Discord icon

Chapitre 18 : Début des recherches et évacuation

‘‘Ho hisse…’’

 

Plouf !

 

‘‘Voilà, déjà une chose de faite.’’ finit par déclarer le capitaine Soldier, tandis qu’il regardait la statue d’un minotaure en armure s’enfoncer dans les eaux profondes d’un lac.

 

Il porta ensuite son regard vers Gray avec sa cocatrice à son épaule qui, tout en jetant un regard désolé vers le lac, tourna le gouvernail de leur dirigeable pour reprendre leur route.

 

C’est toujours mieux que de le jeter par-dessus bord pour qu’il se fracasse en morceaux… Moi ou mes descendants auront toujours l’occasion de le faire sortir de son état… un jour... se dit-il pour se rassurer, avant de tourner la tête pour regarder en face de lui.

 

‘‘C’est quand même bien utile ce machin… Dire qu’il parait que ce sont les poneys d’autrefois qui l’ont inventé…’’ commenta le capitaine à haute voix, en observant la structure volante où il se trouvait.

 

Ce dirigeable se composait d’un ballon en forme allongée, tenant par des cordes une nacelle de même longueur, au bout de laquelle se trouvaient deux hélices et un gouvernail. Outre le poste de pilotage où se trouvait Gray, la nacelle contenait des vivres, une longue-vue, des pots de peinture, une cage remplie de pigeons et des armes. Dont une que Soldier se saisit pour l’examiner de plus près.

 

‘‘Il faudrait que je m’exerce sur cette nouvelle arme que le Chancelier m’a confié...’’ se remit-il à penser tout haut.

 

‘‘Heu… Faites le si vous voulez, mais je vous déconseille de me prendre comme cible...’’ lui indiqua Gray en manœuvrant le dirigeable.

 

‘‘Rassurez-vous l’ami, je n’ai pas l’habitude de combattre mes semblables, à moins qu’ils ne soient des hors la loi ou que mes supérieurs me l’ordonnent.’’ répondit calmement le capitaine en installant un carreau dans l’arbalète.

 

Il se mit ensuite à viser un vautour, qui volait près d’eux pour observer leur moyen de transport.

 

‘‘Un peu plus à gauche…’’

 

Tic-Flit !

 

‘‘Raté... Bah, c'est sûr qu'en étant dans les airs la précision est plus réduite. Je m’entraînerai au fur et à mesure. En tout cas, je sens que je vais vite apprécier cet engin.’’ reprit-il déçu en voyant le carreau tomber dans le vide et le rapace partir à toute vitesse, sous le regard rassuré de Gray.

 

‘‘Et sinon, dites-moi capitaine, comment on va procéder pour capturer cette jument ?’’ le questionna ce dernier en maintenant le cap vers les plaines.

 

‘‘Nous allons d’abord nous rendre à fort Watch pour récupérer quelques soldats. Ca maximisera nos chances.’’ commença à répondre Solier en reposant l’arbalète et en se tournant vers Gray. ‘‘Ensuite nous profiterons de la vue aérienne qu’offre ce dirigeable pour la trouver, en dirigeant d’abord nos recherches vers la zone où on l’a déjà rencontré. Dans le même temps, d’autres équipes seront envoyées sur d’autres secteurs et on se tiendra informé par pigeons voyageur. Si l’un d’eux la trouve, il nous avertira et on accourra pour intervenir.’’

 

‘‘Et si elle oppose une résistance comme la dernière fois face à vous ?’’

 

‘‘Oh, elle le fera sans aucun doute. Et pendant que mes soldats et moi l’occuperons, vous demanderez à votre... "poule" de faire son petit numéro.’’

 

‘‘Pardonnez-moi, mais c’est une cocatrice, et elle a un nom. Elle s’appelle Méduse.’’ le corrigea Gray en faisant une caresse à sa cocatrice, avant de lui permettre de s’envoler à proximité du dirigeable. ‘‘Mais dites-moi capitaine, vous ne souffrez pas de cette blessure au visage ?’’ demanda-t-il pour faire la conversation.

 

‘‘Un peu je dois l’avouer, mais c’est surtout dans mon honneur que je suis touché. Être battu et blessé par un animal, une jument, c’est indigne d’un soldat.’’ répondit Soldier en se posant contre le bord de la nacelle, une légère colère dans le son de sa voix.

 

‘‘Et pourquoi vous êtes-vous engagé dans l’armée ?’’

 

‘‘C’est très simple, je suis issu d’une famille qui fait l’armée depuis des générations, depuis la période de la guerre parait-il même. Je ne me voyais donc pas faire autre chose. D’autant que j’aime l’ordre et la discipline, comme le Chancelier d’ailleurs. Mais je dois dire que je suis assez déçu des troupes qu’on a de nos jours. Parmi nos unités se trouvent des râleurs, qui se plaignent d’obéir à des ordres qu’ils ne trouvent pas dignes de leur engagement, ou des êtres faibles comme l’autre, qui n’auraient jamais dû prendre cette voie. Et je ne parle pas des lèches-sabotsqui gravissent les échelons sans efforts… moi qui ai mis dix ans pour arriver à ce grade.’’ expliqua-t-il avec amertume en regardant le paysage, avant de se tourner vers son coéquipier de mission et de désigner de la patte la cocatrice qui planait près d’eux.

 

‘‘Et vous ? Comment vous avez fait pour apprivoiser votre Méduse ?’’

 

‘‘Oh la… Ce fut un long processus, commencé dès l’enfance pour nous deux. Et je peux vous dire, que plus d’une fois je me suis retrouvé enfermé dans la pierre, avant que mon père ne me délivre avec la mère de Méduse. Cela explique d’ailleurs la couleur de mon corps… D’autant que par moment je me retrouvai pétrifié par punition… Mais bon, aujourd’hui nous nous acceptons, et je sais que je peux compter sur elle n’importe quand.’’ expliqua Gray en se remémorant ces longues années d’apprentissages, avant de continuer.  ‘‘Nous étions plusieurs familles à avoir ce savoir-faire, du fait qu’on le tenait de nos ancêtres du temps de la guerre et qu’on conservait les poneys pétrifiés comme trophées. Mais rapidement ces familles sont passées à autre chose, ce qui fait que je suis le dernier détenteur d’une cocatrice dans le pays. En même temps, je ne peux pas les blâmer d’avoir voulu arrêter.’’

 

‘‘C’est quand même dommage qu’on abandonne un tel savoir, ça ferait une sacrée arme…’’

 

‘‘Et dirigée contre qui ? Minotauria a pratiquement toujours été en paix depuis la fin des équidés parlant. Et ce n’est pas une seule jument, si puissante soit-elle, qui va changer cela.’’ lui indiqua Gray, avant de reprendre après qu’une idée lui soit venue. ‘‘En tout cas si vous voulez, je serai ravi de vous faire découvrir ma maison dans la campagne. Outre le paysage qui l’entoure, elle contient une collection des sujets transformés par les cocatrices de ma famille. Les autres familles les ayant pour leur part cédé à des collectionneurs ou aux autorités, qui généralement les réduisent en poussière ou les enferme dans le musée de la capitale.’’

 

‘‘Pourquoi pas ? Merci de la proposition.’’ enchaîna le capitaine curieux en remerciant de la tête Gray. Peu après, il se tourna vers l’avant du dirigeable pour regarder les plaines, désormais visibles. ‘‘Mais d’abord, j’ai mon honneur à laver et une jument à pétrifier.’’ ajouta-t-il tout bas en fronçant les sourcils.

 

*************************************************************************************************************************************************

Elle n’a pas pu m’abandonner, c’est impensable ! D’autant qu’elle ne serait jamais partie sans la photo d’elle et de ses amies. Mais elle n’a pas pu être enlevé, j’aurais entendu ses appels à l’aide… A moins qu’elle soit en train de voyager de nouveau dans le temps ! Oh la la ! Ça voudrait dire que je vais devoir vivre des siècles dans ce monde, avec ces poneys sauvages ! Mais non voyons… Réfléchis Spike, elle n’a pas pu refaire ce sort ! Mais où est-elle alors ?!

 

Tout en réfléchissant, Spike se tenait du mieux possible au dos du chef du troupeau, qui l’avait finalement accepté de le laisser monter, après quelques minutes de communication gestuelle.

 

Quand ils se sont rendu compte de la disparition de leur amie commune, Spike et l’étalon marron s’étaient mis à sa recherche, galopant aux alentours du lieu où se trouvait le troupeau. Spike regrettait d’ailleurs de ne pas pouvoir communiquer efficacement avec le poney, afin de le remercier de l’aider à chercher Twilight. Comprenant que le fait qu’elle lui ait ramené sa famille, faisait qu’il la considérait bien plus qu’un membre de son troupeau pouvant partir à sa guise.

 

Mais après avoir passé la matinée à faire des recherches, sans vraiment savoir où aller, il était évident que c’était voué à l’échec.

 

Que vais-je devenir ? se demandait le dragon, alors que des larmes se reformaient dans ses yeux.

 

Alors qu’ils arrivaient à proximité de l’étang où était resté le troupeau, des hennissements parvinrent aux oreilles de Spike et de l’étalon, qui accéléra le pas pour savoir ce qu’il se passait chez les siens.

 

Ils virent alors que les poneys étaient tous en train d’acclamer un des leurs, au centre du groupe.

 

Mais qu’est-ce qu’il se passe encore ? s'interrogea Spike en passant entre les poneys.

 

‘‘Ah te voilà Skype ! Je me demandais où tu étais passé.’’ lui lança le poney qui attirait l’attention du troupeau.

 

‘‘Twilight ?!’’ adressa le dragon qui ne comprenait plus rien en voyant son amie, avant de s’avancer l’air colérique. ‘‘C’est à toi de me dire où tu es allé ! Ca fait des heures que je te cherche !’’

 

‘‘C’est une longue histoire....’’ lui répondit la jument en se grattant la nuque, avant de prendre un air plus sérieux.  ‘‘Mais écoute-moi attentivement Skype, j’ai découvert qu’un groupe de griffon est à notre recherche et je crains qu’ils ne s’en prennent au troupeau, surtout en voyant le poulain licorne. Nous devons les évacuer dans un lieu où ils ne risqueront pas d’être repérés.’’

 

‘‘Euh… Bon, d’accord. Mais Twilight, pourquoi tu m’appelles Skype ? C’est Spike.’’

 

‘‘Oups ! Désolée Spike !’’ s’excusa aussitôt la jument avec un sourire nerveux, faisant lever un sourcil chez le dragon.

 

‘‘Et où comptes-tu les amener ?’’ reprit celui-ci.

 

‘‘Tu vois les pics montagneux là-bas ?’’ lui demanda-t-elle en désignant de la tête les pics en question. ‘‘Ce sont les restes des « Unicorn Range ». Après elles, se trouve une vaste vallée qui suffira largement pour le troupeau. Nous les y emmènerons avant de poursuivre notre route vers les « Smokey Mountains », où je dois te montrer quelque chose d’important.’’

 

‘‘Mais ça risque de faire un sacré parcours de traverser ce massif…’’ commenta Spike en observant les vielles montagnes affaissées, aux pieds desquelles se trouvait un bois, une zone où il n’avait pas orienté ses recherches.

 

‘‘Rassure-toi, je connais un passage souterrain qui nous permettra d’arriver rapidement. Il s’agit d’un ancien tunnel pour accueillir le train du temps d’Equestria.’’

 

‘‘Bon… Et comment tu comptes les faire partir ?’’ lui redemanda Spike en désignant les poneys, qui se remettaient à paître tranquillement.

 

‘‘C’est très simple, en leur parlant bien sûr !’’ répondit Twilight d’un air rieur en s’éloignant de Spike pour avoir de l’espace.

 

‘‘hum, hum… HiiiiiiHiiiiiiii !’’

 

À cet appel qui ne venait pas de leur chef, les poneys relevèrent la tête, surpris. Ils virent alors la jument mauve sur ses sabots arrière, en train d’agiter les pattes avant, et visiblement enthousiaste, contrairement à son dragon, qui se frotait les yeux pour être sûr de ce qu’il  voyait.

 

Tandis que l’étalon marron s’avançait pour voir qui semblait vouloir remettre en cause son autorité, la jument se remit sur ses quatre pattes et alla à sa rencontre.

 

Oh non, par Célestia ! Ce que je craignais est arrivé ! À force d’être coupée de la civilisation et d’être entourée de poneys sauvages, elle a fini par en devenir un à son tour ! Mais qu’est-ce que je vais devenir au milieu d’eux moi ?!

 

Alors que Spike avait ses pattes sur la tête, l’air effrayé, Twilight arriva à la hauteur de l’étalon et, à la grande surprise de ce dernier et du dragon, se mit à cligner de ses yeux violets tout en affichant un sourire charmeur.

 

Sans quitter son regard désormais hébété, la jument mauve passa ensuite à côté de l’étalon en frottant son pelage contre le sien, avant de finir par lui fouetter le visage de la queue.

 

Pitié, faites qu’ils n’aillent pas plus loin ! Voir les magazines cachés de Rarity m’a suffi ! se criait intérieurement Spike en tournant la tête et en se mettant une patte sur les yeux.

 

Alors qu’elle se remettait devant l’étalon totalement déboussolé, Twilight, qui avait toujours son sourire envoûtant, se remit sur ses pattes arrière et relança son appel.

 

‘‘Hiiiiiii Hiiiiiiii !’’

 

‘‘Hiiii...’’ donna comme réponse d’une faible voix le chef du troupeau en baissant la tête, sous le regard visiblement énervé de sa compagne alors qu’elle allaitait leur enfant, mais satisfait de l’alicorne.

 

Puis voyant qu’elle avait l’attention de tous, Twilight se mit ensuite à galoper, prenant au passage Spike et la selle pour les mettre sur son dos. Elle fut suivie rapidement par l’étalon et le reste du troupeau.

 

‘‘Twilight, il faudra qu’on ait une discussion sur ce qu’il vient de se passer.’’ lui indiqua Spike d’une voix remontée, regardant son amie en fronçant les yeux.

 

‘‘Bien. Comme tu voudras Sky… Spike.’’ répondit l’alicorne d’un air amusé, pendant qu’elle guidait le troupeau vers les montagnes.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.