Discord icon

Chapitre 11 : Une discussion au bar

‘‘Sers m’en un autre Bartender.’’ lança une voix quelque peu transformée par l’ivresse, alors qu’un bruit de verre se posant lourdement sur le comptoir se faisait entendre.

 

‘‘Et Trade, tu devrais ralentir la cadence, c’est ton sixième verre en seulement une demie-d’heure.’’ indiqua en retour un minotaure en tablier derrière le comptoir, remplissant malgré tout le verre du griffon au poil marron sur le corps et beige sur la tête.

 

‘‘Et qu’est-ce que je suis sensé faire d’autre dans un bar ? Un bar, c’est fait pour y boire ! Hic !’’

 

‘‘Peut-être, mais pas pour s’y saoûler à une heure tardive, alors qu’on a un commerce à mener.’’ rectifia le barman en reprenant sa tâche d’essuyer et de ranger ses autres verres.

 

‘‘Mon commerce… Je me suis fait prendre tout mon troupeau de poneys il y a deux jours par des militaires, sans compensations. Et je viens de recevoir il y a peu un message de mes fournisseurs Diamond dogs, disant qu’ils ont reçu interdiction de se rendre dans les plaines, sur ordre direct du Chancelier. Alors mon commerce…’’ finit par expliquer avec mépris le marchand, buvant de suite après d’un coup sec.

 

‘‘Au lieu de vous morfondre et de noyer vos problèmes dans l’alcool, vous pourriez songer à vous reconvertir.’’ lui suggéra un minotaure âgé de couleur violette et portant des vêtements de sénateur, assis près de lui sur le comptoir et sirotant sa tasse de thé.

 

‘‘Et dans quoi, selon vous ? Dans ma famille, suite au « Fléau » et à notre départ de Griffonstone où on tenait une boutique, on a toujours vécu de la vente de poneys, transmettant notre profession de père en fils. À part vendre ces animaux, je ne sais rien faire d’autre.’’ rétorqua son interlocuteur, sans prendre la peine de tourner la tête et faisant signe à ce qu’on remplisse de nouveau son verre.

 

Pendant qu’il parlait, il n’entendit pas la porte du bar s’ouvrir pour laisser entrer un autre minotaure, l’air préoccupé mais aussi content d’avoir fini son service.

 

‘‘Ah, bonsoir mon fidèle Tongue, toujours la même chose je suppose.’’ lui lança le gérant du bar en mettant un verre sur le comptoir. ‘‘Quoique si tu veux, j’ai un nouveau breuvage qui vient des îles du sud lointain. Ca fait fureur dans les villes côtières.’’

 

‘‘Hum… Pourquoi pas ? Merci.’’ répondit intrigué Tongue qui venait de s’installer entre les deux personnes déjà présentes. ‘‘C’est quoi exactement comme alcool ?’’

 

‘‘On appelle ça du Rhum, tu m’en diras des nouvelles.’’ expliqua le barman en prenant une bouteille, avant d’afficher un air rieur. ‘‘Mais tâche de ne pas finir comme la dernière fois… où j’ai dû te ramener chez toi sur une brouette. Ah, ah.’’ Mais alors quil lui versait nouvelle liqueur, Bartender se rendit compte que son client semblait préoccupé. ‘‘Eh bien Tongue… Tu ne m’as pas l’air dans ton assiette. Tu t’es encore prit un râteau avec une jolie minotauresse ? Hi hi !’’ lui lança-t-il avec humour en reprenant ensuite son rangement de verres.

 

‘‘Si ce n’était que ça… Mais je ne peux pas t’en parler. C’est une affaire classée secret d’État.’’ répondit le militaire en commençant à boire, avant d’avoir une brûlure à la gorge. ‘‘Kof ! Kof ! Pardon. Raaah… Il est vraiment fort ton breuvage...’’

 

‘‘Un secret d’État ?’’ s’interrogea le sénateur Protective à ses côtés, intrigué. ‘‘Quel genre de secret ?’’

 

‘‘Le genre de secret qui peut pousser le Chancelier lui-même à être préoccupé.’’ affirma Tongue en terminant son verre, avant de se rendre compte qu’il en avait déjà trop dit. Mais devant cette révélation plus que surprenante, les deux autres minotaures présents au bar se rapprochèrent de lui, l’air de plus en plus intrigué.

 

‘‘Le Chancelier préoccupé ? Ah, ah ! Qu’est ce qui pourrait bien faire couler des sueurs froides à celui-là ?!’’ lança le barman en riant. ‘‘Laisse-moi deviner ! Il vient de tomber sous le charme d’une minotauresse, et c’est la première fois que cela lui arrive ?!’’

 

‘‘Je suis désolé… mais je ne peux rien vous dire de plus. Le Chancelier m’a donné des ordres on ne peut plus clairs...’’ le stoppa le jeune soldat en se rappelant des mises en gardes du Chancelier, mais dont la tête commençait à tourner.

 

‘‘L’ami, je suis un représentant du peuple, et le peuple a le droit de savoir si une menace pèse sur lui, et si oui laquelle.’’ lui rétorqua amicalement le sénateur en lui tenant l’épaule, ce qui lui fit tourner la tête.

 

‘‘Hic ! Je regrette Monsieur le sénateur… mais je ne peux rien vous révéler.’’ se contenta de répondre le soldat alors que Bartender lui remplissait son verre sans qu'il n'ait eu à lui demander.

 

Mais comprenant qu’ils n’obtiendraient rien de plus de sa part, pour le moment, les deux minotaures n’insistèrent pas plus. Aussi Bartender fit-il tourner la discussoin sur des sujet plus habituels, donnant notamment des conseils à Tongue pour appâter les difficiles minotauresses.

 

Une dizaine de minutes plus tard, un nouveau minotaure entra dans le bâtiment, en compagnie de deux chèvres portant des cravates. Après qu’il ait fait comprendre qu’il s’agissait d’associées, et qu’il payerait leur note pour eux trois, Steel fut autorisé à s’asseoir à une table où il reçut des assiettes de pain et de fromage. Trade quant à lui, continuait à noyer son désespoir, pendant que Tongue avait la tête chancelante, tenant son verre des deux pattes, et que Protective finissait son thé.

 

‘‘Mais dis-moi Tongue, pour revenir à cette affaire concernant le Chancelier, tu peux au moins nous dire si ça concerne une femelle minotaure, non ?’’ relança Bartender en se remettant derrière son comptoir, voulant avoir le fin mot de cette histoire, alors que Tongue finissait son troisième verre

 

‘‘Hic ! Oh non, pas une femelle minotaure… Hic ! Mais plutôt une femelle poney…’’

 

‘‘Une jument ?’’ se questionna Protective qui s’apprêtait à partir.

 

‘‘Attends… Tu veux dire que le Chancelier serait amoureux d’un poney ?!’’ s’exclama Bartender, avant de taper le comptoir avec sa patte. ‘‘Pff... Ah ! Ah ! Ah ! Je reconnais qu’ils peuvent paraître mignons, avec leur couleur et aspect enfantin, mais de là à…’’

 

‘‘Hic ! Mais non, je n’ai jamais dit ça ! Hic !’’ le coupa péniblement Tongue. ‘‘D’autant qu’avec ce que vient de faire cette jument ailée et cornée… Hic ! Le Chancelier est plus préoccupé par sa capture… Hic ! Que par ses charmes. Hic !’’ enchaîna-t-il sous le regard amusé du barman, qui se disait que son congénère avait un peu forcé sur cette nouvelle liqueur.

 

''Prufff ! Kof ! Kof !''

 

En regardant de côté, les trois minotaures constatèrent que le griffon Trade venait de recracher le contenu de son douzième verre, avant de s’excuser pour la gêne occasionnée en disant qu’il avait bu de travers. Pendant ce temps, aucun d’eux ne remarquèrent le minotaure assis derrière eux en train de tendre discrètement l’oreille.

 

‘‘Je t’avais prévenu Trade, à force de boire tu ne sais plus par où il faut faire descendre…’’ lui reprocha Bartender en croisant les bras d'un air réprobateur.

 

‘‘Oui, tu as sans doute raison, il est temps pour moi de rentrer.’’ répondit le griffon qui paya sa note avant de s’en aller d’un pas pressé, non sans se prendre le mur à coté de la porte avant de sortir.

 

‘‘Attendez, vous avez dit une jument ailée et cornée ? Non, vous avez dû vous tromper, un poney ne peut pas avoir ces deux attributions.’’ voulut rectifier le sénateur en relançant leur conversation, à son tour préoccupé.

 

‘‘Hic ! Euh quoi ? Oh non, bien sur ! Pas du tout ! Excusez-moi, je dois partir. Hic ! Sur le champ.’’ répondit le soldat de manière anxieuse en quittant le comptoir d’un pas hésitant, avant de finir par s’effondrer à terre après un dernier hoquet.

 

‘‘Pff… Ces jeunes… Ils boivent trois gouttes d’alcool, et ils ne tiennent plus en place.’’ gronda le barman en allant chercher une brouette dans la rue.

 

Pendant ce temps, le sénateur Protective avait l’air pensif, de même que son semblable derrière lui. Ceci dans un silence général, les seuls bruits dans la pièce étant les ronflements du soldat saoul, et le mâchement de l’une des chèvres qui s’en prenait aux rideaux de fenêtres.

 

*************************************************************************************************************************************************

Pendant ce temps, un griffon entra avec fracas dans le bâtiment lui servant de maison, faisant sursauter ses deux associés, qui étaient en train de jouer aux cartes sur la table du salon.

 

‘‘Rassemblez vos affaires les amis. La fortune nous attend !’’ lança-t-il joyeusement aux deux jumeaux, partant déjà se préparer un sac.

 

‘‘Heu… Mais... Qu’est-ce qu’il se passe patron ?’’ ‘‘On va où ?’’ lui demanda surpris l'un des deux griffons de couleur grise et à la tête blanche.

 

‘‘On va à la chasse au poney ! À la jument ailée et cornue pour être précis !’’ répondit avec enthousiasme Trade en tournant la tête, pendant qu’il mettait dans son sac une corde et ce qui semblait être un anneau métallique avec une serrure.

Licence Creative Commons Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.