désormais lire « La justice minotaurienne, le choix cornélien auquel l’avenir de Minotauria est suspendu ».

 

‘‘Magnifique ! News ! News, venez ici, ou vous êtes viré !’’ appela-t-il avec énergie, mais sans avoir de réponse, avant de se rappeler de quelque chose. ‘‘Oups… J’ai oublié que je l’ai déjà viré... suite à l’article sur le choix du Chancelier d’organiser ce procès. Je lui avais pourtant dit que changer ma page de journal explosive le ferait sauter.’’

 

*************************************************************************************************************************************************

‘‘Je ne vous cache pas que, si le jury a été sélectionné selon les règles habituelles, j’ai quelque peu hésité avant de porter mon choix vers vous, juge Law. Mais votre rang de président de la cour de Cassation et votre réputation de vouloir chercher le bien commun devrait permettre d’éviter les accusations d’instrumentalisation de la justice afin de faire pencher l’issue du procès.’’

 

C’est sur un ton neutre que Kalt s’adressa à un minotaure brun portant une robe rouge avec un manteau et une cape de fourrure, son vêtement officiel, après l’avoir fait asseoir à la chaise en face de son bureau du palais et s’être assis  son tour.

 

‘‘Je comprends les hésitations que vous avez pu avoir Chancelier. D’autant que je n’ai pas mémoire que le président de la plus haute cour de juridiction de notre pays soit déjà venu assurer lui-même la conduite d’un procès. Qui plus est d’un procès en première instance et sans possibilité de faire appel.’’ Déclara ce dernier, les bras croisés, avec un accent marqué par les années de travail dans la fonction de la Justice. ‘‘Mais devant le cas de force majeure devant lequel nous sommes face, je pense que vous avez pris la bonne décision, quitte à user du vide législatif et réglementaire concernant les missions de ceux occupant ma fonction.’’ poursuivit-il en recevant un remerciement de tête de la part du Chancelier.

 

‘‘Maintenant, parlons du fond de l’affaire si vous le voulez bien. Comme vous le savez, cette princesse alicorne a commis un meurtre en abattant un de nos soldats. Les autres membres de l’équipe témoins de cet acte ne sont pas actuellement présents en ville, mais voici le rapport de leur capitaine. Vous pourrez vous baser sur les informations de ce document donnant la description de l’accomplissement de la mission d’exécution du troupeau de poneys en vente lors de la naissance du poulain licorne, et qui comprend l’attaque de l’alicorne.’’ déclara Kalt par la suite, cherchant dans ses tiroirs un petit classeur qu’il tendit au juge ; Ce dernier le feuilletant rapidement pour en avoir un aperçu.

 

‘‘Hum… Je regrette Chancelier, mais j’ai l’impression que ce rapport a été retouché. Certaines informations semblent avoir été retirées.’’ affirma-t-il d’un ton suspicieux. ‘‘Si je n’ai pas toutes les informations en ma possession, je ne pourrais pas assurer un procès équitable.

 

-Pour des raisons de sécurité nationale, j’ai retiré quelques données, mais sans importance sur la conduite du procès.’’ se contenta de dire Kalt d’un air montrant qu’il n’y avait pas lieu de discuter sur ce point. ‘‘Et nous ne pouvons attendre le retour des soldats ayant participé à cette mission d’exécution, le peuple ne saurait attendre trop longtemps.’’ ajouta-t-il pour clore le sujet.

 

‘‘Entendu. Néanmoins, je ne pense pas, et vous non plus Chancelier, que quand il aura lieu, ce procès va se concentrer sur ce meurtre.’’ s’exprima par la suite Law, pensif.

 

‘‘En effet, je ne doute pas que cette alicorne va profiter de ce moment pour avoir une tribune politique et critiquer notre façon d’agir à l’égard des poneys.’’ reconnut Kalt en tournant le regard vers la fenêtre de son bureau, d’où on pouvait voir le ciel étoilé. ‘‘Mais si cela permet de mettre un terme aux accusations de certains sur le bien fondé de mes décisions, et de celles de tous mes prédécesseurs, alors qu’il en soit ainsi. Veillez juste à ce que les différentes parties ne perturbent pas la bonne conduite des séances.’’

 

‘‘Cela va de soi, mais dans ce cas Chancelier, qui vais-je devoir juger ? L’alicorne qui a ôté la vie à un minotaure soldat ? Ou la princesse venue d’une autre époque, qui retrouve les siens à l’état sauvage et dominés par d’autres peuples, et qui entend montrer notre responsabilité et modifier le système actuel ?’’

 

Devant cette question plus que fondamentale, Kalt sentit le besoin de se lever et de marcher en direction de la fenêtre pour l’ouvrir et avoir de l’air frais.

 

‘‘Faites seulement votre devoir, en jugeant cette jument.’’ se contenta-t-il finalement de répondre, laissant le juge Law dans l’incertitude quant à l’interprétation qu’il devait en tirer.

 

Note de l'auteur

On reprend avec "douceur", mais il se peut que le prochain chapitre soit plus mouvementé... ^^'

Avez vous compris quels sont les camouflages de Chrysalis et Abdomen au fait ? ;)

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.